Saturday, July 18, 2009

Les larmes du Bouddha

Le mercantilisme occidental a fait du bouddhisme un produit assez lucratif. Des opportunistes savent réaliser de petits et de grands profits grâce à la mode du bouddhisme magique du Tibet ou du zen transmis par un alcoolique japonais. Des livres prétendent enseigner l’art du bonheur en deux cents pages. Des universitaires publient des traductions de textes secrétissimes et deviennent des propagateurs de pratiques religieuses aliénantes. L’Occident bouddhiste se prosterne devant des magiciens et se soumettent (samaya) à des margoulins. Les bouddhistes occidentaux ont pris l’habitude d’offrir des festins (tsoks) aux entités du lamaïsme, ils soudoient régulièrement les démons gardiens de la doctrine avec du saucisson, des chips, du Coca-Cola…

D'un autre côté, depuis quelques années, les internautes francophones perçoivent les échos d’une contestation qui remet radicalement en question l’imaginaire bouddhique de l’Occident.

La violence des attaques du couple Trimonti contre les grands initiés de Kalachakra et leur hiérophante suprême, le dalaï-lama lui-même, fit rapidement s’effondrer le mythe du bouddhisme pacifique. La charge était imparable, les Trimondi connaissent parfaitement les arcanes les plus occultes du lamaïsme. http://www.iivs.de/~iivs01311/francais/Part-II-10.htm

http://www.iivs.de/~iivs01311/francais/articles.fr..htm

De son côté, Christian Pose témoigne de son expérience monastique tout en dénonçant le cynisme de la diaspora tibétaine, celle des riches hiérarques corrompus. http://linked222.free.fr/cp/ChristianPose.html


Les travaux de l’anthropologue Marc Bosche sont dénués d’agressivité, mais le constat est sans appel : "Notre hypothèse est que le néo bouddhisme est en réalité une industrie, régie par des lois économiques plutôt que morales ou spirituelles, mettant en œuvre une technologie de l’assujettissement des personnes au travers d’un système de moyens subtils, issus d’une antique expérience religieuse. Cet assujettissement passerait par des effets spéciaux agréables rendant les adeptes dépendants de sensations psychosomatiques souveraines, obtenues au contact de ces groupes, de leurs figures d’autorité et de leurs mises en scène spirituelles." http://pagesperso-orange.fr/marc-bosche/wsb3911575201/1.html


Des auteurs font état de la rencontre du bouddhisme et du totalitarisme :

- Brian Victoria, « Le zen en guerre », Seuil 1997 :
- le couple Trimondi, « L’ombre du Dalaï-lama, sexualité, magie et politique dans le bouddhisme tibétain », Düsseldorf, 1999, et « Hitler, Buddha, Krishna, Eine unheilige Allianz vom dritten Reich bis heute, Ueberreuter, 2002 ;
- Elisabeth Martens « Histoire du Bouddhisme tibétain, La compassion des Puissants », l’Harmattan, 2007 ;
- Etc.

Ces auteurs dénoncent la mascarade d’un bouddhisme politique. Mais leurs pertinentes observations et les conclusions qui les accompagnent malmènent l’authentique spiritualité libératrice. Ils jettent le bébé avec l’eau du bain en quelque sorte.

Le besoin de spiritualité est naturel à condition de l’assouvir sans dépendre de doctrine manipulatrices et de prétendus maîtres. A bien y regarder, les institutions religieuses et le spiritualisme en vogue sont des éteignoirs de nos velléités de libération. Les desseins des religions s’opposent à la réalisation intérieure qui transforme le mouton en lion. La papauté était impitoyable envers les gnostiques parce que ces libertaires de l’Absolu n’acceptaient pas la soumission et la résignation enseignées par l’Eglise complice des puissants et des exploiteurs. Au 7ème siècle, les gnostiques Messaliens (ou Euchites) irritaient l’évêque chrétien Timothée. Il écrit : « L’été, la nuit venue, ils dorment en plein air, hommes et femmes, dans une totale promiscuité, sans que cela tire, d’après eux conséquence. Ils peuvent goûter aux mets les plus savoureux et mener la vie la plus luxurieuse ou la plus débauchée car pour eux, tout cela n’a pas la moindre conséquence. » « Mais ce qui choque le plus ce brave évêque, ajoute Jacques Lacarrière, c’est l’attitude délibérément insoumise de ces vagabonds, leur insolent refus de travailler et leur évidente propension à ne vouloir rien faire : « Ils entendent manger et ne jamais travailler pour cela. Ils mangent donc à leur faim et boivent à leur soif à n’importe quelle heure du jour, sans se soucier d’aucune prescription sur les jeûnes et passent leur temps à ne rien faire et à dormir. » (1)

Prétextant nous conduire à l’Eveil, le bouddhisme régente aussi notre existence. Son moralisme, ses dogmes et ses méthodes annihilent en réalité notre sens inné de la véritable spiritualité. Les Chinois, grâce en partie à l’antique sagesse taoïste, rectifièrent brillamment les erreurs du bouddhisme en matière de pratiques méditatives. L’attitude peu conventionnelle de Hui-neng (le 6ème patriarche du Ch’an) envers la méditation (Dhyana) est illustrée par l’histoire suivante relatée par l’un de ses disciples :

En la onzième année de Kai-yuan (723 de notre ère), il y avait à T’an-chou un maître Ch’an connu sous le nom de Chih-huang, qui avait étudié auprès de Jen, le grand maître. Il était revenu ensuite au monastère de Lu-shan, à Chang-sha, où il se consacrait à la pratique de la méditation (tso-ch'an = dhyana), et il entrait souvent en Samadhi (ting). Sa réputation s’étendait très loin.

Il y avait à cette époque un autre maître Ch’an du nom de Tai-yung. Il vint à Ts’ao-ch’i et étudia pendant trente ans sous la direction du grand maître (Hui-neng). Le maître avait l’habitude de lui dire : « Vous êtes en mesure de faire un missionnaire ». Enfin Yung dit adieu à son maître et retourna dans le Nord. Passant au cours de son voyage par la retraite de Huang. Yung rendit visite à celui-ci et lui demanda respectueusement : « Votre Révérence entre, paraît-il, souvent en Samadhi. A ce moment, faut-il comprendre que votre conscience continue à fonctionner ou bien vous êtes dans un état d’inconscience ? Si votre conscience continue à fonctionner, tous les êtres sensibles, doués de conscience , peuvent entrer en Samadhi comme vous. Si au contraire vous êtes dans un état d’inconscience, les plantes et les rochers peuvent entrer en Samadhi ».

Huang répondit : « Lorsque j’entre en Samadhi, je ne suis conscient ni d’une condition ni de l’autre ».

Yung dit : « Si vous n’êtes conscient ni d’une condition ni de l’autre, c’est là demeurer en un éternel Samadhi, et il ne saurait être question d’y entrer ni d’en sortir ».

Huang ne répondit rien. Il demanda : « Vous dites de venir de chez Hui-neng, le grand maître. Quelle instruction avez-vous reçu de lui ? »

Yung répondit : « Selon son enseignement, la non-tranquilisation, (ting-Samadhi), la non-perturbation, la non-station assise (tso), la non-méditation (ch’an) – voilà le Dhyana du Tathagata. Les cinq Skandhas ne sont pas des réalités ; les six objets des sens sont par nature vides. « Cela » n’est ni calme ni illuminant ; ce n’est ni réel ni vide ; cela ne réside pas dans la voie moyenne ; c’est ne-pas-faire, c’est ne-produire-aucun-effet, et pourtant cela joue avec la plus entière liberté : la nature-de-Bouddha englobe tout ».

Entendant cela, Huang en réalisa instantanément la signification et il soupira : « Ces trente années que j’ai passées assis pour rien ! » (2)



(1) Jacques Lacarrière, « Les gnostiques ».
(2) Dans le Pieh-chuan.

12 comments:

  1. Un beau conte qui parle vraiment de l'éveil, voilà des choses authentiques. Peu se rendent compte comme Huang qu'ils font fausses routes.

    ReplyDelete
  2. dans la pratique du zen il n'y a pas de but à atteindre et c'est bien cela qui intrigue notre sesprit d'occidental.alors tout dépend de ce que vous pratiquer dans le fond .
    Sur la pointe d'une herbe
    devant l'infini du ciel
    une fourmi. dogen

    ReplyDelete
  3. il est important de savoir ou l'on va mais faite attention que votre esprit critique ne prenne pas le dessus oubliant ainsi votre pratique .Vous riquez alors de ne devenir qu'une critique ambulante et desepérée

    ReplyDelete
  4. Bonjour Bouddhanar,

    Et le "mercantilisme occidental" ne se sucre pas que sur le bouddhisme ou le zen.

    Il y a des associations (dont j'ai les noms) qui sous prétexte de défendre le peuple tibétain, pour attirer avec des "bons sentiments" ou l'effet mode JO, se sucrent sur le malheur du peuple tibétain.

    Là, ça fait plus de 3 ans que j'enquête (après avoir vu ce que certains, liés à ces assos étaient capables de faire sur des forums, j'ai approfondi les sujets et cherché toutes les ramifications) et je vais de découvertes en découvertes de plus en plus surprenantes dans l'immonde et l'ignoble ou comment se faire des couilles en or avec les étiquettes "peuple tibétain" ou "CG Jung" en faire-valoir et devenir millionnaire en vendant du "développement personnel" (bidon) sur internet.

    Désolée pour le ton cru, mais quand je parle de pourritures au col blanc, j'enlève les gants.

    Bises,
    Sylvie

    ReplyDelete
  5. Il n'y a en effet rien à atteindre dans
    l'éveil puisque il est déjà présent. Seul nos voiles nous empêchent de l'obtenir.
    Voir les 12 facteurs
    d'interdépendances.

    ReplyDelete
  6. Yayague (je suppose qu'il s'adresse à moi) parle sans connaître les gens et se permet un avis. Un classique d'Internet et de ces soi-disant bouddhistes. (ce mot commence à me faire horreur).

    ReplyDelete
  7. Le message du bouddha n'a que faire
    des moralistes et des donneurs de leçon. C'est avant tout une pensée critique.

    ReplyDelete
  8. Bonjour Bouddhanar,

    Pour préciser ce que j'ai à dire, je pense que les abus sexuels, que vous dénoncez par ailleurs, pratiqués dans certaines sectes bouddhistes, sont sur le même plan, que cette avidité de pouvoir abusif,lié au "mercantilisme".

    Je me suis permis de reprendre un article de Marc Bosche sur mon blog:
    http://charlesattend.over-blog.com/
    Cet article est visionnaire et j'ai pu vérifier tous les mécanismes/rouages de ces "prédateurs" qui agissent à moindre échelle sur les forums, mais qui peuvent entrainer aussi le SUICIDE de leurs victimes.
    Le terme qui se rapproche le plus de ce que décrit M.Bosche est bien, il me semble sur le plan concret, "la manipulation mentale".

    En conséquences... un forum a été créé pour plus de détails au cas par cas:
    http://avotreattention.xooit.fr/index.php
    C'est le seul forum où j'ai confiance, que la censure ou les bannissements ne viendront pas (en recouvrant les immondices des "prédateurs" d'un voile faussement parfumé) étouffer les cris des victimes, ou la "Sainte Colère" de ceux qui ont les yeux ouverts.


    Bonne journée,
    Sylvie

    ReplyDelete
  9. Seul nos voiles nous empêchent de l'obtenir.
    là il y a un but non ?

    ReplyDelete
  10. en faite young est yayague j'espère que vous trouverez le bonheur et la tranquilité ceci était mon dernier message
    amicalement
    phil murcia

    ReplyDelete
  11. Anonymous11:27 AM

    http://enchainementdecriminalites.centerblog.net/46-declaree-coupable-parce-que-sans-defense

    mon histoire s'est déroulée à Aix-en-provence en 1980

    Comme j'étais faible et vulnérable, on m'a tout mis sur le dos! on? les disciples, le lama demeuré, les violeurs, les familles des violeurs, et qui, y avait il pour me défendre? mes parents, déjà bien accablés par ailleurs!





    Quand je dis que l'humanité c'est de la m...., je ne suis pas loin du compte



    La réincarnation du 16°karmapa a détruit de nombreuses vies, des familles entières, et il n'en a cure!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! l'amour du bouddha c'est le truc, avec lequel vous pouvez vous torcher!

    ReplyDelete

Note: Only a member of this blog may post a comment.