Wednesday, August 31, 2011

Créatures reptiliennes ou esprits martiens ?





Le Français Anton Parks, qui poursuit les travaux de Zecharia Sitchin (« La 12ème planète ») et René Boulay (« Flying Serpents and Dragons », version française : « Le passé reptilien de l'humanité »), et les pousse bien plus loin dans son livre « Le secret des étoiles sombres, » ne convainc pas Joël Labruyère. 

Parks est-il parisien ? Bon, il a de l'imagination en tout cas. Son roman, genre science-fiction, « Le mystère des étoiles sombres » me fut envoyé par Nenki, mais je n'y ai rien trouvé.

Il est vrai que je suis prévenu contre les marchands de reptiliens et de terre creuse peuplée de dragons. En outre, les passages tantrico-érotiques sont lourds, et je déplore que malgré cela Parks n'ait pas accédé à la renommée. Il devrait savoir que le milieu nouille-ageux demeure puritain et qu'il veut de la lumière, encore de la lumière, et toujours de la lumière (luciférienne, ça va de soi).

Bref, ce livre serait acceptable en tant qu'œuvre de fiction historique, mais le problème c'est que l’auteur entend passer pour un connaisseur en mystères mineurs, recyclant la farce des reptiliens de David Icke, cette fois authentifiée par l'étymologie cunéiforme.

Le problème qui se pose ici, c'est qu'on veut présenter les dieux et les démons antiques comme des êtres matériels. J'en ai fait part à Nenki qui édite ce genre d'ouvrage, et notre relation en est restée là, il affirme que « tout est matériel dans l'univers ». D'où sa croyance en des reptiloïdes venus de l'espace, et qui nous auraient créé dans leurs vaisseaux-laboratoires.

Je rejette ces théories matérialistes. Certes, il existe des démons qu'on nomme les « esprits serpents » mais il s'agit d'êtres spirituels qui s'insinuent dans notre subconscient pour nous posséder. Parfois, ces démons sont si imposants que la victime atteinte de médiumnité les perçoit par astralisme. Un exemple. Voilà ce qui arrivait à Ignace de Loyola lorsque son serpent le visitait :

« Il lui arriva souvent en plein jour de voir en l’air, près de lui, une forme qui lui donnait beaucoup de consolation, car elle était extrêmement belle. Il ne se rendait pas bien compte de quelle espèce était cette chose, mais il lui semblait en quelque sorte quelle avait la forme de SERPENT ; et elle avait toutes sortes de choses qui brillaient comme des yeux. Il retirait une grande jouissance et consolation de cette vue ; et plus souvent il la voyait, plus grande était la consolation ; et quand elle disparaissait, il en était attristé. »
(Source : Testament d'Ignace de Loyola raconté par lui-même au père Gonzalès de Camara)

Donc, l'Ordre des Jésuites a été fondé par un de ces puissants esprits-serpents qui vivent dans le système solaire, en l'occurrence un démon de Mars, un envahisseur, si rusé qu'il s'est fait le défenseur de la Papauté contre la Réforme afin de mettre l’Église catholique sous son contrôle. (Plus tard, les jésuites inventèrent la fable des « petits hommes verts » - les martiens - sans doute pour faire diversion sur l'origine martienne de leur armée)

Donc, les esprits-serpents existent mais en tant qu'êtres spirituels.

Nous pouvons citer un autre trait caractéristique de ces esprits-serpents venus de Mars. C'est leur attachement à la matière et particulièrement au fer qui est le métal associé à la planète rouge.

C'est le père Teilhard de Chardin, qui, en digne fils d'Ignace-le-Martien, a lâché une confidence fort significative :

«Je n’avais certainement pas plus de six ou sept ans lorsque je commençai à me sentir attiré par la Matière, - ou plus exactement par quelque chose qui « luisait » au cœur de la Matière. Je me retirais dans la contemplation, dans la possession, dans l'existence savourée de mon « DIEU DE FER », - le Fer, je dis bien. Et je vois même encore, avec une acuité singulière, la série de mes «idoles ». A la campagne, une clef de charrue que je dissimulais soigneusement dans un coin de la cour. En ville, la tête, hexagonale, d'une colonnette de renfort, métallique, émergeant au niveau du plancher de la nursery, et dont j 'avais fait ma propriété. Et en effet, pourquoi le Fer ? Et pourquoi, plus spécialement tel morceau de fer (il me le fallait épais et massif le plus possible), sinon parce que, pour mon expérience enfantine, rien au monde n'était plus dur, plus lourd, plus tenace, plus durable que cette merveilleuse substance saisie sous forme aussi pleine que possible... la Consistance : tel a indubitablement été pour moi l'attribut fondamental de l'Être ».
(« Cœur de la matière » par Pierre Teilhard de Chardjn - inédit n° 303 de la bibliographie Cuénot)

En cet âge noir que les hindous appellent l'Âge de Fer, nous avons ici un témoignage de première main sur la nature des esprits (jésuites) qui ont fait la pensée moderne depuis le 16ème siècle.

Par contraste, mentionnons le mystique hindou Ramakrishna (19ème siècle) qui à l'opposé des apôtres du fer de Mars, hurlait de douleur lorsqu'il saisissait un objet en métal. Curieuse différence.
(« La Vie de Ramakrishna » par Romain Rolland)

Joël Labruyère

Du même auteur, « La piste jésuite, pour la plus grande gloire d'Ignace-le-Martien » :

Voici une information qui n’a pas encore été révélée de manière explicite. Quelques chercheurs sur le thème des Illuminati ont mentionné ce groupe – dont chacun connaît le nom depuis toujours – mais ils ont contourné l’obstacle. Désinformation ?
À croire que tout le monde parle des Illuminati sans rien en savoir. 

En clair, ce groupe qui manipule la politique mondiale depuis quatre siècles a pour nom COMPAGNIE DE JÉSUS. C’est, en réalité, une société secrète dissimulée sous l’apparence d’une congrégation de prêtres.

La Compagnie de Jésus est la société secrète la plus structurée et sans doute la plus active sur la terre. C’est, en tout cas, le seul groupe qui ait réellement des pouvoirs occultes concentrés et efficaces. Cela est ignoré par la plupart des gens qui croient que les Jésuites sont un ordre ecclésiastique dédié à l’éducation de la jeunesse issue de la bourgeoisie. Et il est vrai que nos élites occidentales sont passées par ce moule, mais être un élève des Jésuites ne fait pas de vous un Jésuite. Cela vous marque tout au plus, comme une trace psychique.

Les Jésuites initiés, c’est tout autre chose. Nous ne parlons pas du père jésuite de base, assez sympathique au demeurant, que vous avez pu croiser dans un collège, une organisation sociale ou un centre éducatif. Non, nous parlons des initiés, les Profès du grade du 4ème Vœu. C’est parmi eux que sont recrutés le gratin de la cour luciférienne, les véritables Illuminati. 

LES CHEFS DES ILLUMINATI SONT DES JÉSUITES D’UN GRADE SUPÉRIEUR ?

Les Illuminati sont de vrais Jésuites et vice-versa. Il ne peut pas en être autrement. Les Jésuites ont fondé le célèbre ordre des Illuminés de Bavière qui est devenu un leurre pour amateur de curiosités initiatiques. Si cet ordre était vraiment une société secrète, vous ne le connaîtriez pas. Car ce qui est vraiment secret demeure secret. Par contre, l’ordre intérieur des Jésuites est une véritable société secrète. Et vous n’en connaissez rien, ni vous, ni aucun soi-disant ésotériste. Lisez les livres d’occultisme et tout ce qui touche aux sociétés secrètes, et vous n’en trouverez tout au plus qu’une timide allusion. 

LES GENS ONT-ILS PEUR D’EN PARLER, OU EST-CE PARCE QUE CELA EST SI SECRET QUE RIEN N’EN TRANSPARAÎT ?

Lorsqu’on explique à des gens qui se gargarisent avec le complot des Illuminati que tout repose sur la société des Jésuites, il y a comme un flottement. Les gens ont été conditionnés à ne voir dans les Jésuites qu’un groupe de prêtres en noir qui rasent les murs. C’est l’image que les Jésuites ont voulu donner, afin qu’en les prenant pour des religieux, au demeurant parfaitement repérables, on ne puisse imaginer à quel point leur duplicité dépasse les normes. Chez eux, tout est paradoxal et extrême. Nous parlons des Jésuites des hauts grades car, encore une fois, les Jésuites de la base ne sont pas initiés aux secrets de l’ordre, quoiqu’ils forment un bataillon de soldats obéissants prêts à remplir n’importe quelle mission. On ne recrute qu’un seul initié sur quarante candidats qui, écoutez bien, ont été préparés pendant quinze ou vingt ans !

Avec eux, le paradoxe est la règle. Les Jésuites se font passer pour des faux-jetons pour comploter à l’aise. Ils sont experts dans de nombreux domaines de pointe. Ils sont pauvres avec les pauvres et riches avec les riches. Mais ils peuvent faire exactement le contraire que ce qu’on les croit occupés à faire. Depuis quatre siècles, ils ont pris à la fois l’Église catholique et la Franc-Maçonnerie en otage pour faire avancer leur grand projet : le Grand Œuvre. Le nouvel ordre mondial est leur invention. Dans cette période de l’âge noir, la destinée des peuples est sous leur contrôle. Aucune révolution ni guerre ne sont déclenchées sans eux. En quatre siècles, ils ont été bannis 73 fois d’à peu près tous les pays, tant ils causaient de zizanies et de problèmes politiques. Mais pour mieux le comprendre, revenons un moment sur leur histoire.

Ignace de Loyola a fondé l’ordre des Jésuites – la Compagnie de Jésus – au XVIe siècle pour en faire une armée théoriquement au service de Rome – je dis bien de Rome et non de l’Église qui devint leur outil de conquête. C’est une super inquisition pour les temps modernes ; une milice pour convertir les peuples ou tout au moins pour ramener les grandes religions mondiales dans le sein de Rome à travers l’œcuménisme, lorsque la conversion s’avère impossible. C’est pourquoi cette société s’appelle Compagnie et que son chef porte le titre de Général. Les fondateurs de la SS s’inspirèrent de l’ordre jésuite, et les services secrets internationaux y ont leurs racines. Mais nous verrons que les nazis ne furent que les marionnettes de leurs parrains bien plus malins.

Au début, il fallait contrer la Réforme de toute urgence, et sauver le Vatican d’une débâcle annoncée. Avec génie, Ignace de Loyola tira profit de cette situation critique pour l’Église afin de se placer en tant que défenseur de la Foi contre les « parpaillots et les hérétiques » contre lesquels les Dominicains semblaient incapables de lutter.

Dès sa fondation, l’ordre se répand sur la terre, d’abord en Inde, puis au Japon et en Chine. De Chine, les Jésuites sont passés au Tibet, sans doute les premiers – et l’on verra l’importance de cette pénétration clandestine. À chaque étape, ils se fondent dans la foule « comme des poissons dans l’eau ». Cette formule de Mao Tsé Toung, fut empruntée aux Jésuites, ses véritables maîtres. Et l’avancée continue durant le XVIIe siècle. Ils apparaissent en Amérique du Sud, en Afrique, et dans tous les pays du monde. En un siècle, ils sont partout, derrière les tentures de tous les palais. À chaque étape, ils s’incrustent profondément dans la culture locale allant jusqu’à se déguiser en sannyasin, en Inde, et en mandarin confucianiste, en Chine. Ils ne s’en cachent d’ailleurs pas car la dissimulation et l’infiltration font partie de leurs devoirs. Sur des gravures chinoises représentant des mandarins aux ongles longs et aux moustaches tombantes, on aurait du mal à identifier des pères jésuites, à moins d’un détail comme ce crucifix volontairement disposé dans un coin du décor.
Au Tibet, ils disparaissent dans les lamaseries, mais réapparaissent au XIXe siècle en tant que… maîtres de la Grande Loge Blanche !
Vous avez compris l’astuce ?

Cela n’étonnera que les naïfs qui croient aux contes de fée de la Théosophie façon new age. Comment imaginer que la Grande Loge Orientale soit entre les mains de ceux qui tiennent également le Grand Orient sous leur coupe ? Mais, c’est ainsi. Les Jésuites ont investi le Tibet, et n’en sont jamais repartis. 
Vous voyez le topo ? C’est pourquoi aujourd’hui encore, ils financent le bouddhisme tibétain (1) – ils paient directement le salaire des lamas – après avoir lancé la Chine communiste contre le Tibet. Toujours « diviser pour régner ». Car, la Chine est l’une de leurs places fortes, et le communisme est leur cheval de Troie. Tout cela est dit en raccourci, mais le chercheur motivé en découvrira les preuves s’il y consacre un peu d’efforts. Car rien n’est caché lorsqu’on sait lire les livres de propagande sur le lamaïsme, par exemple...

LIRE LA SUITE :

1)  En France, j'ai participé à une retraite animée par ma congrégation. Nous étions quatre moines, trois tibétains et un français. Bien que moine comme eux, les Tibétains m'ont toujours écarté de leur cercle et ne m'ont jamais convié à leurs rencontres avec de mystérieux donateurs. Il y avait là une déconcertante volonté de dissimulation d'un autre pan du lamaïsme. (Félix)


Le secret des étoiles sombres



Illustration :

Tuesday, August 30, 2011

Les véritables maîtres de la franc-maçonnerie




« La LOGE est la GEÔLE où les Jésuites tiennent les francs-maçons en esclavage », écrivait Helena Blavatsky au 19e siècle.

Un siècle plus tôt, à la veille de la révolution française, Nicolas de Bonneville (1760-1828) accusa les Jésuites d’avoir introduit dans la franc-maçonnerie la doctrine de la vengeance des Templiers, préludant la subversion internationale.


Quand on lit les Ouvrages des Jésuites sur la Maçonnerie, et sur l'importance de ses antiques mystères ; sur l'origine et sur les progrès de cet Ordre, on imagine d'abord qu'ils n'ont voulu qu'amuser quelques lecteurs par des songes et par des folies innocentes : mais quand on est assez heureux pour étudier ces Ouvrages à l'aide du chiffre des Elus (code secret), on voit clairement alors qu'il ne s'agit rien moins que de renverser des empires et d'y entretenir un levain de discorde.

La Société des Maçons est aujourd'hui (1788) composée de plusieurs millions d'hommes et le nombre des Initiés croît chaque jour. C'est un phénomène dans la l'histoire de l'esprit humain ! Cette Société mérite bien, ce me semble, un peu plus d'attention que de s'y faire seulement incorporer, et après, de s'y mettre à travailler avec le grand nombre! On sait comment le grand nombre des Maçons travaille ! Pour que tous les Maçons puissent à l'avenir travailler comme il convient à des hommes, il leur faut d'abord acquérir un Passe-partout Jésuitique, il faut qu'ils aient le courage d'entrer avec nous dans les détails les plus dégoûtants. Nous les rendrons le moins obscur et le moins ennuyeux qu'il nous sera possible !

C'est au sein même de l'Histoire de notre Europe que nous irons choisir toutes nos preuves, Fiat Lux, éclairons l'humanité.

Dans la société des Rose-Croix, disciples de Bacon, se trouvait Elie Ashmole qui se rendit ensuite fameux comme antiquaire (érudit de l'antiquité). Cet Elie Ashmole et quelques autres membres de la Société Fraternelle (Rose-Croix) étaient en même temps de la Compagnie des Maîtres Maçons d'Angleterre : cette circonstance de leur direction ou grande maîtrise du Métier des Maçons servit à leur procurer sans frais un lieu commode pour leurs assemblées de Rose-Croix. Ces Rose-Croix se réunirent dans la Salle de la Compagnie des Maçons qui s'assemblaient alors et encore aujourd'hui, comme tous les autres corps de métier plusieurs fois dans l'année. Pour ne laisser aucun indice de leurs assemblées, tout Rose-Croix qui n'était pas du corps des Maçons, se fit recevoir comme les autres dans cette Compagnie d'ouvriers Maçons. Et pour se distinguer des Maçons ouvriers, ils s'appelèrent Maçons libres & acceptés - Free and accepted masons ».

Les assemblées de ces Rose-croix inquiétèrent les Jésuites, pour qui rien n'était caché : ils s'efforcèrent de s'y glisser en assez grand nombre dans un temps de guerres civiles, ou les Rose-Croix commençaient a s'assembler rarement. Ils dispersèrent aisément les bons qui fuient d'eux-mêmes toute assemblée tumultueuse; ils se firent des partisans. Enfin ils réussirent à s'y trouver les Maîtres.

En 1682 les Jésuites formeront du système Rose-Croix de FREE-MASONS un système nouveau de FREE-MASONRY : ils firent de la Maison Salomonienne de Bacon un Temple de Salomon : ils plièrent tous les symboles à leurs desseins, et à force d'en donner des explications bizarres dont le sens Jésuitique était réservé à leurs conjurés, ils infectèrent la source la plus pure. Ce n'est bientôt plus qu'une eau croupie d'où la peste volerait de toutes parts.

Montrons la correspondance exacte et une liaison complète entre les quatre degrés de la Société des Rose-Croix Maçonnés par les Jésuites et les quatre degrés de leur Ordre. A Maryland en Amérique et en Russie, il y a encore aujourd'hui quatre espèces de Jésuites : c'est-à-dire, il y a des Jésuites de quatre différents grades : Le Frère Laïque ou le Temporel, Temporalis – T – est du premier degré.

Le Scholastique, Scholasticus – S – qu'ils appellent après son deuxième Noviciat les Scholastique accepté ou approuvé, Scholasticus adprobatus – S –, est un Jésuite du deuxième grade : alors il devient Prêtre; mais il n'est encore admis à aucun Office ou emploi de l'Ordre.

Le Jésuite du troisième grade est le Coadjuteur spirituel – C – Coadjutor Spiritualis : par une nouvelle Profession solennelle des trois vœux de Chasteté, Pauvreté et obéissance, il est entièrement incorporé à l'Ordre. Il n'est point encore admis dans l'intérieur de l'ordre mais on lui confie déjà certains emplois. Ces trois espèces de Jésuites se nomment les Profès des trois vœux, Professi trium votorum.

Le dernier ou quatrième Jésuite est un NÔTRE – N – Noster ; c’est là le véritable membre de la Compagnie de Jésus, Socius Societats Jésu, S.S.I. Il fait sa quatrième Profession : c'est un vœu de la plus parfaite obéissance envers le Pape, ce qui signifie proprement dans leur langage « plein de restrictions mentales » le Général de leur Ordre.

Le NÔTRE, le Noster, s'appelle un Profès des quatre vœux ; Professus quatuor votorum.

Avant de pouvoir devenir un Noster il faut avoir 45 ans. C’est à l'emblème de ces quatre vœux que les Jésuites ont amené peu à peu tous les symboles & allégories du Grade unique des anciens Disciples de Bacon : ils ont fait une Maçonnerie qui tient dans la servitude et l'ignorance vingt millions d'hommes en Europe.


Les Jésuites chassés de la maçonnerie, et leur poignard brisé par les maçons 
(1788)

 

Cliquer sur la vignette pour feuilleter le livre.





Monday, August 29, 2011

La franc-maçonnerie occultiste et la maîtrise du tellurisme





Héritiers d'une religion archaïque, les initiés le sont aussi d'une science très ancienne. De cette antique connaissance qui ne fut jamais que l'apanage jalousement gardé d'une poignée d'élus, seules quelques bribes ont survécu au naufrage du temps et émergent encore à la surface des eaux sombres de l'histoire. Il y avait ainsi une science de la foudre fort à l'honneur chez les Étrusques entre autres peuples antiques et dont le Frère Benjamin Franklin retrouva quelques principes plus de vingt siècles après. Elle avait servi si l'on en croit les légendes juives, lors de l'érection de la gigantesque statue d'un homme brandissant une épée au sommet de la tour de Babel.

Il y avait une autre science moins spectaculaire dans ses effets visibles mais redoutable par son influence à long terme : la science des veines du dragon, autrement dit l'art de canaliser les énergies magnétiques du sol. Cette science postule l'influence sur les lieux et sur les êtres des souffles cosmiques et telluriques. La Terre et l'Homme sont ainsi soumis en permanence aux influences subtiles, parfois bénéfiques et parfois délétères, des champs électromagnétiques d'origine cosmique mais aussi terrestre. Ces influences, conjuguées, amplifiées canalisées naturellement ou artificiellement s'expriment parfois avec une vigueur toute particulière qui font de certains sites des hauts lieux vénérés ou des terres de désolation. Il est ainsi des lieux où « souffle l'esprit » et d'autres qui semblent abandonnés de Dieu et des hommes. Le génie du lieu va alors imprimer son sceau sur la destinée des êtres qui, pour leur bonheur ou leur malheur, s'établiront là. Toute la science des veines du dragon va consister à corriger, à améliorer, à rétablir, voire même à créer une harmonie entre le lieu et ses habitants.

C'est le principe même de la science millénaire du Feng Shui chinois basé sur la conviction que l'organisme étant en communication constante avec son environnement, toute intervention sur celui-ci aura des répercussions – bonnes ou mauvaises selon le cas – sur celui-là. Aux méridiens d'acupuncture du corps humains se substituent ici des champs cosmo-telluriques dont la manipulation vont provoquer – à toute autre échelle, mais selon des principes similaires – des effets perceptibles sur la faune et la flore. La science occidentale redécouvre que l'homme est un être extrêmement sensible aux champs électromagnétiques, à l'influence desquels il est continuellement soumis. Ainsi une corrélation a été établie entre le nombre de suicides et l'intensité des champs magnétiques. Dans une étude sur les liens éventuels entre les suicides et la proximité de lignes électriques à haute tension, en constata que le taux de suicides était de 40% plus élevé dans la proximité de champs électriques intenses. La «cible» des radiations magnétiques semble être le système de régulation hormonal. Ce que confirme, de façon parfais spectaculaire, l'hypersensibilité au champ magnétique terrestre chez certaine personnes souffrant d'allergie. Ainsi pendant ses périodes de crise d'allergie, le patient est conditionné par l'orientation. S'il fait face au nord, il se sent mieux et même plutôt euphorique. S'il se tourne vers le sud ou s'il s'avance dans cette direction, ses malaises s'aggravent et peuvent aller jusqu'à la perte de conscience.

Il s'agit là, bien sûr, de cas extrêmes. Mais, si de telles conséquences sont possibles chez des individus hypersensibles à une orientation selon un axe nord-sud, on peut aisément imaginer les ravages d'une technologie – ou d'une technologie magique – capable de provoquer les mêmes effets sur une population beaucoup plus vaste, étendue à une ville ou à un pays entier.

La littérature des francs-maçons occultistes foisonnent de « chaînes d'union » et autres rituels magiques sensés provoquer la création de vortex d'égrégores et autres entités psychiques collectives. Une telle connaissance secrète serait à la disposition de sociétés initiatiques. Souvenons-nous de la véritable obsession d'un alignement sur le méridien de Paris dont semblaient souffrir certaines sociétés occultes - tel le Prieuré de Sion.

L'être humain, par la présence de magnétite dans son organisme, est très sensible aux variations – naturelles ou artificielles – des champs magnétiques de son environnement. Aussi, on peut très bien concevoir que la canalisation et l'amplification de champs magnétiques naturels, mais aussi la création délibérée de champs magnétiques artificiels puissent induire des effets perceptibles sur le physique et le psychisme de l'homme. Pour l'instant, attachons-nous – de façon très empirique – à démontrer l'existence d'axes actifs sur le plan de Paris.

Car si l'existence des alignements de monuments à fonction ésotérique est largement conditionnée par des pratiques de théurgie, elle doit aussi beaucoup à leur caractère actif au sens magique du terme. En d'autres termes, les alignements parisiens sont le « montage en série », afin d'en accroître considérablement la «puissance » de monuments à caractère magico-religieux conçus pour générer ou amplifier un champ dont l'influence sur l'esprit humain est jugé indéniable et efficace par ses promoteurs.

Les magiques « montages en série » constituent une extraordinaire « centrale d'énergie » : les axes semblent en effet servir de catalyseur au pouvoir qui ne peut apparemment s'épanouir que dans leur sillage. Systématiquement, tous les centres de décisions politique économique et même culturel sont méthodiquement implantés le long des axes ; et telle une araignée maléfique, le pouvoir central est tapi au centre du dispositif.

On constate avec effarement qu'un triangle presque équilatéral de deux kilomètres de côté et dont les trois angles seraient le palais de l’Élysée, le palais du Louvre et l'Hôtel Matignon englobe la totalité de la réalité du pouvoir en France. Tout ce qui compte vraiment est à l'intérieur de cette figure ou gravite à sa toute proche périphérie.

Dominique Setzefandt.


Le Paris occulte et ses monuments maçonniques


Saturday, August 27, 2011

Paris occulte





« Encensée par les uns, vilipendée par d’autres, la pyramide de verre édifiée dans la cour du Louvre n’a pas fini de susciter les polémiques, voire les passions. D'aucuns prétendent que ses parois triangulaires évoquent d'évidents messages et symboles maçonniques. D'autres vont plus loin en affirmant - hasard, coïncidence ou volonté délibérée ? - que le nombre global des vitres utilisées atteindrait le chiffre de 666, autrement dit, celui de la Bête de l'Apocalypse... » Roland Villeneuve


« La Pyramide du Louvre, les colonnes de Buren, l'Arche de la défense, l'autel maçonnique du Champ de Mars : autant de Grands Travaux décidés, conçus et commandés par François Mitterrand pour immortaliser à jamais son règne de quatorze années. Même si chacun perçoit intuitivement que tous ces monuments ont une dimension cachée, nul ne s'est réellement intéressé jusqu'alors à leur véritable sens.

Comment expliquer que sous les colonnes de Buren coule une rivière artificiellement créée, qu'on attire au Louvre des milliers de touristes dans une pyramide inversée, et que l'Arche de la Défense canalise des vents furieux pour activer un soufflet de forge sur l'empire des initiés (francs-maçons).

Dominique Setzepfandt répond à ces questions dans sa trilogie : Mitterrand Grand Architecte de l'univers, Paris Maçonnique, Paris ésotérique. »



Extrait :

La nouvelle Sion

« Paris reine du monde ». Et il est vrai que la révolution française est pour tous les pays du monde LA REVOLUTION. Pour les initiés, l'Adam Kadmon (l'homme originel) reposerait-il le long de l'axe historique de la « ville lumière », sa tête couronnée du diadème de l'arche de la Défense tournée vers le couchant et son cœur traversé par la colonne vertébrale de Paris? Paris est-il une autre Sion ? C'est l'opinion de Jean Izoulet, professeur de philosophie au Collège de France. En 1926, il fit paraître un curieux ouvrage au titre étonnant : Paris capitale des religions ou la mission d'Israël (Albin Michel - Paris 1926)

Le contenu était à la hauteur des espérance suscitées par l'intitulé puisqu'on y annonçait l'avènement d'une planète unifiée par un gouvernement mondial lui-même sous la houlette d'une religion unique : « La religion est l'essence même, ou, si l'on veut, la double, la triple, la quarte ; la quintessence de la politique. Sans le gouvernement religieux et moral il ne saurait y avoir de gouvernement politique et social. S'il n'y a pas d'obéissance interne à la loi morale, il ne saurait y avoir durablement obéissance externe à la loi « légale ». La Nature de cette super-religion n'était nullement occultée : « Mais il y a une dernière ou première religion qui, elle, n'a rien de régional ou de local, et qui est partout présente, une religion internationale, en un mot, une religion planétaire. Et c'est le Mosaïsme d'Israël. »

Le problème d'une éventuelle concurrence avec le christianisme était vite écarté, car selon lzoulet « le christianisme est un mosaïsme qui s'est inconsciemment camouflé, à l'usage du monde païen, et qui a ainsi conquis à Israël 650 millions d'âmes. Aujourd'hui, le camouflage disparaît et Moïse apparaît comme seul et unique chef de la religion universelle et éternelle, comme seul et unique chef de la religion civique et scientifique, comme seul et unique chef enfin de la religion laïque ». (Jean lzoulet)

La franchise de ces écrits d'avant-guerre tranche avec langue de bois contemporaine. On ne peut être plus clair quant à la doctrine de la Loge des Fils de l'Alliance.

Mais après tout, nous dira-t-on, les déclarations d'un professeur, fût-il du Collège de France, n'engage que leur auteur et n'intéresse que son psychanalyste. Sauf lorsque cet extravagant programme mondialiste et théocratique reçoit l'aval de Sylvain Levi membre de l'institut et président de l'Alliance israélite universelle. Et là encore il ne s'agit nullement du discutable soutien d'un fou isolé à un autre dément solitaire comme en témoigne cette déclaration du grand journal juif de Londres le Jewish World : « Le grand idéal du judaïsme c'est que le monde soit imbu des enseignements juifs et qu'une fraternité universelle des nations - en fait un judaïsme élargi – fasse disparaître toutes les séparations de races et de religions. »

La revue juive La Vérité israélite apporte encore quelques précisions : « Ces rapports entre la Franc-Maçonnerie et le Judaïsme sont plus intimes qu'on ne saurait le penser. Le judaïsme doit garder pour la Franc-maçonnerie en général une vive et profonde sympathie, et rien de ce qui touche à cette puissante institution ne doit lui être indifférente. Depuis longtemps, grâce aux progrès des mœurs et des libertés publiques, la Franc-Maçonnerie pu cesser d'être une société mystérieuse forcée par la crainte et la tyrannie des anciens gouvernements à une prudente obscurité ; depuis trop longtemps, ses principes et ses formes sont connus du public, pour qu'il soit difficile d'en apprécier le but et l'esprit. Or, cet esprit, c'est l'esprit du judaïsme dans ses croyances les plus fondamentales ; ce sont ses idées, c'est son langage, c'est presque son organisation. Lorsque j'aborde le sanctuaire où s'accomplissent les travaux de l'ordre maçonnique, j'entends partout retentir le nom de Salomon et les souvenirs d'Israël. »

Si tout cela confirme encore les liens étroits entre le judaïsme et la Franc-Maçonnerie. nous ne semblons guère avancer beaucoup dans la recherche des responsables. Comme toujours ce qui crève les yeux ne se remarque pas.


Livre en ligne de Dominique Sezepfandt : « La cathédrale d'Évry : église ou temple maçonnique ? »
http://www.scribd.com/doc/55982523/Setzepfandt-Dominique-La-Cathedrale-d-Evry-Eglise-ou-Temple-Maconnique

Monuments maçonniques de Paris :


Photo :

Friday, August 26, 2011

Le Petit Livre Noir




"Le Petit Livre Noir" est un recueil de citations d'un proscrit de la culture officielle : Julius Évola. Gianfranco De Turris, préfacier du livre, écrit :

La pensée traditionnelle reste une boussole possible dans le chaos contemporain, elle qui avait annoncé en son temps ce qu'il allait advenir et qui avait proposé alternatives et remèdes. Comme on le sait, René Guénon et Julius Évola ont incarné deux voies, celle de la contemplation et celle de l'action, brahman et kshatryia.

Selon Évola, la voie de l'action (désintéressée et spirituelle) doit être conseillée pour deux raisons : d'abord parce qu'elle s'accorde mieux à la manière d'être occidentale ; ensuite, parce qu'ayant à vivre dans le Kali yuga, l'âge ultime de beaucoup de traditions non seulement orientales mais aussi occidentales, l'unique philosophie qu'on peut prescrire est celle des Tantra, celle qu'on appelle aussi la Voie de la main gauche.

Julius Évola (1898-1974) est un penseur complexe et multiforme, au sens où, au cours d'un demi-siècle d'une activité intellectuelle intense, il s'est intéressé, au niveau théorique et pratique, à de multiples questions, orientations de l'esprit, activités : il a été peintre et philosophe, poète et hermétiste, morphologue de l'histoire et politologue, critique des coutumes et sexologue, orientaliste et mythologue, spécialiste des religions et de la Tradition. Mais il a été aussi un alpiniste de valeur et un conférencier universitaire. Ceci devrait permettre, à ceux qui sont intéressés, de choisir un aspect particulier de sa pensée : souvent, pourtant, les thèmes multiples s'entremêlent et pourraient produire une certaine confusion. Il est donc devenu nécessaire, comme guide des idées évoliennes, d'établir une espèce de synthèse qui permette, d'un côté d'avoir un coup d'œil général de sa pensée, de l'autre d'effectuer un choix. Ceci, surtout pour les plus jeunes lecteurs.

En 1971, au plus fort des mouvements de contestation, j'avais formulé une idée de ce genre, afin de fournir une orientation aux générations prises dans ce bouillonnement qui, trente ans plus tard, devait accoucher de notre société. J'eus alors recours à un spécialiste, Giovanni Conti, qui avait élaboré à son usage personnel un choix de pensées évoliennes. C'est ainsi que Giovanni Volpe, fils du fameux historien Gioacchino Volpe, édita un petit volume d'extraits tirés des œuvres (livres, essais, articles et interviews) d'Évola et qui fut intitulé : Citazioni, il s'agissait d'une référence clairement provocatrice aux Citations des œuvres de Mao qui, à l'époque, circulaient parmi les jeunes en révolte sous le nom usuel de « Petit livre rouge ». Malgré l'inégalité de diffusion, les idées d'Évola furent méthodiquement opposées à celles qui symbolisaient alors la subversion. Indépendamment de ce qui se passa à l'époque,on peut dire que si plus personne, aujourd'hui, ne s'intéresse à la pensée du dirigeant chinois, les idées d'Évola continuent, elles, d'avoir toujours plus d'écho et de diffusion, non seulement en Italie mais également en France et ailleurs (Évola a été traduit aux États-Unis, en Roumanie, en Hongrie et en Turquie). L'édition française que nous présentons ici s'inspire du choix de citations qui avait été fait en 1972 et sort parallèlement à la nouvelle édition italienne qu'on a intitulée L'Évola portatif. Les deux éditions s'adressent aux nouveaux lecteurs d'Évola comme aux plus accomplis, en cherchant à leur offrir une synthèse acceptable de la pensée évolienne de façon à les guider dans leur choix. Julius Évola s'est toujours battu pour une révolution intérieure, une révolution spirituelle, cherchant à concilier le concept métaphysique de tradition avec le concept idéologique de la droite, et même d'une droite spirituelle comme il l'a souvent décrite. Évola resta paralysé à la suite d'un bombardement à Vienne en 1945.

Il fut ensuite accusé, lors d'un procès à Rome en 1951, d'avoir été le mentor d'un groupe de jeunes arrêtés pour «reconstitution du parti fasciste » et actes violents. Lors de sa défense, il revendiqua son appartenance à la Tradition, son adhésion au fascisme dans la mesure où celui-ci pouvait coïncider avec la Tradition, et son combat pour une révolution spirituelle plutôt qu'une révolution faite d'actes violents ou d'actions armées. Voilà pourquoi la pensée de Julius Évola est importante : d'un côté, sa Révolte contre le monde moderne est totale et il nous donne les causes de la crise de l'Occident ; de l'autre, il fournit des contre-mesures individuelles : pour sortir indemnes, spirituellement indemnes, de la crise générale ; pour affronter et vaincre le mal dont succombe l'Europe, le nihilisme ; pour ne pas se laisser entraîner dans cette perversion du sacré opérée par le néo-spiritualisme qui, aujourd'hui, a pris le nom de New Age ; pour ne pas se laisser conditionner par les faits et les idées de la dictature américano-centrée, de l'unanimisme progressiste, de la globalisation des marchés, de la standardisation des goûts et de la mode, en résumé de cette Société de la pleurnicherie, comme l'a décrite le critique anglais Richard Hugues, et dont le vrai visage est une pensée monolithique qui élimine les contradicteurs et rétablit dans certains pays européens le délit d'opinion afin de faire taire à tout prix ceux qui refusent de se conformer. Une fois tombées les dictatures communistes à l'Est, il semble que l'Ouest libéral-démocratique ait trouvé nécessaire d'adopter certaines de leurs méthodes afin de consolider les régimes démocratiques en place.Un tel panorama suffit à définir le bon combat, tel qu'il doit être pratiqué, c'est-à-dire indépendamment de ses résultats effectifs. De plus, il y a le côté positif et réaffirmatif : Évola ne s'adresse pas à celui qui se réfugie dans une tour d'ivoire, mais à celui qui, même à un niveau personnel, aime donner un témoignage, un témoignage de cohérence. Les attitudes extraverties ne sont pas nécessaires : il faut simplement, comme Évola l'a souvent écrit, faire ce qui doit être fait, selon l'ancienne maxime sanscrite ; le faire selon sa propre équation personnelle qui, évidemment, n'est pas la même pour tous. C'est en pensant justement à la diversité de ses lecteurs que le philosophe traditionaliste a écrit ses livres. Il l'a rappelé explicitement en différentes occasions : pour celui qui veut suivre la voie occidentale, il y a La Tradition hermétique et Le Mystère du Graal ; pour qui veut suivre la voie orientale, il y a La Doctrine de l'Éveil et Le Yoga de la puissance ; pour qui veut suivre une voie existentielle et intérieure, Chevaucher le tigre ; pour qui veut suivre une voie politique et extérieure, Les Hommes au milieu des ruines. Il ne peut y avoir d'équivoque dans les propos d'Évola. Même dans la synthèse que constitue ce bréviaire, il n'y en a pas. Aussi, nous espérons qu'il puisse constituer un guide agile et efficace le long des parcours variés de la pensée évolienne. Un bréviaire pour se soustraire aux méandres du chaos, pour échapper au labyrinthe du monde moderne.

Gianfranco De Turris, Président de la Fondation Julius Évola.



Le Petit Livre Noir 







Extraits :

L'Europe a créé un monde qui, dans toutes ses composantes, constitue l'antithèse irrémédiable et complète du monde traditionnel. Il n'y a pas de compromis ou de conciliation possible, les deux conceptions étant séparées par un abysse au-dessus duquel tout pont serait illusoire.
Impérialisme payen (1928)

Nous nous trouvons devant la loi qui domine toute la culture et toute la société d'aujourd'hui : au plan inférieur, l'orgasme industriel, les moyens qui se transforment en fins, la mécanisation, le système des déterminismes économiques et matérialistes, rythmés par la science - lié à l'arrivisme, à la course au succès des hommes qui ne vivent pas, mais sont vécus - et, à la limite, les nouveaux mythes évoqués d'un progrès indéfini, sur la base du service social et du travail comme but en soi et devoir universel ; au plan supérieur, l'ensemble des doctrines faustiennes, adventistes, bergsoniennes... Il ne s'agit pas d'action, mais de fièvre d'action. C'est la course vertigineuse de ceux qui ont été éjectés de l'axe de la roue et dont la course est de plus en plus folle à mesure qu'elle s'écarte du centre.
Impérialisme payen (1928)

Une infinité d'hommes sur une terre sans lumière, réduits à une pure quantité – et seulement à une quantité - rendus égaux par l'identité matérielle des parties dépendantes d'un mécanisme laissé à lui-même, tournant à vide et sans contrôle possible voilà la perspective qui est au bout de la voie économico-industrielle vers laquelle converge tout l'Occident. Et celui qui sent là poindre la mort de toute vie, l'avènement de la loi brute de la matière et le triomphe d'un fait d'autant plus effrayant qu'il ne repose sur personne, celui-là sent qu'il ne peut y avoir qu'un remède : rompre le joug de l'or, dépasser le fétiche social et la loi d'interdépendance, restaurer les valeurs aristocratiques, ces valeurs de qualité, de différence, d'héroïsme, ce sens de la réalité métaphysique contre lequel, aujourd'hui, tout se rebelle.
Impérialisme payen (1928)

La révolte peut être légitime quand elle agit sur une culture dans laquelle on ne trouve plus la moindre justification supérieure, une culture vide et absurde, mécanisée et standardisée, tendant elle-même vers le sub-personnel, vers le monde amorphe de la quantité. Mais quand il s'agit de « rebelles sans drapeau », quand la révolte n'a, pour ainsi dire, d'autre but qu'elle-même, le reste n'étant que prétexte, quand elle s'accompagne de formes de déchaînement, de primitivisme, d'abandon à un état élémentaire et inférieur (sexe, ébriété, violence gratuite et souvent criminelle, exaltation complaisante du vulgaire et de l'anarchique), alors il n'est pas hasardeux d'établir un lien entre ces phénomènes et ceux qui, à un plan différent, relèvent des forces du chaos qui émanent des crevasses toujours plus visibles de l'ordre subsistant.
 « Il Conciliatore » (15 novembre 1967)

La véritable raison de la décadence de l'idée politique dans l'Occident contemporain tient au fait que les valeurs spirituelles qui pénétraient l'ordonnancement social se sont évanouies sans qu'on ait rien pu leur substituer.
 Impérialisme payen (1928)

L'homme traditionnel chercha à découvrir dans la divinité elle-même le secret et l'essence du sexe. Pour lui, avant d'exister physiquement, les sexes existaient comme des forces supra-individuelles et comme des principes transcendants ; avant d'apparaître dans la nature, ils existaient dans la sphère du sacré, du cosmique, du spirituel. Et dans la variété multiple des figures divines différenciées comme dieux et comme déesses, on chercha à recueillir, justement, l'essence de l'éternel masculin et de l'éternel féminin, dont la sexualité opposée des êtres humains est seulement une manifestation particulière et un reflet.
 Métaphysique du sexe (1958)

Nous disons que la philosophie en général culmine avec l'idéalisme transcendantal, lequel se conclue inévitablement par l'idéalisme magique. Au-delà de ça, il n'y a rien à explorer dans la philosophie. S'il on doit penser à un développement ultérieur au-delà de l'idéalisme magique, il ne peut s'agir de philosophie mais d'une forme d'action, se référant à une autoréalisation selon la puissance.
Teoria de l'Individuo assoluto (1927)

Si un jour l'humanité revenait à des conditions plus normales, peu de cultures lui sembleront aussi singulières que l'actuelle, dans laquelle on a couru après toute forme de pouvoir et de domination de la matière, négligeant cependant la domination de l'esprit, des émotions et de la vie psychique en général. C'est ainsi que beaucoup de nos contemporains – les soi-disant hommes d'action en première ligne – ressemblent à ces crustacés qui sont si durs et pleins d'excroissances scabreuses sur la carapace et si mous et invertébrés à l'intérieur.
La Doctrine de l'Éveil (1965)

S'il devait être question d'une réaction de fond contre le système, ce qui revient à dire contre les structures de la société et du monde moderne en général, selon moi, il y a peu de perspectives [...] Il ne s'agirait pas de contester ou de polémiquer mais de tout faire sauter : ce qui, à ce jour, est évidemment de l'ordre de la fantaisie ou de l'utopie, en laissant une bonne place à l'anarchisme sporadique. La chose possible et importante est l'action de défense intérieure individuelle, pour laquelle la formule adaptée est : « Fais en sorte que ce sur quoi tu n'as pas prise, ne puisse avoir de prise sur toi ».
Interview à Gianfranco de Turris « Il Conciliatore » (15 janvier 1970)





L'Arc et la Massue 

L'Arc et la Massue donne une image fidèle de la diversité des préoccupations de Julius Evola. La caractéristique essentielle de ce recueil d'essais. Réside dans un mélange des domaines étudiés. A partir du point de vue traditionnel, Evola est aussi bien capable d'aborder des problèmes métaphysiques très éloignés des inquiétudes contemporaines que d'analyser certaines questions relevant de la pathologie de notre civilisation moderne. Le titre ne laisse aucun doute à cet égard : l'arc permet d'atteindre des cibles élevées, avec une franchise et une rapidité (la flèche) foudroyantes ; la massue, arme plus lourde, d'un maniement plus ingrat, autorise les attaques les plus rudes, parfois avec brutalité, contre les points forts de la modernité.

Télécharger gratuitement L'Arc et la Massue :
http://www.thule-italia.net/fascismo/Libri/Francese/Evola%20-%20L_Arc%20et%20la%20massue.pdf











Thursday, August 25, 2011

On ira tous au Paradis





On ira tous au paradis mêm' moi
Qu'on soit béni ou qu'on soit maudit, on ira
Tout' les bonn' sœurs et tous les voleurs
Tout' les brebis et tous les bandits
On ira tous au paradis...
(Michel Polnareff)

D'après l'eschatologie de l'Iran ancien, trois millénaires après Zoroastre doit avoir lieu la victoire finale contre le mal. On estime que Zoroastre est né en 630 av. J-C et mort en 550 av. J-C.

Le sperme de Zoroastre est gardé au fond du lac Kansaoya, et de ce sperme naîtront les Sauveurs futurs, ses fils posthumes. Une jeune fille de quinze ans, qui ira se baigner dans le lac en question, sera fécondée ; vierge, elle donnera naissance à un Sauveur dont la carrière sera en gros analogue à celle de Zoroastre et qui complétera son œuvre. Au bout du premier millénaire apparaîtra Uxsyat-arata qui détruira la druj (dommage, mensonge) des quadrupèdes, notamment celle des loups, animal démoniaque par excellence. Au bout du second millénaire, ce sera le tour d’Uxsyat-namah qui détruira la druj des serpents ; au bout du troisième, celui d'Astvat-arata, appelé plus souvent simplement Saosyant qui accomplira la rénovation en faisant disparaître la druj des hommes.

Les textes pehlevis donnent des descriptions plus ou moins divergentes des événements qui doivent avoir lieu pendant les trois millénaires. Celui de Zoroastre est en grande partie passé à l'époque où ils ont été composés, et les événements apocalyptiques décrits correspondent plus où moins à des événements historiques connus : le développement rapide de la religion mazdéenne sous Vistâspa et ses successeurs, identifiés aux derniers Achéménides ; le coup d'arrêt, porté, au bout de trois cents ans, par l'invasion d'Alexandre ; le rétablissement de la religion et de la royauté aryenne par Tosar et Ardasêr-i Pâpakân ; Mani et le grand hérésiarque Mazdak ; l’invasion arabe et l'effondrement de l'empire aryen. C’est alors le IXe et le Xe siècles qui durent encore. L'oppression continuera jusqu'à ce qu’apparaisse Pesyotan, le fils immortel de Vistâspa qui vit actuellement dans la forteresse de Kang-diz, construite par Syâvaxs, le père de Kai Khusrav et cachée ensuite sous terre. A la tête d'une armée victorieuse, il conquerra l'Iran et « rattachera la force et la victoire à la religion d'Ohrmazd », exterminant les trois races d'adorateurs des dêv (démons) : les Turcs, les Romains et les Arabes.

Le second millénaire, celui d'Usyatar, est rempli par des événements qui ne peuvent aucunement être qualifiés d’historiques. Au Ve siècle de ce millénaire aura lieu l'hiver Markûsân qui fera périr la plus grande partie des hommes et des bestiaux. La terre sera alors repeuplée à partir du var de Yam, construit par ce dernier à la fin de son règne et caché sous terre, pour préserver une partie des hommes de la destruction.

C'est sous le signe du bonheur retrouvé que se place le dernier millénaire, celui d’Usyatarmâh. Les hommes se rassasieront en mangeant beaucoup moins ; la concupiscence diminuant en eux, ils abandonneront progressivement l'usage de la viande ; puis celui du lait ; celui de l'eau et des plantes ; et ils finiront par se nourrir du mênok (élément céleste). Vers la fin du millénaire, Dahâk brisera ses liens ; réveillé, Kai Khusrav ira réveiller Karsâsp qui tuera Dahâk. Sosans naîtra, s'entretiendra avec Ohrmazd et célébrera le sacrifice eschatologique.

Ce dernier aura lieu les cinq derniers jours du mois de Spandarmat. Chaque jour, à chacun des cinq gâh du jour, un sacrifice sera célébré. Sosans, fonctionnant comme zaotar, se placera sur le continent central, le Xvaniras ; six autres rénovateurs occupant chacun la place d'un prêtre du sacrifice du Yasna, se placeront dans les continents extérieurs. Chaque jour, un cinquième des décédés sera ressuscité, recevra la vie, se réjouira et ira à l'assemblée des Satvastran au milieu de la terre. Le sixième jour est le premier des cinq épagomènes qui portent le nom des cinq Gâthâ. Ce sixième jour, la résurrection sera terminée. Ohrmazd descendra du ciel, s'assiéra sur son trône et un jugement général aura lieu. Les justes monteront au paradis, les damnés tomberont en enfer. Ils y resteront trois jours. Les assassins de Yam et d'autres grands pécheurs seront ensuite condamnés au châtiment de 9000 ans, toute la durée du temps entre la première attaque d'Ahriman et la rénovation. Ils y resteront trois jours et trois nuits. C'est que le temps en question est un temps liturgique. Les derniers jours de l'année, le temps empirique est aboli, la création et la rénovation rejoignent le moment présent. Déjà, dans un texte du Yasna, l'officiant déclare avoir aperçu Ahura Mazdâ au premier début de l'existence et à son dernier tournant. Tout prêtre, en fin d'année, réalise en lui l'unité des trois moments.

Pendant que les damnés sont en enfer - ou, selon d’autres textes, pendant le jugement, a lieu la grande bataille eschatologique. Les démons sont vaincus, chacun par son adversaire spécifique, chassés du monde du bien ou tués.

Après les cinq jours gâthiques, c'est le jour d’Ohrmazd du mois de Fravartin, le premier jour du printemps et de l'année. Spandarmat intercède alors auprès d'Ohrmazd en faveur des pécheurs qui sont encore en enfer. Ils sont alors ramenés sur terre, et les justes y redescendent. La terre s'élève jusqu'à la sphère des étoiles, le Garôtmân y descend : et le Garôtmân sera partout. Tout le monde sera transfiguré, les hommes auront un corps brillant, l'eau sera exempte de ténèbres, le feu sans fumée. Les hommes et les femmes pourront s'unir, mais ne procréeront pas, la saveur de la viande constamment dans leur bouche et ils n'auront pas besoin de manger. Ce sera un bonheur sans fin et illimité. Non un retour simple à l'état ayant existé avant la création, mais plutôt l'explicitation de toutes ses virtualités, l'établissement définitif de l'empire d'Ohrmazd. Définitivement éliminé, le mal sera à jamais incapable d'agir. Le Temps limité sera clos, le Temps infini restauré. La faute de Zurvân sera définitivement réparée.

Marian Molé

L'Iran ancien
Marian Molé



Dessin :

Wednesday, August 24, 2011

La pure joie d'exister





Quand j’étais libre et que je lisais dans les livres où des sages méditaient sur le sens de la vie, ou bien sur la nature du bonheur, je ne comprenais pas grand-chose à ces passages. Je me disais : les sages sont censés penser. C’est leur métier. Mais le sens de la vie ? Nous vivons et c'est ça qui a un sens. Le bonheur ? Quand les choses vont très bien, c'est ça le bonheur, tout le monde le sait. Dieu merci, il y a eu la prison ! Ça m'a donné l'occasion de réfléchir. Pour comprendre la nature du bonheur, il faut d'abord analyser la satiété. Tu te rappelles cette soupe d’orge diluée ou cette bouillie au gruau d'avoine sans une once de matière grasse ? Peux-tu dire que tu manges une chose pareille ? Non. Tu communies avec. Tu la prends comme un sacrement ! C'est comme le « prana » des Yogis. Tu le manges lentement, du bout de ta cuillère de bois, tu le manges en t'absorbant totalement dans le processus de manger, en pensant au fait de manger... Et cela se répand à travers ton corps. Tu trembles en sentant la douceur qui s'échappe de ces petits grains trop cuits et du liquide opaque dans lequel ils flottent. Et puis - sans presque aucune nourriture - tu continues à vivre six mois, douze mois. Peux-tu vraiment comparer ça avec la façon grossière dont on dévore les steaks ?...

...C'est ainsi que dans nos pauvres carcasses et d'après nos malheureux camarades, nous apprenons la nature de la satiété. La satiété ne dépend absolument pas de la quantité que nous mangeons, mais de la façon dont nous mangeons. C'est la même chose avec le bonheur, exactement la même chose. Lev, mon ami, le bonheur ne dépend pas du nombre de bienfaits extérieurs que nous avons arrachés à la vie. Il dépend uniquement de notre attitude envers eux. Il y a un dicton là-dessus dans la morale taoïste : « Quiconque est capable de contentement sera toujours satisfait. »

... Je tire mes conclusions non pas de la philosophie que j'ai lue, mais des récits concernant des êtres réels qu'on rencontre en prison. Et ensuite quand je dois formuler ces conclusions, pourquoi veux-tu que j’aille redécouvrir l'Amérique ? Sur la planète de la philosophie, toutes les terres sont depuis longtemps découvertes. Je feuillette les philosophes antiques et j’y trouve mes pensées les plus neuves. Ne m'interromps pas ! J'allais te donner un exemple. Si au camp il arrive un miracle comme un dimanche libre et férié, alors ce jour-là mon âme se dégèle et, bien que rien dans ma situation extérieure n'ait changé en mieux, malgré cela le joug de la prison se fait moins pesant, j'ai une véritable conversation ou bien je lis une page sincère et je suis sur la crête de la vague. Voilà bien des années que je n'ai aucune vie réelle, mais j'ai oublié tout cela. Je suis sans poids, suspendu, désincarné. Je suis allongé là sur mon châlit et je fixe le plafond. Il est très près, il est nu, le plâtre s'écaille et la pure joie d'exister me fait trembler ! Je m'endors dans une béatitude parfaite. Aucun président, aucun Premier ministre ne peut s'endormir aussi satisfait de son dimanche.

Alexandre Soljénitsyne.


Alexandre Soljénitsyne

Voici la biographie la plus complète à ce jour du grand écrivain russe. Né en 1918, orphelin de père, élevé dans la pauvreté, il parvint cependant à faire de brillantes études de mathématiques, physique, histoire, littérature et philosophie. Décoré de l’Armée rouge pendant la Seconde Guerre mondiale, il est arrêté en 1945 pour avoir critiqué Staline, et condamné à huit ans de camp de travail. Après quatre autres années de relégation, il est réhabilité en 1957. En 1962, Khrouchtchev autorise la publication d’Une journée d’Ivan Denissovitch, mais à partir de 1965, toutes ses œuvres sont interdites en Union soviétique. Passées clandestinement à l’Ouest, elles sont aussitôt traduites dans plusieurs langues étrangères : le Premier Cercle, le Pavillon des cancéreux, de nombreuses nouvelles, enfin l’Archipel du Goulag, qui lui vaut d’être arrêté en 1974, puis déchu de la citoyenneté soviétique et expulsé. Prix Nobel de littérature en 1970, Soljénitsyne a vécu vingt ans aux États-Unis où il a achevé la rédaction de sa gigantesque fresque historique commencée en 1936 : la Roue rouge. Il a regagné en mai 1994 sa patrie, où il est mort (à Moscou) en 2008.

Tuesday, August 23, 2011

Géants & Annunaki




« A Gargayan, dans les Philippines, on a découvert un squelette d'homme qui avait 5,18 m de hauteur ; d'autres ossements d'humains ayant au moins des tailles de 3 mètres ont été retrouvés dans les régions du Sud de la Chine orientale. Le célèbre paléontologiste Pei Wenchung pense pouvoir dire qu'ils ont au moins 300 000 ans, comme ceux découverts à Agadir. C'est au Maroc que Lafenechère, officier français, retrouva un atelier complet d'armes de chasse : parmi elles, cinq cents flèches à deux pointes pesant chacune huit kilos, c'est-à-dire vingt fois plus que ce que nos contemporains peuvent manier facilement. Ce qui prouve que c'étaient des armes fabriquées pour des individus pourvus d'une force extraordinaire, des géants aux mains énormes et d'une stature d'au
moins 4 mètres.

On peut dire la même chose des outils de pierre recueillis en Moravie et en Syrie auprès d'ossements qui affleuraient au-dessus du sol.

A Ceylan, on a trouvé des restes d'individus qui devaient avoir aux environs de 4 mètres de hauteur et à Tura, dans la province d'Assam, aux confins du Pakistan, occidental, on a mis au jour un squelette humain de 3,35 m de hauteur. Dans ce dernier cas (comme dans celui se référant aux squelettes bretons qui mesurent entre 2,60 m et 3 mètres), il ne s'agirait plus de véritables géants, mais de leurs descendants.

Il est évident que ces restes humains ne sont pas très nombreux, mais a-t-on beaucoup plus d'ossements d'animaux ? Pourtant, c'est d'après ceux-ci que les partisans de « l'évolution classique » ont écrit l'histoire de l'humanité. Il ne faut pas oublier non plus que la Terre est encore pratiquement vierge de coups de pioche donnés pour retrouver les restes de l'homme.

Des témoignages d'un autre genre sont innombrables et non négligeables. Tous les peuples de l'Univers possèdent dans leur mythologie quelques géants qui tiennent des rôles de premier plan, depuis les plus anciennes races méditerranéennes jusqu'aux Indiens d'Amérique, depuis les Tibétains jusqu'aux Australiens.

Dans la mémoire de nous tous vit toujours le souvenir des Titans, des Cyclopes, des Supermen nordiques, mais il a existé aussi un peu plus près de nous les Izdubar chaldéens, les Emin juifs, les Danava et les Daïtia hindous, les Rakshava de Ceylan.

La Bible a aussi son mot à dire au sujet de ces êtres presque surnaturels bien que nous ne sachions pas très exactement ce que veut signifier la Genèse lorsqu'elle parle « des Temps où les géants firent leur apparition sur la Terre, après que les enfants de Dieu se sont unis aux filles des hommes ». L'Écriture est plus claire lorsqu'elle parle du roi Og dont le lit mesurait plus de 4 mètres de longueur et lorsqu'elle narre l'histoire du Philistin Goliath, le colossal adversaire du jeune berger David, qui avait, dit-elle, une taille de plus de 3 mètres de hauteur. » (Peter Kolosimo)

Denis Saurat dit : « Les citations de là Bible au sujet, des géants sont très nombreuses, mais souvent sans rapport logique avec le texte : Genèse VI, Nombres XIII, Deutéronome III, Josué XII, XIII, XV, XVII, Samuel 2, XXI, Chroniques 1, XX, Livre de Jacob XXVI, Apocalypse XX..., mais elles sentent un parfum d'authentiques épisodes de l'histoire du peuple juif. Elles sont précises, concrètes, mais elles ne réfèrent pas obligatoirement à des thèses mythologiques ou historiques ; elles ne veulent rien prouver ; elles se présentent comme des faits ; elles sont insérées dans des chapitres avec lesquels elles n'ont aucun point commun et si on les supprimait on ne s'en apercevrait pas ; elles ont été écrites par différents rédacteurs et sont dans l'espace et dans le temps sans relation entre elles. »


Selon la Bible, les géants, nommés Nephilim, « les tombés » (du ciel ?), étaient le fruit de relations sexuelles entre les fils de Dieu et les filles des hommes précise la Genèse (6 : 4). Des exégètes bibliques affirment que les fils de Dieu sont des anges déchus, autrement dit des démons. Des interprétations plus récentes des récits bibliques et des mythologies antiques évoquent une épopée fantastique où se mélangent des êtres venus de l'espace et les vieilles civilisations sumérienne, akkadienne...

En akkadien Anou ou An signifie « Celui des Cieux » et son nom est toujours illustré par le pictogramme d'une étoile. Le terme Annunaki signifie littéralement « les fils d'Anou » (D'après R.A. Boulay). Les Annunaki sont-ils les pères des géants et les fils de Dieu qui s'accouplèrent avec les filles des hommes ?

Beaucoup de personnes sont persuadées que Nibiru, la planète des Annunaki, dont l'orbite est de 3 600 ans, sera de retour en 2012.

L'année 2O12 alimente beaucoup de spéculations. Ces spéculations font-elle partie d'un complot synarchique visant à instaurer une autre société, un nouvel ordre mondial ?

La planète X et les lamas




Dans le film Le Cinquième élément, l'humanité est menacée par l'arrivée de la planète du mal.


L'Atlantide et le règne des géants
 





Source de la photo : 
"Le passé reptilien de l'humanité" de R.A. Boulay