Tuesday, May 26, 2009

Quel Om (mani pémé houng) ce Bertrand !


Le 7 juin 2009, Bertrand Delanoë, maire socialiste de la meilleure espèce, recevra le Dalaï-lama et lui accordera le titre de "citoyen d'honneur de la ville de Paris".

La "bravitude" du petit maire de Paris face au méchant colosse chinois ressemble plus à une opération de propagande qu’à un combat pour l’équité. Des socialistes, qui trahissent la cause du peuple en se prévalant du rôle du Cid Campeador des pauvres, participent volontiers à l’offensive occidentale contre les puissances qui affichent une trop grande indépendance. L’empire anglo-américain, sans oublier ses satellites d’Europe, du Proche-Orient et d’ailleurs, redoutent la création d’un axe Pékin-Moscou-Théhéran. Le souverain pontife du lamaïsme, qui ne peut plus échapper à son destin de marionnette politique depuis qu’il à signé un pacte avec le diable CIA, est devenu l’épouvantail des prétendues démocraties contre les prétendues barbaries.

Quand on connaît un peu les grands humanistes occidentaux, on sait qu’ils ne dénonceront jamais l’occupation de l’Iraq et de l’Afghanistan. Il ne disent pas non plus que Gaza est en réalité un gigantesque camp de concentration. Mais ils sont beaucoup plus véhéments sur le sort des riches hiérarques de la diaspora tibétaine, qui sont tous, bien entendu, de grands sages injustement privés de leurs seigneuries et de leurs serfs par les communistes chinois.

L’Otan, le bras armé du nouvel empire fasciste (qui cache encore son véritable visage), renforce ses positions en Afghanistan. L’importance géopolitique de l’Afghanistan est considérable. L’empire devait obligatoirement trouver un prétexte pour y installer ses bases. Sans la fermeté des Chinois, ces mêmes bases seraient au Tibet. On peut comprendre que le Dalaï-lama irrite les Chinois.

No comments:

Post a Comment

Note: Only a member of this blog may post a comment.