Thursday, August 29, 2013

Guerre & énergie



L’enjeu des guerres programmées par les maîtres du jeu depuis le 18ème siècle, se résume en l’instauration d’un ordre mondial permettant d’exploiter toutes les sources d’énergies, dont la conscience humaine. Le Livre de l’Apocalypse parle des « trafiquants de corps et d’âmes ».

L’argent étant le nerf de la guerre, c’est celui qui possède le plus d’or qui est en mesure de remporter la victoire. Ainsi, toutes les guerres modernes ont été déclarées et gagnées par les seigneurs de la finance qui, ayant mis un prix sur tout ce qui existe, achètent et vendent tout ce qui possède souffle de vie dans ce coin de l’univers. Notre survie est tolérée par simple souci économique.

Même les guerres perdues par les grandes puissances étaient des stratégies victorieuses, comme au Vietnam où le but n’était pas de gagner mais de faire durer le conflit (et de procurer de substantiels dividendes aux actionnaires de l'industrie de l'armement). [...]

Dans notre civilisation fondée sur l’industrie et la machine, la source énergétique la plus convoitée est le pétrole qui est le carburant de notre frénésie de mouvement et de notre avidité matérialiste. On sait qu’il existe d’autres ressources, non polluantes, mais elles présentent le désavantage de ne rien rapporter en terme économique aux maîtres du monde, quoiqu’ils sauront bien nous faire payer un jour l’air que nous respirons.

L’usage des énergies dites « libres » risquerait en outre de nous soustraire à leur emprise si jamais nous devenions capables de détecter la source intérieure de l’énergie vivante. Mais les philosophies, les idéologies et les théologies propagées par nos maîtres nous empêchent de découvrir le secret qui gît en notre être.

Cette question de la source de l’énergie libre devrait intéresser les gens tournés vers la spiritualité et qui cherchent trop souvent la « pierre philosophale » à l’extérieur d’eux-mêmes, ou qui n’ont pas encore senti la puissance qui réside dans le noyau nucléaire de leur âme.

Donc, depuis plus d’un siècle, le « Pétrole est Roi ». Le dogme de la nécessité pour l’ordre mondial de l’exploitation pétrolifère ne souffre aucune contestation. Tant qu’il y aura une nappe à exploiter, les maîtres du Consortium - quelques familles de l’élite - voudront presser le fruit de cette manne jusqu’à la dernière goutte d’or noir. Ce ne sont pas les industries et les assurances du marché automobile, sans compter les bétonneurs qui ravagent la terre qui y trouveront à redire.

La plupart d’entre-nous se sentiraient désorientés si on leur parlait d’une civilisation sans voiture, et il faudra inévitablement un grand chambardement avant de remettre sur pieds une nouvelle civilisation.

Les pays producteurs de pétrole sont bien entendu sous un contrôle total. Les divisions politiques ne pèsent pas lourd dans la balance lorsqu’il s’agit de forer ou de tracer un pipeline. Communistes, arabes, démocraties occidentales, tous sont unanimes : que le pétrole jaillisse et que les moteurs tournent. Le pétrole est vraiment roi.

Le pétrole ou la Vie ?

Une fois encore, soulevons le voile sur la tragédie de la seconde guerre mondiale. Ce fut une guerre de l’énergie maquillée en une sanglante joute idéologique.

Les maîtres du jeu créent et manipulent les idéologies opposées afin de contrôler les mouvements émotionnels des masses. Si vous n’êtes pas d’un bord, vous tombez dans le camp opposé.

Au delà de l’affrontement de façade entre le Fascisme et la soi-disant Démocratie - deux carottes au demeurant - il s’est passé en Allemagne le phénomène suivant : depuis la fin du 19ème siècle, un cercle d’initiés avait reçu des informations sur une mystérieuse énergie appelée VRIL. Cette confrérie localisait la source de cette énergie prodigieuse dans le courant magnétique qui alimente notre planète à partir du Pôle Nord. On se fondait sur la légende de Thulé qui fut la civilisation originelle localisée autour du Pôle. Des chercheurs se mirent en quête des secrets ésotériques sur cette civilisation qu’on supposait toujours active sur un plan intraterrestre, d’où la légendaire terre creuse.

Les nazis désiraient un mythe fondateur et une religion pour leurs fidèles. En plus du mythe de Thulé, ils s’emparèrent de certaines données sur le Vril afin d’expérimenter des armes secrètes. Cela donna naissance aux rumeurs sur les soucoupes volantes du Reich, engins fonctionnant avec la mystérieuse « énergie libre ».

Le détournement de l’énergie du Vril à usage militaire était contraire à l’éthique du peuple intra (ou extraterrestre) qui aurait été connecté sur cette source énergétique.

Le Vril n’est pas une énergie récupérable par une civilisation qui viole les lois naturelles. Cette énergie vitale puissante et pure est extrêmement délicate à manipuler et il est heureux que les gouvernements n’y aient pas accès. Les savants américains ont mis en place une technologie secrète qui voudrait parodier le Vril, mais dont l’usage est tourné vers le contrôle des populations. Notre niveau de conscience nous interdit l’accès à l’énergie pure. Une mutation de conscience est nécessaire, mais c’est un effort qui nous semble plus pénible que d’inventer des technologies de substitution, au demeurant parfaitement aliénantes.

Les nazis tentèrent l’expérience en détournant l’énergie libre à leur profit, mettant ainsi les rois du pétrole dans un grand embarras. Et si cela risquait de tarir la manne pétrolière ?

On comprend que la guerre était urgente. Toutefois, un accord fut réalisé entre les nazis et le consortium pétrolier pour que les expériences avec l’énergie libre restent définitivement secrètes, du moins tant qu’il y aurait du pétrole à exploiter. Aucune application pratique ne devait être rendue publique, et c’est pourquoi les nazis continuèrent à utiliser une technologie conventionnelle, réservant leurs engins secrets pour plus tard.

Une terrifiante guerre fit rage sur la scène du monde, alors qu’à l’arrière-plan, les belligérants avaient déjà négocié les issues. Si cela vous semble trop difficile à admettre, il y a de nombreux livres sur l’histoire officielle qui vous permettront de continuer à dormir du sommeil de l’innocence.

Pour l’histoire véritable qui n’est pas dans les livres, le pétrole était sauvé, et il avait désormais un beau siècle devant lui. De toute façon, les maîtres du Consortium disposaient d’une alternative : l’énergie nucléaire, quoiqu’ils savent très bien que ce recours dangereux leur est interdit par la confédération galactique et qu’ils se sont mis hors-la-loi.

Tant que Rockefeller, Rothschild et leurs amis de l’élite pourront extraire quelque chose du sol terrestre pour nous le revendre au prix fort, la civilisation telle que nous la connaissons aura encore de belles années à vivre, sauf si la terre épuisée décide de se secouer de ses parasites, ce qui ne saurait tarder. Attention au sabordage lorsque les rats quitteront le navire.

Libérez l’énergie libre !

Tant que de sa propre initiative, l’humanité ne se sera pas débarrassée de ses prédateurs en cessant d’attendre un salut venu de l’Olympe, il n’y aura pas de civilisation digne de ce nom, et la colonisation par l’élite noire de l’ordre mondial continuera.

Ce problème préoccupe certaines hiérarchies extraterrestres soucieuses de la libération de l’humanité mais qui, n’étant pas de notre race, respectent le principe absolu de non-intervention. Il leur est impossible de nettoyer la racaille de l’élite à notre place sans interférer dans notre libre-arbitre. Le moins que puissent faire ces races amies - quoique le mot « amitié » soit ici abusif - serait de nous inciter à nous bouger. Ceci explique les apparitions cycliques de messagers que nous crucifions avant d‘en faire des idoles.

Qui peut vraiment nous aider tant que nous n’avons pas compris le principe de l’auto-libération ?
Admettons qu’il existe des aides spirituels, dès lors, pourquoi ne pas les encourager par nos propres efforts au lieu d’attendre qu’ils agissent à notre place ?

Nous avons la responsabilité d’agir pour notre salut, mais il faut d’abord se défaire des illusions idéologiques et religieuses dont on nous a intoxiqué. Or, pour l’homme une illusion chasse l’autre. Un catholique qui devient communiste avant de passer à l’Islam n’a pas bougé d’un pas. Il tourne dans le circuit comme un hamster dans sa cage. Se convertir au nouvel âge et s’enticher des « êtres de lumière » ne fait pas avancer d’un iota. Rejoindre les francs-maçons ou les Tibétains a même plutôt l’air d’une sacrée régression.

Non, il faut sortir du circuit, et cela n’est pas si difficile lorsqu’on réalise le caractère tragique de notre condition.

Un homme arrivé au bord d’un précipice aura le réflexe instinctif de se projeter en arrière sans qu’aucun effort de réflexion ou de volonté ne soit nécessaire. Cette prise de conscience commence à poindre. Certains réalisent qu’ils disposent d’une source d’énergie puissante, et que dans cette force toute adversité et résistance pourrait être dépassée.

En terme « d’énergie libre », le déploiement de la force est d’abord un processus de conscience, et non une expérimentation technologique comme on le croit dans les milieux écologistes et alternatifs soumis à une vision fonctionnelle et productiviste héritée du matérialisme.

Certains chercheurs bien intentionnés ne jurent que par la « machine propre », non-polluante, mais un être qui disposerait de l’énergie libre n’a que faire des machines. Lorsque nous libérerons notre potentiel intérieur du parasitage séculaire de la culture mortifère imposée par les maîtres du monde, nous n’aurons plus besoin d’appareils et de prothèses.

Notre puissance intérieure est infinie comme le démontre notre rage d’exister en dépit des conditions hostiles depuis notre naissance jusqu’à notre dernier souffle. Un être humain connaît-il autre chose que l’opposition et la résistance de son milieu ? Pour être l’objet d’un tel matraquage, nous devons représenter une force latente inconcevable qu’il faut tenir sous le boisseau. Mais qu’arrive t-il lorsque la conscience se libère ? Alors, nos prédateurs n’ont plus qu’à chercher de nouvelles proies en émigrant vers d’autres mondes.

Notre puissance intérieure, « provisoirement » bloquée depuis quelques millions d’années, puise dans le réservoir de l’énergie universelle. Comment pourrait-il en être autrement ?

Mais nous ne savons pas encore comment la canaliser à cause de notre égotisme parasitaire qui fait barrage au flux. C’est là le problème spirituel fondamental de l’humanité.

Alors comment capter l’énergie libre et redevenir une humanité digne de ce nom ?

Cette énergie que la littérature fantastique du 19ème siècle a nommé « le Vril » du nom d’un peuple intraterrestre mystérieux, le Vrill-Ya - rendu célèbre par l’écrivain Bulwer-Lytton - cette énergie est identifiable par quiconque voudrait s’en donner sérieusement la peine.

Il faut purifier nos puissances internes et se libérer des pulsions mentales incontrôlées, ce qui est certes plus facile à dire qu’à faire. Il faut en outre faire preuve d’une intention absolument droite car la force n’est conductible qu’à travers un système psychique dégagé de la volonté égotique. Cela représente pour nous une pénible épreuve de passage, et c’est avec raison qu’on dit qu’il y a beaucoup d’appelés mais peu d’élus.

Toutefois, la nature de la pression qui nous accable va entraîner une réaction salutaire, un redressement, et depuis septembre 2001, nombre de personnes ont les yeux qui s’ouvrent.

L’énergie libre naturelle, cette source de santé et de vitalité représente l’état originel de notre vie, avant que nous sombrions dans l’inconscience et l’oubli de notre origine.

Lorsqu’un groupe d’êtres humains, motivés et dynamiques, aura libéré jusqu’à un certain degré cette force vitale, il sera libre des puissances visibles et invisibles, ce qui ne signifie pas qu’il n’aura pas à se protéger d’éventuels prédateurs. Mais, il aura la force de les repousser pacifiquement en utilisant la double polarité de l’énergie libre, attractive et répulsive.

On prétend qu’un enfant en possession du Vril pourrait anéantir une ville simplement en levant la main et en dirigeant le faisceau convenablement polarisé sur la cible. On dit également que les femmes de la civilisation du Vril ne sont plus la proie d’agressions, et qu’elles ont une maîtrise plus grande de l’énergie que les hommes.

Ici et là, des individus commencent à réaliser que la victoire de l’émancipation est possible mais qu’elle dépend de l’énergie disponible. Découvrant, au moins intuitivement, leur puissance intérieure, ils devront s’unir pour libérer leur potentiel à l’intérieur de petits groupes expérimentaux.

L’énergie libre n’est pas une nouvelle utopie à inscrire avec les bons sentiments du nouvel âge, car pour faire naître la force du Vril, il faut plus que de la « bonne volonté ».

C’est par manque de connaissance de son origine et de sa destination que l’humanité demeure prisonnière de ses exploiteurs. Ce n’est que par sa propre volonté qu’elle libérera sa puissance emprisonnée depuis des millénaires par les trafiquants d’énergie.

Undercover 7




Le plan de démantèlement du Moyen-Orient


La balkanisation du Moyen-Orient.

François Hollande et les autres dirigeants occidentaux ne se soucient nullement des populations et des victimes des massacres par armes chimiques commis probablement par les deux camps qui s'opposent en Syrie : l'armée d'Assad et les mercenaires qui la combattent.

François Hollande veut « punir la Syrie », c'est-à-dire faire tuer de nombreuses personnes sous les bombardements occidentaux, afin de poursuivre le démantèlement du Moyen-Orient décidé par ses maîtres les américano-sionistes.

Un plan de démantèlement de cette région est évoqué par le lieutenant-colonel américain Ralph Peters dont les grandes lignes sont révélées dans son article « Frontières de sang au Moyen-Orient ».

« Les tensions et les violences qui secouent le Moyen-Orient depuis l’intervention israélienne au Liban, le 12 juillet 2006, ne sont que la partie visible d’un immense enjeu politique, économique, religieux et philosophique opposant l’Occident aux États islamiques de la région. L’occupation américaine de l’Irak en mars 2003 a permis le lancement d’un projet révolutionnaire en vue de remodeler une vaste zone géographique allant du Maroc au Pakistan : le Grand Moyen-Orient. Derrière cette appellation, c’est une recomposition profonde qui attend ces pays musulmans. Beaucoup de théories et de supputations courent sur les ambitions des États-Unis et d’Israël au sujet de la politique poursuivie par leurs dirigeants. Cependant, des signes avant-coureurs apparaissent et permettent d’apercevoir concrètement les plans en cours. […]

Le lieutenant-colonel américain à la retraite, Ralph Peters s’est illustré dans une division d’infanterie mécanisée à partir de 1976 pour, ensuite, poursuivre ses activités dans le renseignement militaire en 1980. Auteur de nombreux ouvrages traitant de la stratégie et des relations internationales, Ralph Peters s’est retiré officiellement de l’armée en 1999. Cependant, ses contacts restent étroits avec ce milieu puisqu’il fait partie de l’équipe dirigeante d’AFJ. Cette revue n’est qu’une partie d’un véritable empire de la presse militaire américaine. […]

Ralph Peters est l'auteur d'un article intitulé « Frontières de sang, que faire pour améliorer le Moyen-Orient ». L'article de ce militaire américain part du principe qu’il faut lever le tabou de la sacro-sainte frontière inamovible. Pour l’auteur, les nouvelles frontières doivent se modeler en fonction du critère ethnique et confessionnel. Même s’il n’est pas possible de tracer des frontières respectant la totalité des particularismes en tout genre nombreux et numériquement très variables, il faut pour Ralph Peters se rapprocher au maximum de ce concept.

Comme il le souligne : « Nous parlons de difformités énormes faites par les hommes qui n’arrêteront pas de générer la haine et la violence tant qu’elles n’auront pas été corrigées ». Dans son esprit, il s’agit de remettre radicalement en cause les frontières nées des Accords Sykes-Picot de 1916 préparant le démantèlement de l’Empire ottoman.

En observant l’ensemble de cette zone en partant de la Péninsule arabique, on constate immédiatement le démantèlement du royaume d’Arabie Saoudite. Les propos de l’auteur sont très clairs à l’égard d’un pays qui a bénéficié de la protection américaine suite aux discussions entre le président Roosevelt et le roi Ibn Saoud, le 14 février 1945, à bord du croiseur USS Quincy. Désormais, le royaume d’Arabie Saoudite passe à la trappe.

Deux grandes entités territoriales échappent à l’autorité de Riyad. Sur la côte Ouest, il s’agit de créer un « État sacré islamique ». Comme le précise Ralph Peters dans des propos lourds de conséquences : « La cause principale de la large stagnation du monde musulman réside dans le traitement réservé à la Mecque et à Médine considérés comme leur fief par la famille royale saoudienne. Les lieux saints de l'Islam soumis au contrôle de la police d’Etat de la part d’un des plus bigots et oppressifs régimes au monde ont permis aux Saoud (ndlr : la famille régnante d’Arabie Saoudite) de projeter leur croyance wahhabite a la fois intolérante et disciplinée au-delà de leurs frontières. (...) Imaginez comme le monde musulman se sentirait mieux si la Mecque et Médine étaient dirigés par un Conseil représentatif tournant issu des principales écoles et mouvements de l ’Islam dans le monde au sein d'un Etat sacré islamique - une sorte de super Vatican musulman - ou l’avenir de la foi serait débattu au lieu d’être arbitrairement fixé ».

Ce point est capital puisqu’il révèle la volonté de réformer l’Islam afin de l’adapter aux principes occidentaux. Une sorte « d’Islam des Lumières » élaboré au cœur de cet État sacré islamique permettrait de rayonner sur l’ensemble du monde musulman et de remodeler les esprits afin qu’ils épousent pleinement la philosophie mondialiste. Il est vrai que contrôler les esprits a toujours permis de contrôler les hommes. C’est d’ailleurs dans le même ordre d’idée que l’on retrouve ces mesures préconisées par la Fondation Bertelsmann, think tank allemand qui, dans ses travaux débattus dans le cadre des « Discussions de Kronberg » en 2002 et 2003 (Europe, the mediterranean and the Middle East, strengthening responsibility for stability and development et Die Zukunft der europaischen Politik im Nahen Osten nach dem Irak Krieg), relève l’inadéquation de l’Islam à l’évolution du monde moderne et prône une refonte des mentalités et la remise en cause des frontières. Ces recommandations allemandes soulignent aussi la convergence des buts à atteindre de part et d’autre de l’Atlantique pour refondre entièrement le Moyen-Orient. Il est vrai aussi que les concepts ethno-confessionnels développés par Ralph Peters cadrent parfaitement avec la vision ethniciste germanique.

Sur la côte du Golfe persique, c’est la province de Hassa dont la population est majoritairement chiite qui est détachée de l’Arabie Saoudite et intégrée à un «État chiite arabe», vestige d’un Irak littéralement explosé. L’application de cette mesure entraînerait la mort économique du royaume car c'est à cet endroit que se concentre l’essentiel de l’extraction des hydrocarbures autour de la triade Dammam-Dharhan-Al-Khobar.

L’État chiite arabe verrait ses réserves pétrolières et gazières monter en flèche et deviendrait incontournable car, outre les vastes ressources de Hassa et de la production off-shore, il faudrait ajouter celles de la région de Bassora (ex-Irak) et des provinces arabes iraniennes, détachées de Téhéran, riches en hydrocarbures jouxtant le Chatt el-Arab (Arabes chiites du Khouzistan et Arabes sunnites du Bouchir). De plus, Riyad perdrait ses provinces du Sud (Jizrane, Najran et l’Assir) au profit du Yémen, territoires acquis en 1934 lors du Traité de Taëf, et qui ont conservé leur identité yéménite. Enfin, la curée sera complète avec l’octroi d’une façade maritime à la Jordanie, État pro-occidental, en arrachant à l’Arabie Saoudite les provinces de Tabouk et une partie du Jouf.

La destruction du royaume des Al Saoud affichée par la carte de Ralph Peters n’est que la confirmation de projets élaborés au sein de certaines instances américaines. David Rigoulet-Roze, spécialiste du Moyen-Orient, dans son ouvrage « Géopolitique de l’Arabie Saoudite » (Éditions Armand Colin) le souligne clairement : « Il y eut notamment la publication le 6 août 2002, par le Washington Post, d’un briefing qui a eu lieu le 10 juillet 2002 au Defense Policy Board (DPB, ndlr : organisme de planification stratégique créé en 1985 par Donald Rumsfeld), alors dirige par le tres influent Richard Perle, surnomme le Prince des ténèbres lorsqu’il officiait au Pentagone entre 1981 et 1987 sous l’administration Reagan. Au cours de ce briefing, l'Arabie Saoudite avait été qualifiée par Laurent Murawiec, un analyste du prestigieux centre de recherches stratégiques de la Rand Corporation, de pays ennemi. (...) Pire encore, Murawiec avait évoqué la légitimité de sanctions, dont le gel des avoirs saoudiens, voire... la scission de la province orientale du royaume renfermant ces gisements et ces réserves pétrolières qui font de l’Arabie le maître du quart des réserves d’or noir.

(...) Quelques temps seulement après l ’affaire Murawiec, c'était au tour d’un think tank proche des néo-conservateurs, le Hudson Institute – dont Perle est membre, et ou officie désormais Murawiec - de reprendre et de développer les idées avancées par le DPB. Etait alors ouvertement évoque un plan de démantèlement de l'Arabie Saoudite qui, en réalité, existe depuis la fin des années 70, à l’initiative d’Henry Kissinger, alors Secrétaire d’Etat de l'Administration Nixon. (...) C’est également dans le même ordre d’idées que semble s’inscrire un rapport remontant à la fin de l’année 2002, circulant au plus haut niveau dans les milieux officiels de Washington. Il envisagerait rien moins que le démembrement pur et simple de l'Arabie Saoudite selon le scénario suivant : les Lieux saints de la Mecque et de Médine se verraient confiés aux Hachémites qui, en tant que descendants du Prophète, bénéficient d’une légitimité qui fait largement défaut à la dynastie des Al Saoud et la province du Hassa serait poussée a faire sécession dans le but de se constituer en Emirat pétrolier ».

Les révélations de ce spécialiste français continuent sur la même lancée puisqu’il affirme la volonté des États-Unis de favoriser une « recomposition politique radicale du Moyen-Orient qui passerait notamment en Irak même par une dévolution du pouvoir à la majorité chiite par les grâces d’une démocratie arithmétique ». C’est justement ce que révèle la carte de Ralph Peters où l’Etat irakien a disparu au profit d’un État chiite arabe et d’un résidu appelé « Irak sunnite » que le militaire américain propose même d'unifier à la Syrie qui, entre-temps, a perdu sa façade maritime au profit d’un Grand Liban. Il est même évoqué sous sa plume la renaissance de l’antique Phénicie (Phoenecia reborn) tandis que l’État d’Israël est conservé dans ses frontières d’avant 1967. Il est étonnant de constater, en raison du véritable chambardement des frontières au Moyen-Orient, que Ralph Peters conserve le territoire de la Cisjordanie (west bank) au rang de statut indéterminé. Peut-être que le statut définitif de Jérusalem, siège de trois grandes religions, nécessite de ne pas révéler tout de suite l’avenir d’une zone éminemment convoitée.

En tout cas, la partition de l’Irak sur la carte de Ralph Peters commence à prendre forme sur le terrain. L’ambassadeur britannique à Bagdad, William Patey, et le général américain John Abizaid ont clairement affiché leurs craintes d’une guerre civile suivie d’une division du pays comme l’a révélé un document confidentiel publié par la BBC (Spiegelonline, 3 août 2006). Leurs affirmations ne font que confirmer les propos du journal d’Istanbul, Vatan, qui évoquait les propos tenus à des représentants turques par des responsables américains, début 2006, au sein des think tanks de Washington : « Arêetez de vous soucier de l’intégrité territoriale de l’Irak. En réalité, ce pays est déjà divisé ! Vous [les Turcs] feriez mieux de vous préoccuper maintenant de votre Sud-Est [région à majorité kurde]. Essayez d ’imaginer quelles seront les répercussions de l’autonomie du Kurdistan irakien dans votre pays » (Courrier International n° 805). C’est d’ailleurs le même son de cloche de la part des dirigeants européistes de Bruxelles qui susurrent à Ankara que « Si la Turquie se séparait de son Sud-Est, elle entrerait plus facilement dans l'Union européenne » (Courrier International n° 805).

L’ethno-régionalisme prôné par les instances bruxelloises ne ferait qu’accélérer le phénomène de décomposition de l’État turc. Finalement, les propos de Ralph Peters ne font que confirmer ces prises de position puisqu’il ajoute qu’un cinquième de la partie Est de la Turquie est un « territoire occupé » et qu’un « Kurdistan libre, s’étendant de Diyarbakir jusqu’a Tabriz deviendrait l'Etat le plus occidental entre la Bulgarie et le Japon ».

La création d’un État kurde (Free Kurdistan) construit à partir des territoires Sud-Est de la Turquie, du Nord de la Syrie et de l’Irak, et de l’Ouest de l’Iran aboutirait à l’émergence d’un bloc estimé à environ 30 millions d’habitants. Fort des installations pétrolières de Kirkouk, les deux grands pôles de la production d’hydrocarbures et de gaz du Moyen-Orient seraient cet État kurde pro-américain et l’État chiite arabe. L’importance de cet État kurde serait d’autant plus grande que l’oléoduc BTC évacue le pétrole de la Mer Caspienne à partir de Bakou (Azerbaïdjan), passe par Tbilissi (Géorgie) pour, ensuite, traverser tout le Sud-Est de la Turquie et aboutir à Ceyhan en Méditerranée. Les Kurdes seraient donc les grands maîtres de ce corridor énergétique voulu par les Américains en 1994. En plus du pétrole, il faut ajouter l’autre grande richesse, l’eau. Le « Grand projet anatolien » (GAP) poursuit l’objectif, grâce à 22 barrages, de dompter le Tigre et l’Euphrate qui prennent leurs sources dans les montagnes kurdes. L’achèvement de ce projet qui doit avoir lieu vers 2013, permettant l’irrigation de 1,7 million d’hectares et la production d’électricité, sera une arme redoutable aux mains de l’État kurde et pèsera lourdement sur la vie des habitants de tout le Moyen-Orient.

A l’Est des États kurdes et chiites, l’Iran est remodelé en fonction des critères ethniques. Après avoir cédé sa partie kurde, la zone turcophone du Nord est octroyée à l’Azerbaïdjan. En revanche, la province iranienne du Khorasân s’agrandit vers l’Est en acquérant le territoire Ouest de l’Afghanistan, la région de Hérat, en conformité avec la volonté de Ralph Peters de reconfigurer la région selon les critères ethno-linguistiques. Comme le confirme Bernard Hourcade, directeur au CNRS (équipe de recherche : monde iranien), dans son ouvrage « Iran, nouvelles identités d’une République » (Éditions Belin) : « L’immense province de Khorasan, (...) les limites anciennes incluaient les régions de Hérat dans l’actuel Afghanistan et celles de Samarcande et Boukhara en Ouzbekistan ». Enfin, un « Baloutchistan libre » (Free Baluchistan) est créé à partir des deux entités iraniennes et pakistanaises tandis que l’Afghanistan se voit agrandi au dépens du Pakistan jusqu’au fleuve Indus afin d’y rattacher les populations pachtounes. L’État pakistanais réduit de près de la moitié de sa superficie verrait sa puissance économique fortement amoindrie au point d’être incapable de servir d’allié de revers au profit de la Chine face à l’Inde. Sur ce point, les États-Unis seraient gagnants. Seuls des États comme Oman, le Qatar, les Émirats arabes unis et le Koweït échappent à ces modifications. Cependant, cette carte (révélée par Ralph Peters) étant un prototype, rien n’interdit à leurs concepteurs de se rattraper. En tout cas, la finalité américaine est de contrôler tout ce Moyen-Orient par la parcellisation ethnique et religieuse selon le bon vieux principe « diviser pour régner». Les États-Unis, cherchant à s’assurer la production d’hydrocarbures à leur profit, seraient en mesure de priver la Chine, puissance montante et rivale, de l’arme énergétique si nécessaire à son accession à la cour des grands.

L’impression générale qui se dégage du remodelage annoncé par cet auteur comme de la part de nombreux think tanks américains et allemands est celle d’un bouleversement mettant à feu et à sang ces pays du Moyen-Orient. En effet, on ne voit pas ces États se laisser charcuter, voire disparaître, sans se laisser faire. Comment réagira, par exemple, le Pakistan qui possède l’arme nucléaire ? En réalité, l’objectif est d’intégrer ces immenses territoires à la sphère d’influence occidentale. Le discours de Joschka Fischer à la 40e Conférence de Munich sur la politique de sécurité dans le cadre de l’OTAN, le 7 février 2004, annonçait la volonté du monde occidental de mettre ces pays du Moyen-Orient aux normes euro-atlantistes.

Ces mesures furent confirmées par « l’alliance germano-américaine pour le XXIe siècle » signée, le 27 février 2004, entre le président Bush et le chancelier Schrôder à Washington, annonçant la couleur: « Nous devons construire un véritable partenariat qui relie l’Europe et l’Amérique aux Etats du Proche et Moyen-Orient (...) ». Cette immense construction politique et métaphysique doit obligatoirement obéir à des règles communes qui sont politiques, économiques et civilisationnelles. Une logique, mais une logique folle, anime les concepteurs de ce projet. C’est le think tank German Marshall Fund (GMF) qui, indirectement, a révélé l’engagement profond des instances atlantistes. En effet, il s’est engagé sous l’égide du très influent Bruce Jackson à développer une nouvelle politique en Mer Noire intitulée « A new euro-atlantic strate gy for the Black Sea region ». Il s’agit en liaison avec l’Union européenne de créer une eurorégion de la Mer Noire qui doit voir le jour pour 2007 selon les affirmations de Giovanni di Stasi, président du Congrès des Pouvoirs Locaux et Régionaux d’Europe (CPLRE). Or une « petite » phrase résume tout. Paru en 2004, le rapport du GMF dans sa préface précise que « La Mer Noire est la nouvelle interface entre la communauté euro-atlantique et le Grand Moyen-Orient ».

Une « interface » géographique obéit aux lois de la physique. Pour fonctionner et jouer pleinement sa mission de charnière, cette interface doit s’articuler entre deux mondes, le bloc euro-atlantiste d’une part, et le bloc moyen-oriental d’autre part, régis par les mêmes lois et les mêmes concepts édictés par la philosophie mondialiste. Cela suppose nécessairement une refonte généralisée de cet espace arabo/perse musulman pour qu’il y ait adéquation. Pour réussir cette entreprise, les moyens mis en œuvre risquent d’aboutir à un chaos inimaginable dans cette région et, par ricochet, à l’échelle planétaire. Tout compte fait, les adeptes de cette politique ne font qu’appliquer les fameux vers du poème de Goethe, « l’apprenti sorcier », qui rappelaient : « Les esprits que j ’ai réveillés ne veulent plus m’écouter ».

Pierre Hillard, « La marche irrésistible du Nouvel Ordre Mondial ».

La marche irrésistible du Nouvel Ordre Mondial

L'accumulation d'images et d'informations qui submerge les esprits, enferme ce qui reste des sociétés contemporaines dans un perpétuel présent sans mémoire - et donc sans avenir lisible, par conséquent sans exercice possible de la liberté. L'objectif des élites mondiales n'est pas de permettre l'émancipation des hommes par la liberté des peuples mais la destruction des peuples pour construire une humanité interchangeable et nomade, docile, disponible pour rentrer dans l'esclavage d'une gouvernante mondiale. Cette gouvernante mondiale est le dernier débris qui surnage du chaos tragique du XXe siècle. La nouvelle édition de ce livre qui a déjà six ans a le mérite rare et irremplaçable de donner à ceux qui ne se sont pas encore résignés à être "gouvernés", une grille de lecture et d'analyse d'événements dont la succession accélérée brouille volontairement la lisibilité. La mise en perspective de documents incontestables permet de voir dans l'enchaînement de "révolutions", "printemps", "libérations", "unifications continentales" la poursuite méthodique d'ambitions planétaires annoncées. Dans la présentation de la première édition de ce livre, l'auteur notait que "cette "construction babélique" passerait délibérément par des étapes bouleversant les structures politico-économiques des sociétés, bouleversements qui ne seraient pas sans conséquences, notamment militaires. Dans ces événements, la vie humaine comptera peu..." Cette nouvelle édition mise à jour et complétée confirme la pertinence de cette analyse lucide.



Henry Kissinger souhaite le démantèlement de la Syrie et des nations dissidentes. LIRE






Wednesday, August 28, 2013

Flanby s'en va-t-en guerre contre la Syrie



François Hollande a affirmé que la France était « prête à punir ceux qui ont pris la décision infâme de gazer des innocents » en Syrie.

Le président socialo-sioniste d'une France lobotomisée par des médias scélérats a toujours joué la carte d'Israël. Le 2 mai 2012, les électeurs sionistes ont décrypté une anaphore que les Français ne pouvaient saisir : « Moi, président de la République, je mentirai aux Français pour exécuter le plan d'agression Américano-sioniste au Moyen-Orient »

Les USA, le Royaume-Uni et la France sont totalement subordonnés au pouvoir financier mondial. Ces Etats, qui ont laissé la finance spéculative jeter dans la précarité et la misère des centaines de millions de personnes de part le monde, n'entrent pas en guerre pour secourir la population syrienne mais pour servir le plan de l'oligarchie mondialiste hostile à l'islam. (L'islam serait le dernier « rempart contre le nouvel ordre mondial », d'après Pierre Hillard.) 

Nous assistons à une réplique des mensonges de Bush et de Blair pour attaquer l'Irak.

Flanby, va-t-en-guerre de l'espèce exécrable des Bush-Blair, ment. Il sait que les rebelles, en grande partie des mercenaires à la solde de l'Arabie Saoudite (dirigée par des salafo-wahhabites) et des Américano-sionistes, utilisent des armes chimiques.

Un reportage de la journaliste russe Anastasia Popova :

Un missile contenant un gaz toxique avait fait, le 19 mars 2013, 25 morts et une centaine de blessés à Khan al-Assal, un quartier du sud-ouest d’Alep fidèle au gouvernement de Bachar el-Assad. Le ministère des Affaires étrangères syrien avait, à ce sujet, envoyé une lettre au Conseil de sécurité des Nations Unies l’appelant à « prendre ses responsabilités et à définir une limite à ces crimes de terrorisme et à ceux qui le soutiennent ».

La journaliste russe Anastasia Popova s’est rendue sur place à Khan Al-Assal à fin mars. Elle y a rencontré la population qui lui a fourni des éléments pouvant prouver que des agents chimiques avaient été utilisés par les « opposants ». 


Le reportage d'Anastasia Popova (malheureusement non traduit en français) :



Anastasia Popova rapporte : "les rebelles armés ont envahi la ville. Tout le centre est sous leur contrôle, ainsi que les localités périphériques autour de l’aéroport. L’accès en ville ne peut se faire que de nuit, et par hélicoptère, et même dans ce cas nous ne sommes pas en sécurité, car les rebelles armés tirent sans arrêt sur tout véhicule qui circule. Les rebelles armés ont encerclé l’aéroport depuis trois endroits. Le Maire d’Alep nous dit que la situation a empiré car les éléments de Jabhat Nosra ont rempli Alep …"

Elle dit ensuite qu'elle a rencontré une des familles qui avait fuit car "les rebelles armés sont arrivés au village. Ils ont chassé tous les hommes, et fait prisonnières les femmes, "comme récompense pour leur Jihad", disaient-ils. La famille a fuit jusqu’à khan Al Assal, mais elle a perdu trois de ses enfants tombés sous les tirs des rebelles armés, qui tiraient sans arrêt"

Un enfant du village questionné par Anastasia Popova et son équipe, et que l'on voit dans le reportage, va rapporter ces mots poignants "là-bas, là-haut on a senti une odeur, la moitié des nôtres sont morts et l’autre moitié a survécu". 

Anastasia continue son reportage : "les gens ne savaient pas quelle était la nature de ces bombes, mais ils ont remarqué des choses étranges". Ce qu’un syrien rapporte dans la vidéo : "une odeur très forte s’est dégagée avant que nous  tombions par terre". 

La journaliste montre ensuite l’un des endroits où une bombe chimique a explosé en commentant : "la majorité des gens qui habitent ce village sont morts des suites de l’intoxication chimique et les animaux sont morts également". 



Jeudi 29 août 2013
Commentaire du jour :

"Attaque de la Syrie, l'empire hésite. Les Syriens et les Russes ont des preuves de l'utilisation par les mercenaires-rebelles d'armes chimiques...
Flanby ridiculise les Français. Heureusement, des blogueurs francophones montent au créneau pour dénoncer les mensonges de ce clown. Hollande et son gouvernement ne sont pas au service de la France, leur maître est la finance internationale...
Mais comment faire pour réveiller des zombies ? sniff !"

Monday, August 26, 2013

Vers la guerre mondiale


Cette vidéo nous rappelle les faits et enchaînements ayant entraîné les guerres passées et nous présente celles à venir. Comment les Etats-Unis veulent sauver le dollar à tout prix jusqu'à prendre le risque de déclencher une guerre mondiale, mais aussi qui tire les ficelles de ce jeu dangereux qui sème la désolation dans le monde depuis des décennies ?

Guerre et désinformation
La France va-t-en guerres

par Chantal Dupille



Jamais la France n'a autant mérité sa Lanterne Rouge des Médias en Europe, sa Presse est pire que celle d'Italie (pourtant si berlusconienne), du journal le Monde au NouvelObs en passant par les chaînes de télévision ultra sionistes muées en Télé-Aviv, pour nous conditionner à accepter les pires guerres.

Comme je l'ai dit dans une vidéo sur Dailymotion (Le drame français: C'est aujourd'hui un pays colonisé - R-sistons vidéo 16), la France est colonisée par les sionistes. Et nos médias sont d'abord au service des intérêts d'Israël, d'un Israël piloté par des messianiques partisans du Grand Israël... planétaire, quel que soit le coût pour les habitants de la terre soi-disant promise, et pour le monde entier. Ces fous sont certes freinés par les militaires (comme à l'accoutumée plus raisonnables), mais ils ont des représentants partout, et d'abord, hélas, en France avec le criminel BHL ou le Ministre des Affaires étrangères Fabius, M. Sang contaminé, le milliardaire père d'un fils mis en examen dans un silence média assourdissant, et vous vous souvenez ? qui s'était présenté lors d'une Primaires PS comme le plus à Gauche car il avait repéré, l'hypocrite, un créneau alors à prendre.

Fabius pour l'amour d'Israël qu'il ose représenter en France sous couleur de défendre notre pays, s'engageait à livrer des armes contre le Gouvernement syrien (pourtant soutenu par les 3/4 des habitants), il appelait à la la liquidation de son dirigeant (fait sans précédent dans l'Histoire de la Diplomatie) et il a pris la tête de la croisade contre la Syrie même en se passant de l'accord de l'ONU, et en plaidant auprès de l'UE la cause de l'intervention contre ce pays en propageant l'idée qu'il doit utiliser des armes chimiques : On retrouve là le fallacieux prétexte d'usage d'armes de destruction massive comme en Irak ! En agissant ainsi, le triste sieur prend la lourde responsabilité d'engager le monde dans un conflit risquant de dégénérer en guerre planétaire, nucléaire même, et totale. Mais ne s'agit-il pas là d'un plan de dépopulation du Nouvel Ordre Mondial et ensuite, pour les rescapés, de mise en place d'une dictature planétaire que la population exsangue et désemparée acceptera plus volontiers ?

Personnellement, je pense que l'entité sioniste Israël desservie par une bande de fanatiques appuyée sur des colons messianiques hystériques, brûle de déclencher via l'attaque de la Syrie le conflit qui s'étendra partout ; et la France colonisée aux postes stratégiques (depuis Sarkozy) par des sayanim, est le plus fidèle agent de ces projets monstrueux, au risque de mettre particulièrement en danger sa population sur un territoire truffé de centrales nucléaires, et alors qu'elle est désormais non seulement la risée du monde entier (ne serait-ce qu'à cause de sa désinformation et des pantins à sa tête comme Sarko ou Flanby), mais haïe partout en raison de ses abominables engagements, de ses guerres illégales et illégimes pour le compte de l'OTAN, de son soutien aux pires terroristes... Jadis, la France entreprenait pour elle des guerres coloniales impopulaires mais en échange de la construction de routes ou d'hôpitaux, aujourd'hui elle bombarde des pays ou incite à bombarder pour le compte d'USraël, ce qui est intolérable.

Qu'est devenu notre pays ? Une odieuse succursale du Régime voyou (violant le Droit, toutes les résolutions internationales..) israël qui crée toutes les conditions pour allumer la mèche fatale en provoquant en sous-mains le chaos partout avec ses acolytes anglo-saxons, saoudiens, qataris, turcs et européens : Attentats sous fausse bannière au Liban ou en Irak, déstabilisation d'Etats (Yemen, Egypte - avec leurs amis des Monarchies pétrolières, de Turquie ou avec les éléments radicaux des Frères Musulmans -, etc en attendant d'autres comme l'Algérie), incitations à la guerre, mises en scènes macabres et faux prétextes en Syrie comme hier en Yougoslavie etc etc. Le toutou américain via l'Aipac comme le caniche français via le CRIF et leurs meRdias collabos, conditionnent l'Opinion, l'Europe est travaillée par les Fabius-BHL-Cohn-Bendit, une armada se rapproche des zones brûlantes.. bref nous frôlons la catastrophe. L'évitera-t-on une fois de plus ?

Et je le rappelle, la France sera au premier rang. Avec sa diplomatie absolument irresponsable et criminelle, elle l'aura cherché.

C'est tout simplement effrayant ! Nous élisons des individus prêts à nous sacrifier, en Europe, aux banksters, et plus généralement, aux va-t-en guerres pour USraël...

http://chantaldupille.over-blog.com/article-vers-la-guerre-mondiale-via-la-syrie-role-de-la-france-desinfo-dossier-119682768.html


Sunday, August 25, 2013

Les implants psychiques




Dans « Complots » Mel Gibson interprète un personnage (Jerry Fletcher) qui a servi de cobaye lors d'expériences menées par la CIA visant à manipuler l'esprit des individus et à en faire des meurtriers.

Notre responsabilité individuelle n'est pas seule en jeu pour expliquer l'état lamentable dans lequel nous nous retrouvons parfois. Nos erreurs personnelles sont souvent aggravées par des charges qui ont été surajoutées et qui ne s'expliquent pas par notre existence présente. On peut parler d'influences négatives indépendantes de notre volonté. Depuis quelques années on commence à évoquer la théorie des « implants » qui sont des programmations que nous amenons sur terre à notre naissance, ou qui nous sont imposées durant la vie présente.

Certains émettent l'hypothèse de la « capture» pendant une période d'inconscience. Mais le sommeil est déjà un moment de vulnérabilité où nos bonnes comme nos mauvaises tendances sont restimulées. Durant le sommeil, une partie de nous-même est plongée dans un bain spirituel qui l'imprègne et détermine son comportement et ses expériences diurnes. Cela est dépendant de notre inclination intérieure, car le sommeil nous emmène exactement là où notre cœur le désire.

Pendant qu'ils dorment, certains restent accrochés aux zones inférieures de l'atmosphère terrestre, et d'autres s'élèvent vers les sphères plus légères. Plus rarement, le dormeur expérimente la caresse de la grâce lorsque son corps astral redescend vers le plan physique en étant imprégné d'impressions sanctifiantes. Mais quoi qu'il arrive, le danger demeure d'être détroussé des bonnes influences pendant la redescente dans le corps. Et souvent, nuit après nuit, nos efforts conscients sont ainsi détruits par les hordes parasitaires de l'astral. C'est pourquoi, nombre d'entre nous, avons tant de peine à réaliser nos aspirations profondes, et retombons toujours dans les mêmes ornières. Certes notre état de « pécheur», c'est à dire notre insouciance, notre manque de volonté et notre faiblesse spirituelle en sont la cause essentielle, et nous ne devrions pas en rendre responsables les circonstances extérieures, à moins de ne pas croire dans le libre-arbitre. Mais il y a sans aucun doute également des facteurs indépendants de notre volonté, des « influences » qui se greffent sur nos faiblesses et pénètrent par les failles de notre caractère et de notre comportement.

Les implants constituent une nouvelle approche des phénomènes de possession. Le chercheur Cyrille Odon déclare à ce sujet : «Je voudrais tenter tout d'abord de vous décrire la modalité d'implantation des injonctions hypnotiques par lesquels sont créés les implants chez les individus, et ce qui les rend si tenaces, profonds et opérants – il peut y avoir en plus de ceux-là des implants collectifs, culturels et des auto-implants extrêmement puissants, dont la nature est toute autre, mais qui sont développés selon les mêmes principes.

Constatons tout d'abord que le traitement de ces implants individuels ne peut se faire sans le concours de notre conscience supérieure, et sans la restauration au minimum de nos capacités en tant qu'être multidimensionnel. On ne saurait traiter un implant comme un vulgaire comédon, car il a été le plus souvent forgé en d'autres mondes, en d'autres dimensions le plus souvent, et sur d'autres parties de nous-mêmes.

Les êtres au service de la Lumière sont des proies recherchées en permanence par les « frères noirs », rebelles à l'Unité, et qui sont au service des puissances désireuses d'imposer leur pouvoir sur les mondes où ils se sont implantés.

Lorsqu'ils peuvent – selon les modalités les plus variées – capter un être au service de la Lumière et de la Conscience et qui conserve un lien avec le Plan Divin, ils vont d'abord procéder à un traitement d'une extrême puissance pour briser ses résistances physiques, énergétiques, psychiques et spirituelles afin de le rendre le plus inapte possible à ce Service.

Pour traiter un implant de façon correcte, il convient de retrouver la mémoire précise des conditions de notre capture, puis des modalités de « lavage de cerveau » qui ont été utilisées, ainsi que des expériences, pensées, et intentions développées par le sujet lui-même au cours de ce traitement sans merci. Les modalités sont les plus diverses et associent le plus souvent les flashes de lumière, des sons émis sur des fréquences insoutenables, des émissions d'ondes électromagnétiques de grande puissance brisant tout sentiment d'intégrité. Lorsque l'être est absolument vidé de toute capacité de résistance et de conscience, une injonction contradictoire est invoquée, le plus souvent sous forme de «double-contrainte», du genre : «Si tu tentes quoi que ce soit pour t'en sortir, tu seras réduit à la totale impuissance ».

Le traitement véritable de l'implant suppose en vérité de retrouver le libellé exact de cette injonction contradictoire dont le but est, en général, de contraindre un être à ne plus faire appel à ses capacités en rapport avec les aspects multidimensionnels de son être. L'implant fait perdre au sujet toute notion des capacités qu'il peut avoir développées en d'autres espaces, temps et dimensions. Il crée ce qu'on nomme « l'agnosie », c'est-à-dire une déprivation des capacités de connaître ou d'accéder à la connaissance par soi-même.

Il produit un rétrécissement drastique des champs de conscience et des capacité subtiles permettant de les développer. Aussi, pouvons nous dire que, paradoxalement, chez un être, un implant « brille par son absence », c'est à dire par la certitude dans laquelle les personnes implantées demeurent d'être inaptes, incapables ou incompétentes, d'accéder par elles-mêmes à une source de connaissance transcendante quelle qu'elle soit, notamment par le moyen de leurs capacités extrasensorielles, de leur intuition et de leur intelligence. Elles ont été mises dans un état d'inaptitude à résister à tous les conditionnements ultérieurs qui seront infligés comme autant de nouveaux implants, par ceux qui dirigent notre Terre et qui ont intérêt à les renforcer pour user et abuser de nous en toute impunité.

Nos « élites » au pouvoir ont besoin que nous demeurions dans l'inconscience et l'ignorance. Et toutes les informations et contre-informations que vous pouvez imaginer – et plus encore – ont été, sont et seront données pour cela, y compris à propos des implants et de leurs supposés traitements opérants. Nous ne pouvons soigner les implants par les croyances. Nous ne pouvons que les traiter avec notre conscience personnelle et surpra-personnelle, avec le concours actif de toutes nos facultés. En effet, le substrat autorisant à forger des implants chez les êtres, est constitué des plus hautes et originelles souffrances qu'ils peuvent avoir éprouvées : celles qui sont en rapport avec l'expérience de la séparation d'avec la Source d'Amour Inconditionnel – autrement dit la rupture originelle d'avec la Lumière de Grâce et de Béatitude infinie.

Un être est-il dans la croyance qu'il a dû se séparer de la Source Universelle pour la raison qu'il était indigne ? L'implant utilisera la puissance de ses sentiments d'indignité pour œuvrer de façon incessante à tous les niveaux de son être, s'il se croit indigne !

Vous comprenez alors aisément que l'autre condition impérative pour traiter un implant « sur le fond » est de recouvrer la mémoire de ce que nous avons vécu, éprouvé, pensé, cru et désiré au moment de la séparation primordiale. Ainsi concevez-vous qu'une pratique superficielle soit inefficace, sinon propice à remuer en vous les plus profondes souffrances. Dans un tel travail, vous engagez tout votre être singulier, jusqu'en ses plus hautes racines. Il est fort utile d'invoquer la Présence de Je Suis. »


Undercover 4

Friday, August 23, 2013

Syrie, le plan américano-sioniste



« La Syrie subit depuis 2011 une tentative de déstabilisation. Il ne s'agit pas d'une guerre civile mais bien d'une invasion étrangère ! Le but est de détruire la Syrie telle que nous la connaissons aujourd'hui pour diviser le pays, affaiblir son allié iranien et permettre au projet du Grand Israël de voir le jour. Ce projet prévoit d'étendre Israël du Nil jusqu'à l'Euphrate recouvrant ainsi la Palestine historique, le Liban, la Syrie, la Jordanie, une partie de l'Irak et une partie de l'Egypte. Le député indépendant belge Laurent LOUIS dénonce pour la première fois devant un Parlement national l'existence de ce projet sioniste ! »


Des troupes hostiles à Bashar Hafez al-Assad, financées par les Saoudiens et encadrées par des commandos jordaniens, israéliens et américains, ont lancé une offensive contre Damas depuis mi-août. Au cours de cette offensive les belligérants ont utilisé des armes chimiques.

"Selon les informations recueillies par Le Figaro, les premières troupes rebelles opposées Bashar Hafez al-Assad, formés à la guérilla par les Américains en Jordanie, seraient entrés en action depuis la mi-août dans le sud de la Syrie, dans la région de Deraa. Un premier groupe de 300 hommes, sans doute épaulés par des commandos israéliens et jordaniens, ainsi que par des hommes de la CIA, aurait franchi la frontière le 17 août. Un second les aurait rejoints le 19. Selon des sources militaires, les Américains, qui ne veulent ni mettre de soldats sur le sol syrien, ni armer des rebelles en partie contrôlés par les islamistes radicaux, forment discrètement depuis plusieurs mois, dans un camp d'entraînement installé à la frontière jordano-syrienne, des combattants de l'ASL, l'Armée syrienne libre, triés sur le volet.

À la faveur de l'été, leurs protégés auraient commencé à bousculer des bataillons syriens dans le sud du pays, en approchant de la capitale. « Leur poussée se ferait désormais sentir jusque dans la Ghouta, où les formations de l'ASL étaient déjà à l'œuvre, mais sans réellement pouvoir faire la différence aux abords de la forteresse damascène », explique David Rigoulet-Roze, chercheur à l'Institut français d'analyse stratégique (Ifas).

Selon ce spécialiste de la région, l'idée envisagée par Washington serait la création éventuelle d'une zone tampon à partir du sud de la Syrie, voire d'une zone d'exclusion aérienne, qui permettrait d'entraîner les opposants en toute sécurité, jusqu'à ce que le rapport de forces change. C'est la raison pour laquelle les États-Unis ont déployé des batteries Patriot et des F16, fin juin, en Jordanie."

Source



Thursday, August 22, 2013

Faire taire les gens



La condamnation pour l'exemple de Bradley Manning à 35 ans de prison pour avoir fourni à WikiLeaks quelques 700 000 documents parviendra-t-elle à faire taire ceux qui luttent contre l'empire mondial ?

Faire taire les gens
par Diana Johnstone


Quand le pouvoir devient ouvertement criminel, il est temps de faire taire les gens. A travers l’Empire mondial, ce moment semble arriver. La liberté d’expression est de plus en plus menacée, tant aux Etats-Unis que dans la vieille Europe, bien que ces attaques viennent d’angles différents.

Aux Etats-Unis, l’assaut est clairement mené par des fanatiques d’extrême-droite comme David Horowitz, qui incite les étudiants à dénoncer les professeurs qui osent tenter de leur enseigner des choses qu’ils ne pensent pas déjà savoir. Le but est clairement d’interdire toute critique de la politique guerrière des Etats-Unis. Dans la vieille Europe, l’assaut est plus subtil et probablement moins lucide. Il est mené en partie par des gens qui se considèrent comme étant de gauche et qui semblent parfaitement inconscients du danger qu’il y a à limiter la liberté d’expression.

En 1990, l’amendement, connu sous le nom de « loi Gayssot » a été introduit par un député communiste (loi fabius-Gayssot). Il semble que la gauche française, particulièrement le Parti Communiste, dans son désir de préserver l’héritage de la résistance française pendant la deuxième guerre mondiale, n’a pas vu de danger dans la création d’un précédent punissant des discours comme s’il s’agissait d’actes.

Dans les années récentes, le contexte a considérablement changé. Devant la protestation mondiale contre la façon dont sont traités les Palestiniens, des efforts croissants ont été faits pour étendre la définition de l’ « antisémitisme », afin d’y inclure toute critique d’Israël. En insistant sur le fait qu’il n’y a pas de différence entre les juifs et l’état juif (proposition vigoureusement contestée par de nombreux français d’origine juive) et donc que la critique d’Israël s’identifie avec l’antisémitisme, les ultra-sionistes semblent provoquer l’antisémitisme qu’ils dénoncent. Que ce soit délibéré ou non est discutable. La France a la plus importante population juive d’Europe, professionnellement qualifiée et assimilée, et Sharon essaie ouvertement de l’attirer en Israël en proclamant que les juifs ne sont en sécurité nulle part, et surtout pas en France, à cause, soi disant, de l’antisémitisme.

Dès que la critique d’Israël est identifiée à de l’antisémitisme, elle devient taboue. Un des principaux spécialistes de cette intimidation morale est Roger Cukierman, un sioniste qui préside le CRIF (Conseil Représentatif des Institutions Juives de France). En avril 2002, Cukierman a même applaudi le score surprenant de Le Pen au premier tour des élections présidentielles comme étant "une bonne leçon pour les Arabes". Cukierman ne représente sûrement pas les nombreux citoyens juifs qui ne sont pas membres des organisations juives. Néanmoins, le dîner annuel du CRIF est devenu un must pour les leaders politiques français, qui, chaque année, écoutent docilement les imprécations de Cukierman les accusant de ne pas faire assez pour arrêter l’antisémitisme. Seize ministres baissaient la tête tandis que Cukierman attaquait la politique étrangère du président Chirac - son opposition à la guerre en Irak et sa tentative de poursuivre une politique équilibrée au Moyen-Orient.

Ce qui illustre que le combat contre l’antisémitisme peut être injecté dans les discussions géopolitiques comme prétexte pour stigmatiser l’opposition croissante à la politique d’Israël et des Etats-Unis.

Faire taire Dieudonné

Cette stigmatisation a atteint un sommet avec la campagne visant à faire taire l’humoriste Dieudonné.

La campagne a commencé en décembre 2003, après un court sketch où Dieudonné, déguisé en colon juif des territoires palestiniens occupés, a appelé les jeunes à rejoindre l’axe du Bien américano-sioniste. Ce qui fut ponctué par l’exclamation « Isra heil ! », qui suscita un tollé. Les organisations sionistes ont réussi à faire annuler les spectacles de Dieudonné, en le menaçant. Néanmoins, il a gagné tous ses procès. Quand il réussissait à trouver une salle pour son spectacle, elle était pleine et une standing ovation l’attendait.

Comme il arrive souvent, l’éducation catholique de Dieudonné en a fait un libre-penseur, critique acerbe des religions. Dans ses spectacles, il parodie régulièrement toutes les religions sans excepter l’animisme de ses ancêtres africains. L’insolence est une constante de l’humour français, qui n’hésite pas à ridiculiser le catholicisme comme l’Islam en des termes très offensants. (Mais il ne faut pas se moquer du judaïsme, la religion des « élus » !)

Insistant sur son engagement en faveur de l’égalité et des valeurs universelles, Dieudonné a refusé de se censurer comme le lui demandaient ses critiques. Ils l’ont attendu au tournant. Dans une conférence de presse à Alger le mois dernier, il a utilisé l’expression « pornographie mémorielle », forgée par l’historienne israélienne Idith Zertal, faisant référence à certains aspects excessifs de la commémoration de l’holocauste. D’après Dieudonné, aucun journaliste algérien n’a jugé bon de rapporter cette expression qui, dès lors, se réduisait à une parole d’opinion privée. Elle n’en fut pas moins saisie par un site sioniste qui propagea l’expression, ajoutant que Dieudonné avait qualifié la Shoah elle-même de « pornographie mémorielle ». Une nouvelle et très violente affaire Dieudonné était lancée.

Le fond de commerce des humoristes est souvent l’excès et le mauvais goût. Sur ces deux plans, Dieudonné est relativement bénin. Son personnage est plutôt bonhomme, sans le venin qui caractérise certains présentateurs de talk shows américains.

De retour à Paris, Dieudonné a donné une conférence de presse, pour dire que ses propos avaient été déformés, qu’il n’avait jamais mentionné la Shoah comme telle, et qu’il respectait les victimes de cette immense tragédie.

Mais il n’a pas suffit de corriger la citation inexacte. Quels que furent les mots prononcés, les journalistes hostiles voulaient savoir, « mais qu’avez-vous voulu dire » ? En d’autres termes, « que pensez-vous » ? La criminalisation des mots dits conduit à la criminalisation des pensées non dites.

Expliquant sa position politique, Dieudonné affirme que son combat contre le racisme l’amène à s’opposer au communautarisme exacerbé qui dresse certaines communautés religieuses contre d’autres.

Pourquoi n’existe-t-il pas de monument aux victimes de la traite des esclaves ? Pourquoi existe-t-il des financements pour 150 films sur l’holocauste alors qu’il n’a pu obtenir aucun financement pour un film sur « le code noir », qui fut la base légale du commerce français des esclaves ? Ceci n’a en rien calmé ses critiques, et, dans les jours qui suivirent, les attaques dans les médias se firent encore plus virulentes. [...]

Les annulations et les menaces de mort sont arrivées en masse chez Dieudonné. Même s’il gagne devant les tribunaux, comme ce fut le cas, les médias cherchent à le détruire. La signification de cette campagne va bien au-delà de ses conséquences sur la carrière d’un artiste de talent. Deux conséquences plus générales sont à signaler.

Premièrement, la campagne contre Dieudonné s’avère être une tentative de réduire au silence une des principales voix de l’universalisme laïque qui a des partisans parmi les jeunes de toutes les communautés de France notamment - mais non exclusivement - parmi les enfants d’immigrants d’Afrique et des pays arabes. Beaucoup d’entre eux, contrairement à lui, sont croyants. Mais si des jeunes filles voilées peuvent rire de ses satires contre les extrémistes musulmans, pourquoi une satire similaire contre des colons sionistes orthodoxes est-elle interdite ? Pourquoi le CRIF a-t-il plus d’influence qu’une organisation représentative de la communauté musulmane, bien plus nombreuse ? L’universalisme laïc de Dieudonné n’est-il pas une saine réponse à la menace d’un conflit intercommunautaire ?

Deuxièmement, et ce qui est sans doute le plus important, la campagne contre le comique français est l’indice d’une tendance générale visant à utiliser l’accusation d’antisémitisme chaque fois qu’il s’agit de critiquer la politique des Etats-Unis, y compris la conquête de l’Irak. C’est parfois flagrant, parfois plus subtil.

L’expression « pornographie mémorielle » manque sans aucun doute de précision et de bon goût. Mais elle n’en exprime pas moins une certaine lassitude, qui existe aussi chez de nombreux juifs, devant la constante commémoration d’une tragédie passée, à l’exclusion d’autres (le bombardement d’Hiroshima, les génocides arménien, du Cambodge, du Rwanda…).

On peut penser de plus en plus que cette répétition ne contribue nullement à empêcher que cela ne se produise à nouveau. Au contraire, elle est exploitée pour faire taire toute opposition à la politique de guerre des Etats-Unis et de son principal partenaire au Moyen-Orient, l’état Sioniste. C’est une telle opposition qui était le sens de la parodie de Dieudonné sur l’axe du mal, et qui concerne essentiellement le présent et le futur immédiat et non une quelconque négation du passé.

Sur le plan idéologique, la référence constante à l’holocauste, liée à la suggestion qu’une nouvelle persécution des juifs d’Europe pourrait recommencer, crée un clivage subtil mais profond entre les Etats-Unis et l’Europe. Concernant l’Allemagne c’est évident ; mais également en France, où les justifications sont bien moindres, mais l’insistance des critiques américains tout aussi forte, la référence à l’holocauste maintient un sentiment de culpabilité, et disqualifie ces puissances européennes dans leur volonté de jouer un rôle à l’avenir.

Au contraire, pour les Etats-Unis, l’holocauste est devenu la clef majeure d’une idéologie qui justifie ses interventions militaires pour « sauver les victimes » partout dans le monde. Ceci est fondé sur le mythe que ce sont les Etats-Unis qui sont finalement venus au secours des victimes de l’holocauste. L’implication de ce mythe, qui sous tend l’énorme exagération d’un « retour de l’antisémitisme » en France, vise à faire croire que les Européens, laissés à eux-mêmes, recommenceront à persécuter les juifs. Et que seuls les Etats-Unis peuvent les en empêcher.

Ainsi, le mythe des interventions militaires bienveillantes des Etats-Unis est renforcé par l’exploitation idéologique de l’holocauste tout autant que la vieille Europe en est affaiblie. Ceci est une des raisons pour lesquelles les politiciens et les médias européens qui veulent voir leur pays suivre Washington - et qui sont loin d’être tous juifs - trouvent politiquement utile de rappeler le plus souvent possible l’holocauste. Il ne s’agit pas de respecter les victimes mais de les exploiter. Par un perpétuel chantage implicite, les politiciens et les médias pro-Otan paralysent l’Europe et la disqualifient comme opposante aux guerres menées par les Etats-Unis afin de remodeler le Moyen-Orient.

Il semble qu’il y a eu bien plus d’indignation dans les médias français à propos d’un reportage douteux concernant quelques remarques de Dieudonné qu’à propos de la totale destruction de la ville de Fallujah en Irak. Dans un monde pareil, reste-t-il encore de la place pour un humoriste ?

Diana Johnstone, « La Croisade des Fous ».

La Croisade des Fous
Yougoslavie, OTAN et illusions occidentales »

Le livre est évidemment introuvable, probablement parce que, comme l'écrit un lecteur, « c'est un bon résumé de l'étrange gestion des conflits des Balkans, par l'OTAN et les pays de l'union européenne. Il nous retrace les aléas de ces fous de guerre, dont peu de médias nous parlent. Ce livre donne une vision lucide sur un conflit du passé, mais surtout, il nous permettra de décrypter ceux du futur ».