Wednesday, December 29, 2010

Wikileaks : le Dalaï-lama & « Establishment 22 »







Selon Wikileaks, « Establishment 22 », une unité paramilitaire secrète créée au sein de l’armée indienne, recrute des jeunes diplômés dans les écoles des Villages d'enfants tibétains (Tibetan Children's Villages). Les orphelins sont les principales cibles des recruteurs.


L’obligation de rejoindre l’unité paramilitaire « Establishment 22 » était imposée aux jeunes tibétains démunis


Jusqu'à la fin des années 1980, précise un télégramme révélé par Wikileaks, l'appartenance à Establishment 22 était obligatoire pour les jeunes diplômés des écoles des Tibetan Children's Villages (TCV). 
Ces écoles ont été mises en place pour les enfants démunis et les orphelins des communautés de réfugiés tibétains grâce aux dons de l'aide internationale.


L’armée secrète du Dalaï-lama ?


Des Tibétains, qui dénoncent par ailleurs l’intolérance religieuse du Dalaï-lama (proscription du culte de Dordjé Shougdèn), considèrent que le grand prêtre du lamaïsme est le véritable chef d’« Establishment 22 ». En effet, cette unité a incorporé des combattants du Chushi Gangdruk (la guérilla tibétaine). Or le Chushi Gangdruk reconnaissait l’autorité du Dalaï-lama. Quoiqu’il en soit, on peut supposer que le Dalaï-lama n’ignorait pas l’enrôlement obligatoire de milliers de jeunes tibétains dans une unité spéciale de l’armée indienne. Plusieurs centaines de ces jeunes ont donné leur vie dans des opérations frontalières. 


L’origine d’« Establishment 22 » 


Establishment 22 ou le Special Frontier Force (SFF) est une unité paramilitaire de l'Inde, créée dans la période de l'après-guerre sino-indienne comme une force de guérilla composée principalement de réfugiés tibétains dont le principal objectif est de mener des opérations clandestines. 


Le Special Frontier Force (Establishment 22) est basé à Chakrata près de Dehra Dun dans l’Uttar Pradesh. La force est placée sous la supervision directe du Bureau de Renseignement Indien et du Research and Analysis Wing, l'agence de renseignement extérieur de l'Inde.


Après la guerre sino-indienne et vers la fin de 1962, le gouvernement de Nehru ordonne la levée d'une élite de commandos de montagne composée principalement de Tibétains. Le Chushi Gangdruk (la guérilla tibétaine) s’intègre à cette nouvelle unité. (Durant les années 1950, pour lutter contre la présence chinoise au Tibet, la CIA et le Bureau du Renseignement Indien forment des Tibétains à la guérilla avec la bénédiction du 14e Dalaï-lama. Cette force ainsi que plusieurs milliers de nouvelles recrues, principalement des Khampas, rejoignent le Special Frontier Force, Establishment 22).  


Les opérations de l’unité spéciale étaient dirigées contre la Chine dans les années 1960. L’unité fut engagée lors de la guerre indo-pakistanaise de 1971. Elle mena des opérations au Bangladesh et en Birmanie.


Establishment 22 a été utilisé comme force de répression des populations indiennes, notamment durant les émeutes communales du milieu des années 70. Plus tard, l’unité participa à l'opération Blue Star (le massacre du Temple d'Or) de 1984.


Actuellement Establishment 22 est chargé de la lutte contre le terrorisme. Depuis le 11 septembre 2001, le terrorisme est l’alibi des puissants pour contrôler les populations.   




Western Shugden Society
http://shugdensociety.wordpress.com/
Dalai Lama - wikileaks (part 1, 2 et 3)


Tibetan Children's Villages
http://www.tcv.org.in/home.shtml


The curious case of establishment 22
http://www.hindustantimes.com/The-curious-case-of-establishment-22/Article1-476533.aspx


Monday, December 27, 2010

Le discours philosophique comme exercice spirituel



L’expression « exercices spirituels », à ma connaissance, n’a pas été souvent employée à propos de la philosophie. Dans son livre paru en 1954, intitulé « Seelenführung, Methodik der Exerzitien in der Antike » (Direction des âmes. Méthode des exercices dans l’Antiquité), Paul Rabbow, qui a inspiré tous ceux qui se sont intéressés à cet aspect de la philosophie, a employé l’expression « exercice moral », tout en montrant que les fameux « Exercices spirituels » de saint Ignace se situent dans cette tradition. En 1945, Louis Gernet parlait d’« exercices », à propos de la technique qui consiste à rassembler l’âme et à la concentrer. Et, en 1964, Jean-Pierre Vernant, dans son livre « Mythe et pensée chez les Grecs », parle d’« exercice spirituel », à propos d’Empédocle et des techniques de remémorisation des vies antérieures. L’expression semble rare, mais elle n’est pas tellement insolite.


Pouvoir supporter les coups du sort


Personnellement, je définirais l’exercice spirituel comme une pratique volontaire, personnelle, destinée à opérer une transformation de l’individu, une transformation de soi. Jean-Pierre Vernant et Louis Gernet viennent de nous fournir deux exemples de ce que peut être un exercice spirituel. Un autre exemple, lui aussi très ancien, serait celui de préparation aux difficultés de la vie, qui sera très en honneur chez les stoïciens. Pour pouvoir supporter les coups du sort, la maladie, la pauvreté, l’exil, il faut se préparer par la pensée à leur éventualité. On supporte mieux ce à quoi on s’attend. Cet exercice est en fait bien antérieur aux stoïciens. Il avait déjà été prôné par Anaxagore et repris par Euripide, dans sa pièce « Thésée ». Anaxagore parlait d’ailleurs comme un stoïcien avant l’heure lorsqu’il déclarait, en apprenant la mort de son fils : « Je savais que j’avais engendré un être mortel ». Autre exemple : la formule de Platon dans le « Phédon » : « Philosopher, c’est s’exercer à mourir », c’est-à-dire à se séparer du corps et du point de vue à la fois sensible et égoïste qu’il nous impose. Les épicuriens aussi évoquent des exercices spirituels : l’examen de conscience, par exemple, ou l’aveu des fautes, la méditation, la limitation des désirs.


C’est toute la philosophie qui est exercice


Ce que j’ai dit d’une manière générale dans mes livres sur les exercices spirituels pourrait donner l’impression, bien que j’aie cherché à l’éviter, que les exercices spirituels sont quelque chose qui s’ajoute à la théorie philosophique, au discours philosophique, ce serait une pratique, qui compléterait seulement la théorie et le discours abstrait. En fait, c’est toute la philosophie qui est exercice, aussi bien le discours d’enseignement que le discours intérieur qui oriente notre action. Evidemment, les exercices se réalisent de préférence par et dans le discours intérieur – il y a même pour cela une formule consacrée, un terme grec qui est employé très souvent par Epictète dans son « Manuel : epilegein », c’est-à-dire « ajouter à la situation un discours intérieur ». Par exemple, on se dit à soi-même une maxime comme : « Il ne faut vouloir que ce qui arrive n’arrive pas, mais il faut vouloir que ce qui arrive arrive comme il arrive. » Ce sont des formules intérieures que l’on emploie, et qui changent la disposition de l’individu. Mais il y a aussi des exercices spirituels dans le discours extérieur, dans le discours d’enseignement. Et c’est très important, je crois, parce que ce que j’ai voulu justement montrer, c’était surtout que ce qu’on considérait comme une pure théorie, comme abstraction, était pratique aussi bien dans son mode d’exposition que dans sa finalité. Quand Platon compose ses dialogues, quand Aristote fait ses cours et publie ses notes de cours, quand Epicure rédige ses lettres, ou même son traité sur la nature, qui est très compliqué et très long – malheureusement arrivé chez nous en lambeaux, en petits morceaux, retrouvés à Herculanum –, dans tous ces cas, le philosophe expose une doctrine, c’est très vrai, mais il l’expose d’une certaine manière, une manière qui vise plus à former qu’à informer. Souvent, comme je vous l’ai dit, le discours philosophique se présente sous la forme d’une réponse à une question, en liaison avec la méthode d’enseignement scolaire. En fait, on ne répond pas tout de suite à la question. Si l’on voulait simplement satisfaire le désir de connaissance, il suffirait de donner à telle question telle réponse. Or, la plupart du temps, chez Aristote c’est très caractéristique, on ne répond pas à la question tout de suite, on fait beaucoup de détours pour apporter la réponse. Dans les dialogues de Platon ou encore chez Plotin, c’est la même chose. On reprend même plusieurs fois la démonstration. Ces détours et ces répétitions sont destinés tout d’abord à apprendre à raisonner, mais aussi à faire que l’objet de la recherche finisse par devenir, comme le disait Aristote, parfaitement familier et connaturel, c’est-à-dire finalement à intérioriser parfaitement le savoir.


Apprendre à vivre une vie spirituelle


Le sens de ces exercices est évident dans ce qu’on appelle le discours socratique, mais qui est aussi finalement le discours platonicien, et dans lequel les questions ou les réponses sont destinées à provoquer chez l’individu un doute, même une émotion, une morsure, comme dit Platon. Ce type de dialogue est une ascèse ; il faut se soumettre aux lois de la discussion, c’est-à-dire premièrement reconnaître à l’autre le droit de s’exprimer, deuxièmement reconnaître que, s’il y a une évidence, on se rallie à cette évidence, ce qui est souvent difficile quand on découvre qu’on a tort, et puis, troisièmement, reconnaître au-dessus des interlocuteurs la norme de ce que les Grecs appellent logos : un discours objectif, qui cherche en tout cas à être objectif. C’est vrai pour le discours socratique évidemment, mais aussi pour l’exposé soi-disant théorique, qui est surtout destiné à apprendre au disciple à vivre une vie spirituelle. Il s’agit de s’élever, de dépasser les raisonnement inférieurs, et surtout les évidences sensibles, la connaissance sensible, pour s’élever vers la pensée pure et l’amour de la vérité. C’est pourquoi je pense que l’exposé théorique a valeur d’exercice spirituel. Il est vrai aussi que l’exposé théorique ne peut être complet si l’auditeur ne fait pas en même temps un effort intérieur, dans la mesure où par exemple Plotin dit : il est impossible de comprendre que l’âme est immortelle si on ne se détache pas des passions et du corps.


Pierre Hadot


La Philosophie comme manière de vivre



Il est des livres dont on sort changé. C'est le cas de tous les ouvrages de Pierre Hadot, qu'ils traitent de Marc Aurèle ou de Plotin, du stoïcisme ou de la mystique ; avec une érudition toujours limpide, ils montrent que, pour les Anciens, la philosophie n'est pas construction de système, mais choix de vie, expérience vécue visant à produire un « effet de formation », bref un exercice sur le chemin de la sagesse.


Dans ces entretiens, nous découvrons un savant admirable, dont l'œuvre a nourri de très nombreux penseurs, mais aussi un homme secret, pudique, sobre dans ses jugements, parfois ironique, jamais sentencieux. En suivant Pierre Hadot, nous comprenons comment lire et interpréter la sagesse antique, en quoi les philosophies des Anciens, et la pensée de Marc Aurèle en particulier, peuvent nous aider à mieux vivre. Et si « philosopher, c'est apprendre à mourir », il faut aussi apprendre à « vivre dans le moment présent, vivre comme si l'on voyait le monde pour la dernière fois, mais aussi pour la première fois ». 

Sunday, December 26, 2010

La spiritualité laïque

Le début du 21ème siècle est marqué par un inquiétant « retour du sacré ». C’est la sacralisation de la guerre contre le mal, le mal étant incarnés par les autres, les athées, les libres penseurs, les mécréants, les hérétiques... En effet, il y a dans le monde un regain des activismes religieux en lutte contre l’impiété des uns et les croyances des autres. A notre époque, on n’hésite plus à condamner et à tuer au nom de la religion. La haine se répand parmi les musulmans, les juifs, les hindous, les chrétiens et même les bouddhistes. Au Sri Lanka, les chrétiens sont en butte à l'extrémisme bouddhiste : http://storico.radiovaticana.org/fr1/storico/2009-03/270427_sri_lanka_les_chretiens_en_butte_a_l'extremisme_bouddhiste.html


A l’extrême-droite du père


En France, la haine du prochain est proclamée par des chrétiens. Sous le signe de la croix transformée en glaive, des intégristes armés se préparent à combattre les musulmans, les juifs, les personnes de couleur, les homosexuels, la démocratie… 




1/3





2/3





3/3




"Les cahiers de Turner" (livre cité dans le reportage)


« Interdit dans plusieurs pays, écrit par un auteur d’extrême-droite américain, William L. Pierce, sous le pseudonyme d’Andrew McDonald, "The Turner Diaries" (le livre a beau être interdit de publication, il n’en demeure pas moins qu’il a trouvé moyen de se faufiler sur la toile et même dans sa traduction française) vient d’être publié légalement en République Tchèque. Après les États-Unis, la République Tchèque est le deuxième pays à éliminer la censure face à cette publication considérée comme étant la bible du néo-nazisme. La censure est si forte concernant cet ouvrage qui fait l’éloge de l’antisémitisme, de la haine et de la violence, que l’Allemagne considère que toutes personnes ayant en sa possession ce bouquin commet un délit. Il serait même interdit, dans les médias allemands, de prononcer son nom, car le simple fait d’en parler pourrait inciter les jeunes, à l’instar de Timothy McVeigh aux États-Unis qui en avait fait son livre de chevet, à commettre des actes haineux et antisociaux ou comme McVeigh des attentats à la voiture piégée. »


La spiritualité laïque


La spiritualité laïque, prônée par les philosophes Luc Ferry et André Comte-Sponville, n’est-elle pas au cœur de la pensée de krishnamurti et du Zen/Chan des origines ? La véritable spiritualité concerne l’esprit, et l’esprit est liberté. La spiritualité ne peut s’accorder avec l’intolérance, les dogmes, le ritualisme, le prosélytisme religieux...  « Le maître Te-Shan ne pria jamais, ne demanda jamais le pardon de ses fautes, ne vénéra jamais l’image du Bouddha, ne lut jamais les écritures et ne brûla jamais d’encens. De tels actes étaient, à son avis, d’inutiles formalités, seule l’intéressait l’incessante et l’intense quête mystique. » (Jorge Luis Borges)


Le livre d’André Comte-Sponville, « L’Esprit de l’athéisme - Introduction à une spiritualité sans Dieu » , a  connu un beau succès de librairie... et dérangé pas mal de monde, dont plusieurs de nos amis, croyants comme incroyants. Tous ont tendance à s’insurger contre cet oxymore, cet alliage contre-nature, apparemment impossible et non viable, pour ne pas dire cette monstruosité absurde. Il est vrai que nous avons été généralement habitués, depuis la prime enfance, à considérer que la spiritualité, c’est-à-dire la vie intérieure, ne peut fleurir que dans le cadre d’une foi déiste, voire d’une religion instituée. L’athée est donc censé être aussi aspirituel. Les générations nées au XX° siècle, surtout dans sa seconde moitié, ont pourtant eu la chance, de vivre de façon suffisamment ouverte et libre pour desserrer en grande partie l’étreinte d’acier de ces restrictions. Il est loin le temps où nos ancêtres refusaient que ceux qu’ils considéraient comme des « sauvages », des « infidèles » ou des « barbares » (= tous ceux qui n’étaient pas de leur religion) puissent avoir une vie spirituelle. Cela dit, la plupart de ceux-là, barbares ou pas, croyaient à une transcendance - chacun à sa façon. Qu’en est-il pour celui qui affirme savoir que RIEN n’existe au-delà du monde ? Vaste débat, que nous n’avons certainement pas la prétention d’épuiser, mais simplement d’éclairer... »  (Nouvelles Clés)


On peut vivre une spiritualité sans Dieu ! 
Entretien avec Comte-Sponville, par Marc de Smedt

http://www.nouvellescles.com/article.php3?id_article=995




L’Esprit de l’athéisme 
Introduction à une spiritualité sans Dieu 



Peut-on se passer de religion ? Dieu existe-t-il ? Les athées sont-ils condamnés à vivre sans spiritualité ?
Autant de questions décisives en plein « choc des civilisations » et « retour du religieux ». André Comte-Sponville y répond avec la clarté et l'allégresse d'un grand philosophe mais aussi d'un « honnête homme », loin des ressentiments et des haines cristallisés par certains. Pour lui, la spiritualité est trop fondamentale pour qu'on l'abandonne aux intégristes de tous bords. De même que la laïcité est trop précieuse pour être confisquée par les antireligieux les plus frénétiques. Aussi est-il urgent de retrouver une spiritualité sans Dieu, sans dogmes, sans Église, qui nous prémunisse autant du fanatisme que du nihilisme.
André Comte-Sponville pense que le XXIe siècle sera spirituel et laïque ou ne sera pas. Il nous explique comment. Passionnant.

Friday, December 24, 2010

La planète X et les lamas



Des adorateurs de Baal au Tibet


Les Hsing Nu habitaient une région du Tibet septentrional, au sud de la magnifique chaîne du Kun Lun, zone actuellement désertique et en grande partie inexplorée. Ils n’étaient pas d’origine chinoise ; on pense qu’ils étaient arrivés de Perse ou de Syrie ; les recherches effectuées désigneraient plutôt Ugarit et le dieu Baal avec son casque conique et son corps recouvert d’argent. 


De mystérieuses ruines


Quand en 1725 l’explorateur français, le Père Duparc, découvrit les ruines de la capitale des Hsing Nu, ce peuple appartenait déjà à la légende. Le Père Duparc put encore admirer les restes d’une enceinte dans l’intérieur de laquelle se dressait plus de mille monolithes qui devaient avoir été recouverts de lamelles d’argent (quelques-unes avaient échappé à la fureur des pillards), une pyramide à trois étages, la base d’une tour de porcelaine bleue et le palais royal où les trônes étaient surmontés de représentations du Soleil et de la Lune. Le Français parla aussi « d’une pierre lunaire » d’un blanc irréel, entourée de bas-reliefs représentant des fleurs et des animaux inconnus de lui.


En 1854, un autre Français nommé Latour explora la même région et y découvrit quelques tombes, des armes, des cuirasses, des ustensiles de cuivre et des bijoux d’argent et d’or ornés de svastikas et de spirales. Les missions archéologiques qui, plus tard, s’y rendirent, ne trouvèrent que quelques dalles sculptées car le sable avait recouvert les ruines de la grande cité.


Ce n’est qu’en 1952 qu’une expédition soviétique essaya de fouiller les ruines et ces aventureux pionniers durent se soumettre à un travail écrasant sans disposer d’instruments adéquats à leurs besoins. Ils ne réussirent à arracher au sol désertique que l’extrémité d’un bizarre monolithe pointu couvert de graffiti, identique à celui qu’on a trouvé en Afrique, à Simbabwe.


Des lamas connaissent le secret des Hsing Nu 


Les Russes apprirent pourtant beaucoup de choses sur les Hsing Nu, sur leur vie, sur leur mort, de la bouche des moines tibétains qui leur montrèrent d’anciens documents où la pyramide à trois étages était décrite dans ses moindres détails. En allant de bas en haut, les plates-formes devaient représenter « La Terre Antique à l’époque où les hommes montèrent vers les étoiles ; la Terre du Milieu à l’époque où les hommes descendirent des étoiles, et la Terre Nouvelle, le monde qui vit loin des étoiles ».


Que signifient ces paroles sibyllines ? Elles veulent probablement dire que les hommes de la Terre s’en allèrent dans des temps immémoriaux vers d’autres planètes, puis qu’ils revinrent vers leur lieu d’origine et puis qu’un jour la communication se trouva coupée. Nous, nous ne le saurons sans doute jamais, mais les Tibétains pensent que cela fut ainsi et ils affirment que les Hsing Nu cherchèrent à travers leur religion à poursuivre leurs voyages cosmiques en se berçant de l’illusion que les âmes des défunts montent au ciel pour se transformer en astres.


La description de l’intérieur du temple qu’on trouve dans les vieilles chroniques tibétaines est très intéressante car elle concorde avec celle donnée par le Père Duparc : sur un autel, « la pierre apportée de la Lune » (apportée et non tombée : il ne s’agit en aucun cas d’un météorite), était posée. C’était un morceau de rocher blanc laiteux entouré de magnifiques dessins représentant la faune et la flore de « L’Etoile des Dieux » et de monolithes fuselés recouverts d’argent. Etait-ce des animaux et des plantes appartenant à une planète colonisée par des cosmonautes préhistoriques et des monuments érigés pour symboliser leurs astronefs ?


Avant le « cataclysme du feu », les Hsing Nu auraient été très civilisés et ils auraient cultivé diverses sciences avancées, les mêmes que celles que pratiquent encore aujourd’hui les Tibétains, c’est-à-dire qu’ils auraient été capables, non seulement de « se parler à distance », mais de communiquer par la pensée à travers l’espace. Après la catastrophe, les survivants seraient retombés dans la barbarie, ne conservant de leur ancienne grandeur que des souvenir confinant à la superstition. […]


Un lama astronome et médium


En 1959, une mission russe erre de monastère en monastère (le récit de cette aventure sera fait par un Scandinave durant un congrès d’astronautique tenu à Moscou), cherchant dans le pays le plus secret du monde une voie qui la conduirait aux étoiles.


Le voyage est plein de difficultés : deux hommes de l’expédition sont blessés en tombant dans une crevasse ; trois autres, exténués, sont obligés de se faire hospitaliser dans un village. Pourtant, la ténacité reçoit sa récompense : dans une lamaserie située non loin du sanctuaire de Galjan, les explorateurs arrivent à obtenir d’être reçus par un vieux sage, astronome étonnamment au courant des problèmes de l’astronautique.


Contact avec les habitants d’un autre monde


Ce lama ayant admis pouvoir – suivant certaines circonstances – entrer en contact avec les habitants d’une autre planète, les Russes lui demandent de leur permettre d’assister à ce genre d’expérience. Après s’être fait beaucoup prier, le vieillard finit par consentir à condition que seuls deux étrangers participent à la séance.


Après quelques jours de repos, les hommes choisis sont appelés à suivre une série d’exercices de concentration accompagnés de gymnastique yoga et d’un régime alimentaire particulier.


Puis, enfin, le grand jour arrive dans la pauvre cellule du lama. Le moine tient les étrangers par la main. Ils se concentrent comme on le leur a enseigné. Un instrument de musique scande à intervalles réguliers des sons assourdis jusqu’au moment où ils s’arrêtent brusquement. Le silence règne. 


Un être au visage indescriptible et aux membres d’arthropode 


Une image provenant des profondeurs de l’espace prend consistance ; d’abord floue, elle devient de plus en plus claire. Un être extrêmement étrange regarde fixement le trio. Son corps a des apparences humaine, mais son visage est indescriptible, et ses membres sont ceux des arthropodes. Il se tient debout et immobile tandis qu’autour de lui tourne une miniature du Système solaire. Autour d’une grosse boule brillante se meuvent Mercure, Vénus, la Terre, Mars…


Les Russes regardent ces sphères, les identifient et les comptent… ils en compte dix… plus loin que Pluton, un autre globe tourne autour du Soleil.  


D’où viennent ces images ? Le moine, têtu, ne veut répondre à aucune question. Il ne se montre un peu plus loquace que sur un point : au delà de Pluton, il existe effectivement une autre planète (ou un satellite de Neptune sorti de son orbite) qu’on découvrira dans peu de temps.


Une manipulation occulte ?


L’expérience a été intéressante mais, dans le fond, infructueuse. Voici ce qu’en dit un des hommes qui prirent part à la séance à côté du lama : « Ni moi ni mon camarade ne saurons jamais si cet être est apparu réellement devant nous ou si nous l’avons imaginé. Nous ne saurons jamais s’il a été projeté à travers le cosmos ou s’il dépendait de la volonté du Tibétain. Nous pouvons le décrire vaguement…, ce qui est vrai, c’est qu’il n’avait rien de réel ni de terrestre et il nous paraît impossible que l’imagination seule ait pu concevoir un personnage aussi étrange. » 


Peter Kolosimo, "Terre énigmatique".




Des ombres sur les étoiles


Thursday, December 23, 2010

Mario de Sabato, prophète du Nouvel Ordre Mondial



Durant les années 1970-1980, le voyant bordelais Mario de Sabato avait annoncé, entre autres, la 3ème guerre mondiale, un président noir à Washington, la crise économique, la venue d’un Messie…


Un président noir à Washington durant la crise économique 


« Un  Noir à la Maison Blanche. C’est la vision qui s’impose à moi quand le pense au futur des Etats-Unis », disait Mario de Sabato . « Ce président noir sera un des grands serviteurs de la paix », ajoutait le voyant. 
(Barak Obama, prix Nobel de la Paix 2009, vient d’être conforté dans ce rôle de « grand serviteur de la paix » par une récente victoire : la ratification du nouveau traité de désarmement START entre les Etats-Unis et la Russie.) 


La crise économique internationale 


« en fait, écrivait Mario de Sabato, c’est le système monétaire international tout entier qui est lui-même en très grand danger. Nous sommes comme en 1929 à la veille d’un krach monétaire, à la veille aussi d’une guerre qui ne sera plus seulement économique. […] C’est toute la refonte du système qui devra dès lors être envisagée. Les financiers s’attelleront à la création d’un nouvel ordre économique mondial.[…] D’après ce que je vois de l’avenir, on ira ainsi de solution provisoire en solution provisoire. Au mieux, elles ne feront que retarder la catastrophe de quelque temps. Au pire, elles la précipiteront. Dans six mois ? un an ? Deux ans peut-être. Mais au bout de ce temps, la seule solution que trouveront ceux qui nous gouvernent sera de déclencher le conflit mondial. […]


La 3ème guerre mondiale 


« Je ne vois pas de guerre intercontinentale mais une succession ou un enchevêtrement de guerres locales menées par deux superpuissances, agissant directement ou en sous-main sans jamais mettre en danger leur propre sécurité. » (Mario de Sabato)


La venue d’un Messie 


« Un nouveau Messie sera révélé au monde. Il aura vingt ans. Sa mission sera d’obtenir le désarmement général en contrôlant l’exécution dans les meilleures conditions possibles. Mais il ne faut pas attendre sa venue pour commencer ce désarmement général qui devra être placé sous le contrôle de la future Organisation internationale de la Paix. Celle-ci déléguera ses experts dans les pays qui auront, pour la plupart, adhéré à la Cour Internationale de Justice. […] Il viendra, cet homme de vingt ans, ce premier citoyen du monde, ce grand Messie d’Amour dont je prédis l’entrée triomphale dans New York… » (Mario de Sabato, « Les manipulateurs du destin ».)    


New York deviendra la nouvelle Jérusalem


« New York deviendra la nouvelle Jérusalem, le nouveau Messie y fera son entrée triomphale. Tous les hommes de paix se réuniront autour de lui pour l’aider à construire le monde. Cet être d’exception s’adressera aux peuples du globe dans leurs langues. Il les parlera toutes. Sa tâche la plus importante sera d’amorcer le désarmement général. Il y parviendra et construira ainsi l’ère du Verseau, c’est-à-dire l’ère de la paix, de la sagesse et de la justice. En 1997, ce Sauveur aura vingt ans. Il est donc déjà né. Il vit quelque part aux Etats-Unis. C’est un métis, aboutissement du croisement de plusieurs races. Une force divine l’a choisi pour ce destin hors du commun.


Si New York a été élue pour ce renouveau spirituel, c’est qu’elle deviendra dès les premiers temps du conflit mondial la capitale du monde libre. Une population cosmopolite y affluera, venue de tous les pays victimes de la guerre ou menacés par elle. Parmi cette multitude, il y aura prédominance d’hommes de bonne volonté et de paix. C’est la présence de cette élite de la bonté et du savoir qui permettra au Messie de l’ère du Verseau d’entreprendre sa marche glorieuse. Il y sera également aidé par la création d’un organisme de la Paix qui remplira efficacement le rôle que les Nations unies ne sont jamais parvenues à tenir. New York, ville-flambeau, phare de la civilisation future, ne sera pas touchée par la guerre. » (Mario de Sabato, « Les manipulateurs du destin ».)


Le but des prédictions


Mario de Sabato présentait les événements qu’il décrivait comme imminents (avant l’an 2 000) générant ainsi durant les quelques années de propagation de ses prédictions de dangereuses influences déséquilibrantes. « On ne saurait croire, par exemple, combien de gens ont été déséquilibrés gravement, et parfois irrémédiablement, par les nombreuses prédictions où il est question du « Grand Pape » et du Grand Monarque », et qui contiennent pourtant quelques traces de certaines vérités, mais étrangement déformées par les « miroirs » du psychisme inférieur, et, par surcroît, rapetissées à la mesure de la mentalité des « voyants » qui les ont en quelque sorte « matérialisées » et plus ou moins étroitement « localisées » pour les faire entrer dans leurs idées préconçues. […] 
Ce n’est pas tout encore : de temps à autre, en s’appuyant sur les « prophéties de la Grande Pyramide » ou sur d’autres prédictions quelconques, et en se livrant à des calculs dont la base reste toujours assez mal définie, on annonce que telle date précise doit marquer « l’entrée de l’humanité dans une ère nouvelle », ou encore « l’avènement d’un renouveau spirituel » ; plusieurs de ces dates sont déjà passées, et il ne semble pas que rien de particulièrement marquant s’y soit produit ; mais qu’est-ce que tout cela peut bien vouloir dire au juste ? En fait, il y a là encore une autre utilisation des prédictions (autre, voulons-nous dire, que celle par laquelle elles augmentent le désordre de notre époque en semant un peu partout le trouble et le désarroi), et qui n’est peut-être pas la moins importante, car elle consiste à en faire un moyen de suggestion directe contribuant à déterminer effectivement la production de certains événements futurs ; croit-on, par exemple, et pour prendre ici un cas très simple afin de nous faire mieux comprendre, que, en annonçant avec insistance une révolution dans tel pays et à telle époque, on n’aidera pas réellement à la faire éclater au moment voulu par ceux qui y ont intérêt ? Au fond, il s’agit surtout actuellement, pour certains, de créer un « état d’esprit » favorable à la réalisation de « quelque chose » qui rentre dans leurs desseins, et qui peut sans doute se trouver différé par l’action d’influences contraires, mais qu’ils espèrent bien amener ainsi à se produire un peu plus tôt ou un peu plus tard… » (René Guénon)




Les manipulateurs du destin


Wednesday, December 22, 2010

Bonjour paresse



L’entreprise n’est pas un humanisme


«Ne travaillez jamais », disait Guy Debord, le philosophe situationniste. Voilà un projet merveilleux, mais difficile à réaliser. Aussi, beaucoup de gens vont-ils travailler en entreprise ; celle-ci, surtout grande, a longtemps été généreuse en emplois. Curieusement, elle constitue un univers mystérieux : serait-elle un sujet tabou ? L'entreprise, parlons-en, pour une fois sans faux-semblants ni langue de bois. 


Oyez, oyez, cadres moyens des grandes sociétés ! Ce livre provocateur a pour but de vous « démoraliser », au sens de vous faire perdre la morale. Il vous aidera à vous servir de l'entreprise qui vous emploie, alors que jusque-là c'est vous qui la serviez. Il vous expliquera pourquoi votre intérêt est de travailler le moins possible, et comment plomber le système de l'intérieur sans en avoir l'air. 


« Bonjour paresse » est-il cynique ? Oui, délibérément, mais l'entreprise n'est pas un humanisme ! Elle ne vous veut aucun bien et ne respecte pas les valeurs qu'elle prône, comme le montrent les scandales financiers que charrie l'actualité et les plans sociaux qui se ramassent à la pelle. Elle n'est pas non plus une partie de plaisir, sauf quand on prend, comme c'est le cas ici, le parti de s'en amuser. 


L'entreprise est-elle soluble dans le désenchantement ? 


Des millions de gens travaillent en entreprise, mais son univers est opaque. C'est que ceux qui en parlent le plus, je veux parler des professeurs d'université (1), n'y ont jamais travaillé ; ils ne savent pas. Ceux qui savent se gardent bien de parler ; les consultants qui se sont dépêchés d'en partir pour monter leur propre société se taisent car ils n'ont pas intérêt à scier la branche sur laquelle ils sont assis. Il en est de même des gourous du management, qui abreuvent de conseils le monde des affaires, lançant des modes ridicules auxquelles eux-mêmes ne croient pas. Voilà qui explique que l'indigeste littérature consacrée au « management » est à l'entreprise ce que les manuels de droit constitutionnel sont à la vie politique : ce n'est pas avec eux qu'on comprend comment le «schmilblick » (2) fonctionne. 


Pourtant des voix s'élèvent pour parler de l'entreprise telle qu'elle est vraiment. Le genre romanesque a ouvert la route, n'hésitant plus à prendre pour toile de fond les couloirs feutrés d'Arthur Andersen (qui a fait faillite en 2002) ou la tour Gan de la Défense (qui, elle, semble indéboulonnable). Il a bien du mérite, tant il est difficile d'imaginer Roméo et Juliette discuter cash flow ou management, boucler des dossiers, inventer des joint-ventures, supputer des synergies, dessiner des organigrammes. L'entreprise, il est vrai, n'est pas le lieu de passions nobles comme le courage, la générosité, et le dévouement au bien public. Elle ne fait pas rêver. Mais alors, mais alors... Si elle n'est pas l'endroit capital où se rencontrent les gens faisant de vraies choses avec plein d'énergie, pourquoi les diplômés de l'enseignement supérieur vont-ils traditionnellement exercer leurs talents en entreprise, de préférence grande ? 


Moi-même, quand j'ai commencé à travailler, l'entreprise avait le vent en poupe, et tout se passait comme si elle subsumait d'un même mouvement les valeurs d'élévation sociale et l'esprit libertaire de mai 1968. Las ! Il m'a fallu assez vite déchanter. J'y suis depuis longtemps, et j'ai eu le temps de m'apercevoir qu'on nous avait menti. Que l'entreprise n'est pas un univers très «chabadabada» : non seulement elle est ennuyeuse, mais elle est potentiellement brutale. Son vrai visage apparaît d'autant mieux que la bulle Internet a éclaté, et que les scandales financiers font les choux gras des journaux. L'effondrement des cours de bourse de Vivendi, France Télécom et autres Alcatel a mis de l'acide sur les plaies en plombant le patrimoine de milliers de salariés actionnaires jusque-là béatement confiants dans le discours conquérant de leurs managers. Mais le pire est l'hécatombe de 2003, qui a montré la face noire de l'entreprise ; les plans de licenciements se multiplient : STMicroelectronics, Alcatel, Matra, Schneider Electric... 


L'entreprise, c'est fini. Il faut se rendre à l'évidence : elle n'est plus le lieu de la réussite. L'ascenseur social est bloqué. La sécurité fournie par les diplômes est amoindrie, les retraites sont menacées et les carrières ne sont plus assurées. Les années 1960, excitées par le progrès et assurant la sécurité des carrières, sont loin derrière nous. Le vent a tourné et, pour la fuir, des foules surdiplômées mendient déjà d'obscurs postes de ronds-de-cuir dans l'administration. 


Car l'entreprise n'avance plus guère de possibilités de se projeter dans l'avenir : les générations qui nous suivent devront posséder encore plus de diplômes pour occuper des postes encore moins valorisants, pour mener à bien des actions encore moins mobilisantes. J'ai déjà expliqué à mon fils et à ma fille : « Mes chéris, quand vous serez grands, ne travaillez jamais en entreprise. Jamais ! Papa et maman seraient tellement déçus ! » 


L'absence de perspectives individuelles et sociales est telle que les enfants de la bourgeoisie, qui constituent le vivier du recrutement des cadres, pourraient bien se défiler dès maintenant. Comment ? En se dirigeant vers des professions moins intégrées au jeu capitaliste (art, science, enseignement...), ou bien en se retirant partiellement du monde de l'entreprise, salué d'un bras d'honneur élégant. C'est ce que je fais : je n'y travaille plus qu'à temps partiel, et consacre le plus clair de mon temps à d'autres activités beaucoup plus palpitantes (3). Imitez-moi, petits cadres, collègues salariés, néo-esclaves, damnés du tertiaire, supplétifs du processus économique, mes frères et sœurs cornaqués par des petits chefs ternes et serviles, contraints de s'habiller en guignols toute la semaine et à perdre leur temps de réunions inutiles en séminaires toc ! 


En attendant, puisque prendre la tangente se prépare un peu à l'avance, pourquoi ne pas gangrener le système de l'intérieur ? Mimez mollement les conduites du cadre moyen, singez son vocabulaire et ses gestes, sans pour autant vous « impliquer ». Vous ne serez pas les premiers : selon un récent sondage IFOP : 17 % des cadres. français sont « activement désengagés » de leur travail, ce qui signifie qu'ils y ont adopté une attitude si peu constructive qu'elle s'apparente à du sabotage... Seuls 3 % des cadres français se « défoncent dans leur boulot », selon l'expression consacrée, et se considèrent comme « activement engagés » dans leur travail. On en conviendra, c'est bien peu. Quant aux autres, ceux qui n'appartiennent à aucune des deux catégories, l'entreprise s'efforce de les «motiver» : les séminaires pour regonfler à bloc des cadres un peu flapis se multiplient. Il est clair que quand on se demande comment inciter les salariés à relever leurs manches de chemise, c'est qu'ils se moquent de leur job ! Mon grand-père, négociant self-made man, ne s'est jamais levé le matin en se demandant s'il était «motivé» : il faisait son métier, voilà tout. 


Adopter un tel comportement de « désengagement actif» ne vous vaudra aucun désagrément, à condition qu'il soit discret. De toute façon, vous êtes entourés d'incompétents et de pleutres qui ne s'apercevront guère de votre manque d'ardeur. Soyez sûrs que si par hasard quelqu'un le remarque, il ou elle n'osera rien dire. Car vous sanctionner aurait deux effets négatifs pour votre manager : d'abord ce serait rendre public le fait qu'il (elle) n'a pas su vous encadrer, et, en plus, une éventuelle pénitence limiterait vos possibilités de changement de poste ! C'est grâce à cette omerta que certains obtiennent d'éclatantes promotions : leur hiérarchie est prête à tout pour s'en débarrasser, même à les faire monter en grade. Un petit pas pour l'homme, un grand pas pour l'hypocrisie... 


Pierre de Coubertin disait que l'important c'était de participer, mais l'important aujourd'hui c'est de participer le moins possible. Peut-être, qui sait, cela suffira-t-il pour réduire en poussière le système : les communistes se sont tournés les pouces pendant soixante-dix ans et, un jour, le mur de Berlin a fini par s'effondrer... Au demeurant, pas d'illusion : il n'y a rien à attendre d'une révolution, car l'humanité ne cesse de répéter les mêmes erreurs, de la paperasse, des chefs médiocrissimes et, dans les périodes un peu chaudes, quand les gens s'énervent vraiment, des gibets. Telles sont les trois mamelles de l'histoire (mais l'histoire a-t-elle des mamelles ?) 


Voici quelques principes pour vous aider à comprendre le monde de l'entreprise tel qu'il est vraiment, et non tel qu'il se prétend.


Une nouvelle grille de lecture pour comprendre 


En entreprise, quand quelqu'un vous dit quelque chose ou quand vous lisez un document, il existe des clés qu'il faut appliquer pour en dégager le sens. Cette méthode de décryptage, sous la forme d'une grille de lecture, vous aidera à lire à livre ouvert dans l'entreprise - car celle-ci est un texte, elle parle, elle communique, elle écrit. Très mal, il est vrai, et tant mieux, car cela rend le travail de déchiffrage et de compréhension d'autant plus amusant. 


Inverser les signes :


Plus la grande entreprise parle de quelque chose, moins il y en a. Par exemple, elle « revalorise » les métiers au moment où ils disparaissent ; elle se gargarise d'« autonomie» alors qu'il faut remplir un formulaire en trois exemplaires pour la moindre vétille et demander l'avis de six personnes pour prendre d'anodines décisions; elle met en avant l'« éthique» alors qu'elle ne croit strictement à rien.

Suivre le fil circulaire du discours :


Le discours de l'entreprise fonctionne en boucle, tel un serpent qui mord sa queue. Il suffit de prendre une idée et de tirer le fil jusqu'au bout : immanquablement, on revient au début. L'entreprise est l'univers où, bien souvent, la réunion est la finalité du travail, et l'action le but ultime de l'action (à moins que ce ne soit le contraire). 


Séparer la bêtise du mensonge : 


Faire la part des choses est le plus difficile en entreprise, et vous découvrirez avec l'expérience qu'en fait c'est parfois... « les deux mon général » ! Par exemple, quand votre hiérarchie vous dit «le personnel est notre meilleur atout» ou «vos idées sont importantes pour nous», ce sont là des banalités sans conséquences, car tout le monde sait qu'un monde comme celui-ci n'existe pas. En revanche, la phrase « chez nous, vous pourrez vivre différents métiers, de grandes aventures, être responsables de missions ou de projets variés et innovants », est évidemment un attrape-couillon. Et quand un manager affirme « je n'ai entendu aucune rumeur» ou « je pratique la politique d'ouverture », c'est généralement aussi du mensonge. Le mariage du crétinisme et de l'hypocrisie est fructueux, cela donne la pratique du management moderne, que d'aucuns ont baptisée pompeusement « néomanagement ». 


Appliquer un principe de réalité : 


Quand certaines choses sont faisables dans la vie courante, elles deviennent difficiles dans le monde de l'entreprise ; quand elles sont au quotidien tout simplement difficiles, elles s'avèrent complètement impossibles au travail. Par exemple, on peut prédire l'échec assuré de tout effort de réorganisation à grande échelle, comme de tout projet s'étalant sur plus de deux ans, enfin, de façon générale, de tout ce qui n'a jamais été fait.

Mettre en perspective : 


Il faut replacer les choses et les événements dans leur contexte. L'entreprise ne peut être séparée du monde dans lequel elle prospère — ou, pour le moment, s'étiole. Elle n'est que le symptôme d'un monde qui a sombré dans le mensonge, qui repousse sans cesse l'échéance du coup de grâce à l'aide d'immenses pots-de-vin et d'un charabia accompagné d'une gesticulation insensée. 


Avertissement : ami individualiste, passe ton chemin 


Toi l'individualiste, mon frère d'armes et de cœur, ce livre ne t'est pas destiné, car l'entreprise n'est pas pour toi. Le travail dans les grandes sociétés ne sert qu'à menotter l'individu qui, laissé à lui-même, se servant de son libre entendement, pourrait se mettre à réfléchir, à douter, voire, qui sait, à contester l'ordre ! Et cela, ça n'est pas possible. Si l'individu se trouve parfois porteur d'idées nouvelles, il ne faut à aucun prix que celles-ci dérangent le groupe. Il est clair que dans un monde où il est conseillé d'être souple, bien vu de changer son fusil d'épaule toutes les cinq minutes et en rythme avec les autres, l'individualiste est vecteur d'ennui, brandon de discorde. Aussi, on lui préfère le pleutre, le mièvre, l'obéissant, qui courbe le dos, joue le jeu, se coule dans le moule et, finalement, réussit à faire son trou sans faire de vagues. 


Or non seulement notre sauvageon individualiste est incapable de faire comme les autres, mais quand en plus il a des idées arrêtées, il renâcle au compromis : il inspire donc légitimement la méfiance. Les DRH (directions des ressources humaines) le voient venir de loin : raideur, obstination, entêtement, sont les qualificatifs qui fleurissent dans son dossier à la rubrique graphologie. Et cela, ne pas savoir se plier, c'est moche ; moche de sortir du travail dès sa tâche de la journée accomplie ; moche de ne pas participer au pot de fin d'année, à la galette des rois, de ne pas donner pour l'enveloppe du départ en retraite de Mme Michu ; moche de rentrer à l'hôtel en trombe dès la réunion terminée avec les partenaires de Taiwan ; mochede repousser le café proposé pendant la pause-café, d'apporter sa gamelle alors que tout le monde déjeune à la cantine. 


Ceux qui se comportent ainsi sont considérés par leurs collègues comme des cactus de bureau car la convivialité est exigée, sous forme de pots, de blagues convenues, de tutoiements et de bises hypocrites (toutes choses à simuler sous peine d'exclusion). Mais peut-être nos plantes rugueuses ont-elles parfaitement compris quelle était la limite à ne pas franchir entre le travail et la vie personnelle. Peut-être ont-elles réalisé qu'être tout le temps disponible pour une succession invraisemblable de projets, dont la moitié sont complètement idiots et l'autre moitié mal emmanchés, c'est à peu près comme changer de partenaire sexuel deux fois par an : quand on a 20 ans, la chose peut avoir son charme mais, au fil des années, cela finit par devenir franchement une corvée. 


Le néomanagement, au fond, c'est l'érection obligatoire. 


Voici donc en six chapitres toutes les raisons pour se désengager :

Télécharger gratuitement le livre de Corinne Maier, « Bonjour paresse ».
partage pdf: Bonjour Paresse - Corinne Maier.pdf


Essai bonnet de nuit ou manuel de management ? Non. Bonjour paresse est là pour dire enfin la vérité. Et la voici la grande entreprise, personne n'y croit plus. La foi nous a quittés, nous autres naguère chevaliers combattants de l'Ordre de la Firme. A présent les cadres moyens, petits boulons dans une machine jargonnant un sabir grotesque, n'attendent qu'une chose : le solde à la fin du mois. Mais alors, que faire ? Rien surtout ! affirme ce livre. Soyons individualistes et inefficaces en attendant que ça s'effondre et qu'une nouvelle société advienne où chacun cultivera essentiellement son jardin et conservera un à-côté accessoire dans une grande structure, en vue d'obtenir une petite feuille de paie indispensable à la survie. 
Ce livre est un ephlet (essai-pamphlet) spécial sinistrose, à usage thérapeutique.




(1) Je suis un peu méchante avec eux, il me faut l'avouer, je suis jalouse : si ma planque en entreprise est mieux payée que la leur, elle est moins chic. Allez, je le reconnais : certains universitaires ont produit des travaux dignes d'intérêt sur la firme, surtout les sociologues. 


(2) Le «schmilblick» est une célèbre émission radiophonique des années 1970 qui a été ridiculisée (et du même coup immortalisée) par l'humoriste Coluche dans un sketch du même nom. Le schmilblick est devenu un terme très usité en entreprise : il évite de nommer ce qu'on est en train de faire, l'essentiel étant que cette tâche imprécise avance. 


(3) Quoi ? Allez, on se dit tout : la psychanalyse et l'écriture. Mais il est bien d'autres activités passionnantes (rémunérées ou pas, la question n'est pas là) : élever des ânes, bricoler un matériel audio ultra perfectionné, organiser des fêtes, militer dans des associations, cultiver une vigne, négocier des fossiles, peindre, draguer à la plage... 


(4) Sondage IFOP pour Gallup, cité par le magazine Enjeux -Les Échos, n° 187, daté de janvier 2003.


Source de la photo : 
http://revolution-lente.coerrance.org/paresse.php?PHPSESSID=4c21934bb2ccb9b16af944f57c71271f

Tuesday, December 21, 2010

La croissance de la religiosité


Politiques identitaires


Pour partie, les pressions qui s’exerceront sur les sphères dirigeantes proviendront de nouvelles formes de politiques identitaires centrées sur les convictions religieuses et l’appartenance ethnique. Au cours des quinze années qui s’annoncent, l’identité religieuse va probablement devenir un facteur de plus en plus central dans la manière qu’auront les individus de se définir. La tendance aux politiques identitaires est liée à une mobilité accrue, à la diversité de plus en plus marquée de groupes entretenant des relations d’hostilité mutuelle au sein d’un même état, et à la diffusion des technologies de communication modernes.


Des réseaux religieux pour l’emploi et la solidarité


La primauté des identités ethniques et religieuses apportera à leurs adeptes une communauté toute prête, qui leur tiendra lieu de « filet de sécurité » en des temps de nécessité, facteur surtout très important chez les populations immigrées. De telles communautés fourniront aussi des réseaux susceptibles de donner accès à des opportunités d’emploi.


Augmentation du nombre de croyants


Nous ne disposons pas de données complètes sur le nombre de gens qui ont embrassé la foi religieuse ou qui se sont convertis d’une obédience à une autre au cours de ces dernières années. La tendance semble s’orienter vers un nombre de convertis en hausse et un engagement religieux affirmé chez beaucoup de croyants.


Par exemple, le christianisme, le bouddhisme et d’autres religions et pratiques se propagent dans des pays comme la Chine, en même temps que le marxisme décline. De même, la proportion de convertis par l’évangélisation dans les pays d’Amérique latine de forte tradition catholique ne cesse d’augmenter.


Le christianisme afro-chinois 


D’ici à 2020, la Chine et le Nigéria compteront parmi les communautés chrétiennes les plus vastes du monde. Ce tournant va remodeler les institutions occidentales traditionnelles fondées sur le christianisme, en leur donnant un aspect plus africain et plus asiatique, voire, plus largement, une dimension foncièrement liée au monde en voie de développement.


L’Europe


L’Europe de l’Ouest se distingue de cette « religiosité » mondiale, sauf pour les communautés immigrées d’Afrique et du Moyen-Orient. Beaucoup de fonctions traditionnelles de l’Eglise – l’éducation, les services sociaux, etc. – sont maintenant remplies par l’Etat. Toutefois, une laïcité plus envahissante, plus insistante risque de ne pas favoriser l’acceptation culturelle des nouveaux immigrés musulmans. En effet, ces derniers considèrent l’interdiction d’arborer des signes d’appartenance religieuse dans certains pays européens comme discriminatoire.


Regain des « activismes » religieux


Beaucoup de croyants pratiquants – qu’il s’agisse de nationalistes hindous, de chrétiens évangélisés en Amérique latine, de juifs fondamentalistes en Israël ou de musulmans radicaux – deviennent des « activistes ». Ils ont une vision du monde qui plaide pour un changement de société, une tendance à instaurer des distinctions manichéennes entre le bien et le mal, et un système de croyance religieuse qui relie les conflits locaux à une lutte plus générale.


De tels mouvements fondés sur la religion ont toujours été chose courante dans les périodes de trouble social et politique, et ils ont souvent constitué des forces positives de changement. Ainsi, les universitaires voient dans la poussée du courant évangélique en Amérique latine un mouvement qui a offert aux groupes déracinés, désavantagés sur le plan ethnique et souvent pauvres, notamment les femmes, « un réseau social dont ils auraient été dépourvus […] en apportant à leurs membres les savoir-faire nécessaires à leur survie dans une société en développement rapide… » (Philip Jenkins)


En même temps, le désir des groupes militants de changer la société conduit souvent à d’autres troubles sociaux et politiques, parfois violents. En particulier, il y a de fortes probabilités de frictions entre les communautés mixtes, car ces militants tentent de faire des convertis au sein des autres groupes religieux ou institutions confessionnelles établies de plus longue date. Dans le droit-fil des convictions religieuses fortement enracinées de ces mouvements, ces militants définissent leur identité par opposition à ceux qui ne sont pas des leurs, ce qui peut entraîner les dissensions.


L’islam radical


La plupart des régions qui vont connaître un regain des « activismes » religieux enregistreront aussi des poussées démographiques. Les spécialistes ont établi le lien avec la présence de nombreux militants radicaux, notamment les extrémistes musulmans (1).


Jusqu’en 2020, on peut s’attendre à ce que la propagation de l’islamisme radical ait un impact planétaire non négligeable, en ralliant des groupes ethniques et nationaux très divers, et peut-être même en créant une autorité qui transcende les frontière nationales. Une partie de l’attrait de l’islam radical réside dans l’appel des musulmans vers leurs racines, quand la civilisation de l’islam occupait les avant-postes du changement mondial. Les sentiments collectifs de désaffection et de désunion sur lesquels mise l’islam ne risquent guère de se dissiper, en tout cas pas tant que le monde musulman n’apparaîtra pas plus pleinement intégré à l’économie mondiale.


L’islam radical va continuer de séduire beaucoup d’immigrants musulmans, qui seront attirés par l’Occident plus prospère, pour les emplois offerts, mais qui ne se sentent pas de plain-pied avec ce qu’ils perçoivent comme une culture étrangère.


Des études montrent que les immigrés musulmans sont en train de s’intégrer dans les pays d’Europe de l’Ouest, à mesure aussi que ces derniers deviennent plus ouverts et plus diversifiés. Toutefois, beaucoup d’immigrés de la deuxième et de la troisième génération sont attirés par l’islam radical, car ils rencontrent des obstacles sur le chemin de l’intégration pleine et entière, et des barrières imposées à ce qu’il considèrent comme des pratiques religieuses normales.


De futurs conflits religieux


Les différences de religion et d’ethnie contribueront aussi aux conflits futurs et, si l’on n’y veille pas, elles seront une cause de querelles régionales. Les régions où les frictions risquent de déboucher sur des conflits intérieurs plus importants sont l’Asie du Sud-Est, où les lignes de fracture historiques entre chrétiens et musulmans traversent plusieurs pays, y compris l’Afrique de l’Ouest, les Philippines et l’Indonésie.


Alexandre Adler, « Le rapport de la CIA ».


(1) Adler définit les extrémistes musulmans comme un sous-ensemble des militants islamistes. « Ils se sont engagés dans la recomposition de la société politique, en accord avec leur vision de la loi islamique et ils usent volontiers de la violence. »
    
Alexandre Aldler est considéré comme un journalistes initiés aux secrets du monde. Il a participé à une réunion du Bilderberg en mai 2003 à Versailles. Ce puissant lobby néo-libéral, qui alimente toutes sortes de fantasmes conspirationnistes, déploie une stratégie d'influence également dans le milieu journalistique.


Site du groupe Bilderberg :
http://www.bilderbergmeetings.org/meeting_2010.html


Le rapport de la CIA : comment sera le monde en 2020 ?
&
Le nouveau rapport de la CIA : comment sera le monde en 2025 ?



Le rapport de la CIA : comment sera le monde en 2020 ?


Il vaut mieux ne pas croire aveuglément Michael Moore : la classe dirigeante actuelle des Etats-Unis n'est pas composée de brutes analphabètes incapables de saisir les complexités du monde... Pour s'en convaincre, il suffit de lire ce rapport produit par le Conseil national du renseignement américain (National Intelligence Council) pour la CIA. Un texte dense, articulé et subtil qui propose un examen en profondeur des grandes tendances du monde de demain. Dans tous les domaines - politique, économie, environnement, religion, terrorisme -, c'est une réflexion passionnante sur les forces et sur les dangers en même temps qu'un ensemble très précis d'indications qui orienteront la politique des Etats-Unis dans les prochaines années... C'est pourquoi il nous faut examiner sans passion ni préjugés cette " cartographie du futur " dont nous n'avons pas l'équivalent aujourd'hui en Europe. Le terrorisme va-t-il s'amplifier ? Verra-t-on l'effondrement de l'hégémonie américaine ? Les pleins pouvoirs iront-ils à l'Asie ? S'appuyant sur des sources et des hypothèses extrêmement sérieuses, les auteurs se livrent aussi à de très réalistes scénarios de politique-fiction. Ainsi la lettre du petit-fils de Ben Laden à sa famille proclamant l'instauration d'un nouveau califat ou le dialogue sous forme de SMS entre trafiquants d'armes nucléaires et chimiques... Ce rapport, écrit par vingt-cinq experts internationaux sur la base de données jusqu'ici secrètes, nous dit comment sera la monde en 2020.


Le nouveau rapport de la CIA : comment sera le monde en 2025 ?


Terrorisme en retrait, glissement du pouvoir économique de l'Occident à l'Orient, pénurie d'eau, déclin des ressources en hydrocarbures, nouvelles technologies. Dans la lignée du précédent Rapport de la CIA (Robert Laffont, 2005), un document inédit réunissant plusieurs hypothèses qui ne manqueront pas de faire parler, et dans lequel, surtout, pour la première fois, les Américains reconnaissent qu'ils ne seront plus les maîtres du monde ! Dans sa présentation, Alexandre Adler explore, en lever de rideau, les plus grands dangers géopolitiques actuels et suggère quelques moyens de les prévenir, pendant qu'il en est encore temps.

Monday, December 20, 2010

La franc-maçonnerie







Frères et faux frères de Nicolas


En décembre 2007, au bar de l'hôtel Bristol, palace devenu l'annexe de l'Élysée, Alain Bauer, ancien grand maître du Grand Orient, virtuose du conseil en sécurité et « expert en tout» auprès de Nicolas Sarkozy, n'hésitait pas à déclarer: « Ce gouvernement est le plus a-maçonnique qui soit, puisque nous sommes à zéro franc­maçon. Même sous le gouvernement du maréchal Pétain, à Vichy, il y en avait hélas. Quelques semaines plus tard, Le Point écrit sans recevoir le moindre démenti que Brice Hortefeux, qui n'est pas le moins voyant des ministres, a longtemps fréquenté les colonnes du temple. Réponse d'Alain Bauer : «Je parlais de frères à jour de leurs cotisations, qui sont donc toujours actifs dans leur loge.» Ah bon !


Quelques jours passent encore et L'Express dévoile que Xavier Bertrand, ministre du Travail et éternel candidat à Matignon, est membre du Grand Orient de France, une appartenance qui suscitera, dit­on, ce bon mot du Premier ministre François Fillon : « Quand j'ai appris que Xavier Bertrand appartenait à la franc-maçonnerie, je ne me suis pas étonné de le découvrir maçon ; mais franc, ça m'en bouche un coin. » Alain Bauer ne peut pas être pris en défaut : Xavier Bertrand lui-même assure « s'être mis en retrait en 2004 », au moment de son entrée au gouvernement. Ces subtilités administratives servent avant tout à embrouiller le profane : pour tous les frères, Xavier Bertrand continue bien évidemment à faire partie de la grande famille.


La franc-maçonnerie à la conquête du monde


Pour se lancer à l’assaut de la planète, la franc-maçonnerie a précédé les multinationales. L’implantation des loges en Afrique ou en Inde remonte aussi loin que la colonisation. La GLNF ne s’appelait-elle pas, jusqu’en 1990, Grande Loge Nationale Indépendante et Régulière pour la France et les Colonies françaises ? Tendant à l’universel, les frères anglo-saxons, puis français, ont de tout temps souhaité planter leur drapeau à l’étranger. Le Grand Architecte de l’Univers mérite bien d’être célébré sous toutes les latitudes. L’entreprise a d’ailleurs été couronnée de succès, puisqu’ils sont aujourd’hui plus de 7 millions à porter le tablier sur tous les continents, essentiellement sous le haut patronage de la Grande Loge Unie d’Angleterre, mère de toutes les loges régulières.


Avec l’intrusion de politique, du commerce international, de la course au pétrole, les missionnaires ont été remplacés par les hommes de pouvoir et d’affaires. Et la fraternité n’est plus seulement une fin en soi. C’est aussi, souvent, un moyen bien pratique pour se livrer à des quêtes très prosaïques.


Sophie Coignard


Sophie Coignard, grand reporter au Point, est l'auteur de livres d'investigation qui ont fait date (dont le best-seller « L'omertà française », avec Alexandre Wickham)




Un Etat dans l'Etat 
Le contre-pouvoir maçonnique



La franc-maçonnerie ? Un vrai contre-pouvoir qui apparaît rarement en pleine lumière. Derrière l'apparence de rituels parfois désuets, Sophie Coignard a découvert que les frères s'organisent d'une façon très moderne pour s'entraider et exercer leur influence dans toute la société. Cet immense réseau, qui compte près de 150 000 personnes, pèse notamment dans la police, la justice et les affaires sociales. Le livre dévoile l'existence de véritables fiefs francs-maçons, comme, parmi bien d'autres, la Poste, Veolia ou le Crédit agricole. À EDF, c'est une vraie cellule de renseignement qui effectuait des missions très spéciales.


Cet univers méconnu compte des catholiques fervents et des athées militants. Il abrite aussi des loges d'élite inaccessibles au commun des mortels et des rivalités bien cachées. Le ciment de cet État dans l'État ? Le secret d'appartenance, d'autant plus jalousement gardé que les frères occupent un poste élevé dans la hiérarchie sociale. Chaque frère est en effet tenu par un serment solennel qui lui interdit de parler. Nourri d'anecdotes et de révélations, un document-choc sur un sujet encore largement tabou.