Sunday, November 30, 2008

Sommes-nous marrons ?

Le courage de l’esclave en fuite de l’époque coloniale, du nègre marron, pourrait inspirer les personnes qui n’acceptent plus de ramper.

En réalité, les insoumis sont très rares. Les esclaves modernes ne supportent pas l’idée d’une vie sans chaînes. S’affranchir de la servitude exige des efforts herculéens. Bien que, Hercule esclave d’Omphale, la reine de Lydie, file la quenouille aux pieds de sa maîtresse sans trop rechigner.

Malgré leur incompétence, les riches, toujours plus arrogants et insatiables, ont joué au capitalisme spéculatif avec beaucoup de bonheur. Face à la crise et à la misère galopantes, le peuple aurait pu s’enflammer et, saisi d’une fureur révolutionnaire digne de Robespierre, envoyer tous les profiteur à la guillotine. Mais vivre sans maître est devenu impensable. La banqueroute du siècle sera donc épongée par les exploités. Dans la jet-society on n’en revient toujours pas. Des unités anti-émeute étaient prêtes au massacre dans l’éventualité d’une révolte populaire. Toutefois, incarner Spartacus n’est pas possible sans testostérone. Généralement, le dressage social émascule les rebelles les plus combatifs. Naguère, le cerveau d’opposants coriaces était imperméable à la propagande castratrice, mais c’est à cause de l’estomac que l’hormone mâle, qui fait un solide révolutionnaire très courageux, disparaît. En effet, l’alimentation contient de nombreuses molécules chimiques qui agissent comme les œstrogènes. Les succédanés des stéroïdes de la féminité expliqueraient la déconcertante passivité des exploités. (Pollution et stérilité
http://www.cpdh.info/npds/article.php?sid=1110 )

Les religions au service du productivisme condamnent la sexualité. De cette condamnation est sortie la pornographie qui vend aux exploités un plaisir faisandé par la culpabilité et l’hypocrisie, alors que la nature nous a doté d’aptitudes comparables à celles de certains primates suffisamment malins pour ne pas nous imiter. L’organisation sociale des bonobos, fondée sur le sexe convivial et gratuit, est beaucoup moins répugnante que la société humaine régie par l’argent. L’exploité est un être frustré, il est invité à se résigner par ces mêmes religions. Victime d’une libido dévoyée, il rêve de devenir salarié à vie dès l’adolescence. Les salariés de première catégorie ont un CDI, contrat à durée indéterminé. Les travailleurs de seconde zone, des parias jetables, sont méprisés parce qu’ils n’ont qu’un CDD, contrat à durée déterminée. La discrimination est très positive pour les riches qui divisent les travailleurs pour la plus grande gloire du capitalisme.

Divisé, frustré et tenaillé par l’envie, le peuple besogneux est aussi apeuré. Il a peur de perdre son travail et de ne plus pouvoir consommer. Il a peur de se retrouver sans domicile, alors qu’il est si facile de construire une élégante maisonnette écologique pour quelques CENTAINES d’euros. Les bonnes gens sont terrorisés par des immigrés en djellaba. La peur est le moyen de domination le plus efficace du système faussement démocratique en place. C’est une redoutable arme psychologique. "La politique devient toujours plus cynique et amorale. On se sert du terrorisme pour faire peur et pour restreindre les libertés fondamentales. " (Dick Marty, Union européenne).

Ainsi, la peur qui étreint les populations prépare l’événement majeur de cette fin de cycle : la venue d’un prétendu sauveur, le fameux Christ-Maitreya que des Cassandre comparent à l’Antéchrist. Devant l’ampleur des désordres sociaux, les oiseaux de mauvaise augure seront rapidement muselées. L’imposteur sera acclamé et adulé. Il donnera du travail au peuple et apportera une nouvelle sécurité matérielle à l’instar de l’État populaire d’Adolphe Hitler, "Hitlers Volksstaat". Mais, comme son funeste prédécesseur, le guide suprême d’un nouvel ordre mondial-socialiste se transformera rapidement en tyran sanguinaire.

Les rares "fuyards marrons", Spartacus-Bouddha des cimes, ne s’alarment plus des risques et périls qui menacent l’humanité. Ils ont opéré une audacieuse dissidence de l’esprit qui leur permet de s’affranchir du conditionnement social et religieux. En retrouvant leur lucidité, ils sont devenus des êtres nobles de la Tradition. "L’être noble, lui qui a connu la vérité, n’a plus d’ambitions, que ce soit pour faire des expériences ou se libérer. Son absorption (samâdhi) est spontanée, non-conditionné. " (Ashtâvakra Gîta)



Christ-Maitreya un extrait du documentaire "Riddles in Stone - Secret Architechture of Washington" VOIR LA VIDEO



Thursday, November 27, 2008

Effrayante hypothèse

Les influences bénéfiques, les grâces célestes, le bonheur sont regardés comme les avantages collatéraux du développement spirituel. Le but principal du bouddhisme est de conduire ses adeptes à l'Eveil spirituel, à la véritable contemplation, c'est-à-dire à l'intelligence pure. Les sociétés traditionnelles reconnaissaient la supériorité de la contemplation à l’action.

Contrairement à la croyance tibétaine en l'accumulation des mérites, la construction de temples, l'édification de stoupas, les offrandes de lampes à beurre, les cérémonies et toutes les pratiques rituelles adoptées par le bouddhisme tantrique occidental ne sont pas bénéfiques à la société moderne.

La courbe d'expansion du Vajrayana correspond curieusement au développement de la mondialisation qui ne profite qu'aux riches, et aux " élites " corrompues. Un autre parallèle insolite : la contestation relativement récente du système économique ultra libéral et du cynisme de ses leaders correspond à la divulgation du vrai visage du cléricalisme tibétain et de l'hypocrisie de ses prélats. C'est le temps des révélations (voir le post précédent).

Des pratiques rituelles hypnotiques ont-elles pour but de neutraliser une partie de l'élite spirituelle, la vraie, celle que René Guénon attendait dans l'espoir d'un redressement des véritables valeurs ?

Après trente ans d'implantation en Occident, le bouddhisme n'a apporté ni éveillés ni bonheur. Il a participé au développement du marché de la spiritualité dont l'augmentation du chiffre d'affaires est la seule certitude.

Ces éléments indiquent-ils que le Vajrayana s'est transformé en courant contre-initiatique, dirigé par des " marouts " (êtres spirituellement dégénérés) ? Le Vajrayana est-il " habité " par un égrégore noir (c'est une influence psychique errante débilitante et obsédante) ? Le goût des lamas pour le morbide, les méditation dans les cimetières, les invocations de démons, des accessoires rituels faits d'ossements humains sont autant d'indices de la présence d’un égrégore noir.



***


6 décembre 2008, rencontre Sarkozy-Dalaï-lama

La presse occidentale fait semblant de ne pas comprendre les protestations de Pékin et le report du sommet entre la Chine et l'Union européenne.

La rencontre de l'atlantiste Sarkozy, président de l’Union européenne, et du Dalaï-lama symbolise le parti qui œuvre au contrôle de l’Asie. Les Chinois considèrent que la faction des inconditionnels du Dalaï-lama est responsable des violentes émeutes qui éclatèrent au Tibet au début de l’année 2008. Cette faction est financée par des étasuniens, parmi lesquels on retrouve George Soros. Ce milliardaire, agent de l’empire anglo-américain et du nouvel ordre mondial, est impliqué dans l’agression de la Georgie contre l’Ossétie.

Les Etats-Unis ont provoqué le guerre en Georgie… LIRE LA SUITE


Tuesday, November 25, 2008

Révélations

La morosité se répand, "c’est la faute à la crise économique", se persuade le plus grand nombre. Pour d’autres, nous vivons la fin d’un cycle, une période pré-apocalyptique propice aux bouleversements et à d’étonnantes révélations.

Le terme apocalypse signifie " révélation de la nature véritable des êtres et des choses ". Ce qui était alors caché se dévoile.

"L’apocalypse de Jean, écrit Alain Daniélou, présente une vision analogue à celle des Purâna dont la tradition n’était certainement pas inconnue de son temps puisque c’est seulement en 304 de notre ère que saint Grégoire fit détruire, entre autres, les deux temples hindous construits en Arménie sous le règne d’un monarque Arsacide, en 149 et 127 avant J.-C."

Qui sont les véritables maîtres du monde ? Ce secret, longtemps jalousement gardé, est désormais entrevu par les personnes qui se donnent la peine de sortir des sentiers battus.

Des hiérarchies rétrogrades ont fait main basse sur les principales religions. Le lamaïsme est sous leur contrôle depuis la création de l’institution des dalaï-lamas. Les mystiques errants du plateau tibétain, au mode de vie comparable à celui des sannayasins hindous indépendants et gyrovagues, se soumirent aux hiérarques guélougpas qui les parquèrent dans des monastères. Depuis des siècles, des milliers de moines, assujettis au cléricalisme centralisé et hiérarchisé de la secte des bonnets jaunes, se livrent à une magie collective qui n’a rien en commun avec la voie libératrice du Bouddha.

Les masques tombent durant cette période de grand chambardement cyclique. Ainsi, le célèbre Carlos Castaneda se serait mis à table avant de mourir. Armando Torres, l'héritier spirituel de Castaneda, fait d’intéressantes révélations au sujet des prédateurs occultes dans son livre "Rencontres avec le Nagual", Éditions Alphée.

Torres écrit :

Carlos affirmait que les êtres humains sont les otages d’un groupe d’entités cosmiques qui se dédient à la prédation et que les sorciers appellent "les Flyers".

Il déclara que ce sujet avait été tenu secret par les anciens voyants, mais que suite à un présage, il avait décidé qu’il était temps de le révéler. Ce présage était une photographie que son ami Tony, un chrétien bouddhiste, avait prise. Sur cette photo apparaissait nettement l’image d’un être obscur et menaçant, flottant au-dessus d’une multitude de fidèles réunis sur le site des pyramides de Teotihuacan…

Lorsque j’en eus l’opportunité, je lui demandai de m’en dire un plus à propos des "Flyers", et il me raconta l’un des aspects les plus terrifiants du monde de don Juan : nous sommes prisonniers d’êtres venus des confins de l’Univers, qui nous utilisent comme nous utilisons des poulets.

Carlos expliqua : " La portion de l’Univers qui nous est accessible est le champ opérationnel de deux formes de conscience radicalement différentes.

Celle qui inclut les plantes, les animaux et aussi les êtres humains, est une conscience blanchâtre, jeune et génératrice d’énergie. L’autre est une conscience infiniment plus ancienne et parasite, possédant une quantité énorme de connaissance.

En plus des hommes et des autres êtres qui habitent cette Terre, il y a dans l’Univers une immense gamme d’entités inorganiques. Elles sont présentes parmi nous, et à certains moments sont visibles. Nous les appelons fantômes ou apparitions.

L’une de ces espèces, que les voyants décrivent comme d’énormes silhouettes volantes de couleur noire, arriva un jour de la profondeur du Cosmos et rencontra une oasis de conscience sur notre planète. Elles se sont spécialisées dans la "traite" des êtres humains.

C’est incroyable ! m’exclamai-je.

Je sais, mais c’est la plus pure et la plus terrifiante vérité ! Ne t’es-tu jamais questionné sur les hauts et les bas émotionnels énergétiques des gens ? Ce sont les prédateurs qui viennent périodiquement prélever leur quota de conscience. Ils nous laissent juste ce qu’il faut pour que nous puissions continuer à vivre, et parfois même pas ça.

Que voulez-vous dire ?

Parfois ils prennent trop et la personne tombe gravement malade, et peut même en mourir.

Je n’arrivais pas à croire ce que j’entendais.

Voulez vous dire par là que nous sommes dévorés vivants ?

Carlos sourit.
Bon, ils ne nous "mangent" pas littéralement, ce qu’ils font c’est un transfert vibratoire. La conscience est énergie et ils peuvent s’aligner avec nous. Puisque par nature ils sont perpétuellement affamés et que nous, en revanche, exsudons de la lumière, le résultat de cet alignement peut être décrit comme une prédation énergétique.

Mais, pourquoi font-ils cela ?

Parce que sur le plan cosmique, l’énergie est la devise la plus forte, nous la recherchons tous, et les humains sont une race vitale, riche en aliments. Chaque chose vivante en mange une autre et c’est toujours le plus puissant qui gagne. Qui a dit que l’homme était au sommet de la chaîne alimentaire ? Cette vision ne peut venir que d’un être humain. Pour les êtres inorganiques, nous sommes des proies.

Je commentai qu’il m’était inconcevable d’accepter que des entités, même plus conscientes que nous, parviennent à un tel degré de prédation.

Il répliqua :
Mais qu’est-ce que tu crois que tu fais quand tu manges une laitue ou un beefsteak ? Tu manges de la vie ! Ta sensibilité est hypocrite. Les prédateurs cosmiques ne sont ni plus ni moins cruels que nous. Lorsqu’une race plus forte en consomme une autre, inférieure, elle aide à ce que son énergie évolue. Je t’ai déjà dit que dans l’Univers il n’y avait que la guerre. Les confrontations entre êtres humains ne sont qu’un reflet de ce qui se passe là, dehors. Il est normal qu’une espèce cherche à en consommer une autre. Un guerrier ne se lamente pas à ce sujet, il essaie de survivre.

Et comment nous consomment-ils ?

Au travers de nos émotions, incessamment occasionnées par notre dialogue intérieur. Ils ont dessiné l’environnement social de telle façon que nous sommes en permanence en train de projeter des ondes d’émotions qui sont immédiatement absorbées. Ce qu’ils aiment par-dessus tout, ce sont les attaques de l’ego ; pour eux c’est une bouchée exquise. De telles émotions sont identiques en n’importe quel endroit de l’Univers où ils sont présents et ils ont appris à les métaboliser.
Certains nous consomment pour notre luxure, notre peur ou notre colère ; d’autres préfèrent les sentiments plus délicats, comme l’amour et la tendresse. Mais tous sont intéressés par la même chose. Leur voie d’attaque normale est la tête, le cœur ou le ventre, là où nous emmagasinons la plus grande partie de notre énergie.

S’attaquent-ils aussi aux animaux ?

Ces êtres utilisent tout ce qui est disponible, mais ils préfèrent la conscience organisée. Ils drainent les animaux et les plantes dans la partie de leur attention qui n’est pas trop fixée. Ils attaquent aussi la plupart des êtres inorganiques, sauf que ceux-ci les voient et les esquivent comme nous faisons avec les moustiques. Les seuls qui tombent totalement dans leur piège sont les être humains !

Comment est-il possible que tout cela se passe sans que nous ne nous en rendions compte ?

Parce que nous héritons de cet échange avec ces êtres comme s’il s’agissait d’une condition génétique, et cela nous semble naturel. Lorsque quelqu’un naît, la mère l’offre en nourriture sans même s’en rendre compte, car son esprit est lui aussi contrôlé. Baptiser l’enfant, c’est comme signer un contrat. Dès ce moment, la mère s’efforce de lui inculquer des modes de conduite acceptables ; elle l’apprivoise, réduit son côté guerrier et le convertit en une brebis docile.
Lorsqu’un enfant a suffisamment d’énergie pour rejeter cette imposition, mais pas assez pour entrer sur le chemin du guerrier, il devient un rebelle ou un délinquant. L’avantage des "Flyers" provient de la différence entre nos niveaux de conscience. Ce sont des entités très vastes et puissantes ; l’idée que nous avons d’eux est équivalente à celle qu’une fourmi peut avoir d’un être humain.
Cependant leur présence est douloureuse et peut se mesurer de différentes manières. Par exemple, lorsque nous faisons face à des attaques de rationalité ou de méfiance, ou quand nous sommes tentés de violer nos propres décisions. Les fous peuvent les détecter très facilement, trop facilement dirais-je, parce qu’ils sentent physiquement comment ces êtres se posent sur leurs épaules, générant des paranoïas. Le suicide est le sceau des "Flyers", car leur esprit est potentiellement homicide.

Vous avez dit qu’il s’agissait d’un échange, mais que gagnons-nous d’un tel pillage ?

En échange de notre énergie, les "Flyers" nous ont donné notre mental, nos attachements et notre ego. Pour eux, nous ne sommes pas des esclaves mais une espèce d’ouvriers salariés. Ils accordèrent ces privilèges à une race primitive et lui donnèrent la faculté de penser, laquelle nous fit évoluer. En fait ils nous ont civilisés. Sans cela, nous serions encore cachés dans des grottes ou en train de faire des nids au sommet des arbres.
Les "Flyers" nous contrôlent au travers de nos traditions et de nos coutumes. Ils sont les maîtres de la religion, les créateurs de l’Histoire. Nous écoutons leur voix à la radio et nous lisons leurs idées dans les journaux. Ils dirigent tous nos moyens d’information et nos systèmes de croyance. Leur stratégie est magnifique. Par exemple, il exista un jour un honnête homme qui parla d’amour et de liberté ; ils le transformèrent en auto-compassion et en servilité. Ils le font avec tout le monde, même avec les Naguals. C’est pour cette raison que le travail d’un sorcier est solitaire.
Durant des millénaires, les "Flyers" ont concocté des plans pour nous collectiviser. Il y eut une époque où ils furent tellement effrontés qu’ils étaient même vus en public, et les gens en firent des représentations de pierre. Ces temps étaient obscurs, ils pullulaient partout. Mais à présent leur stratégie est devenue tellement subtile que nous ne savons même plus qu’ils existent.
Dans le passé, ils nous tenaient par notre crédulité, aujourd’hui ils y parviennent par le matérialisme. Ils sont responsables de l’ambition de l’homme moderne à ne plus penser par lui-même. Observe juste combien de temps une personne pourra tolérer le silence !

Pourquoi ont-ils changé leur stratégie ?

Parce qu’en ce moment, ils sont en train de courir un grand risque. L’humanité est en contact constamment et rapidement, et l’information peut atteindre tout le monde.
Ou ils nous remplissent la tête et nous bombardent jour et nuit de tous types de suggestions, ou certains commenceront à réaliser ce qui se passe et avertiront les autres.

Que se passerait-il si nous parvenions à repousser ces entités ?

Nous récupérerions en une semaine toute notre vitalité et nous serions à nouveau brillants ! Mais, en tant qu’êtres humains ordinaires, nous ne pouvons envisager cette possibilité parce qu’elle impliquerait que nous allions contre tout ce qui est socialement acceptable…

Saturday, November 22, 2008

Le plus grand événement spirituel de tous les temps selon le Maître Tibétain

Le spiritualisme moderne a été en grande partie inspiré par un théosophisme falsificateur des doctrines traditionnelles orientales et Alice Bailey.

Auteur prolixe, Alice Bailey transmettait l’enseignement d’une entité, le Maître Tibétain Djwhal Khul. Ce maître, représentant d’une mystérieuse loge située au Tibet, se réjouit après le bombardement atomique du Japon. Dans "Extériorisation de la Hiérarchie", éditions Lucis Trust, le Maître Tibétain fait l’apologie de la bombe atomique considérée comme une arme divine :

"Aujourd’hui, je souhaite vous entretenir du plus grand événement spirituel qui se soit produit depuis l’apparition du règne humain, le quatrième règne.
Je veux parler de la libération de l’énergie atomique, telle qu’elle est relatée, cette semaine, dans les journaux du 6 août 1945, et ayant trait au bombardement du Japon.

Il y a quelques années, je vous avais dit qu’une ERE NOUVELLE, serait introduite par les savants et que l’instauration du royaume de Dieu sur terre serait précédée par la réussite de recherches scientifiques. Ce premier pas a été accompli par la libération de l’énergie atomique, et ma prophétie a été justifiée en cette année très importante, l’An de Grâce 1945.

L’attention de l’homme est généralement braquée sur les aspects externes de la vie. Néanmoins, toutes les découvertes, telles que celles qui impliquent la révélation de la radioactivité, ou celle qui fut annoncée cette semaine, et qui fait époque concernant les premiers pas de la domestication de l’énergie cosmique, sont toujours le résultat d’une pression interne, émanant de Forces ou Vies se trouvant dans les sphères supérieures. Ces pressions elles-mêmes fonctionnent selon les lois de l’Esprit et non seulement selon ce que l’on appelle les lois naturelles ; elles sont le résultat du travail d’impulsion de certaines grandes Vies, en rapport avec le troisième aspect de la divinité, l’aspect intelligence active, et s’attachant à l’aspect substance ou matière de la manifestation. La motivation de telles activités est issue de Shamballa.

Il y eut un afflux clairement dirigé d’énergie extra-terrestre libérée par les Seigneurs de Libération qui avaient été invoqués avec succès : l’impact de cette énergie sur la substance atomique, base de recherche des savants, y apporta des modifications, ce qui leur permit de réussir. Un effort concerté fut entrepris par un certain nombre de disciples travaillant dans les ashrams de cinquième et septième rayons, ce qui leur permit d’impressionner le mental de disciples moins avancés, du domaine scientifique, et de les aider à surmonter les difficultés infranchissables qu’ils rencontraient.

La libération de l’énergie de l’atome en est encore à un stade extrêmement embryonnaire : l’humanité ne sait guère l’étendue ou la nature des énergies qui ont été tirées de l’atome et libérées. Il y a beaucoup de types d’atomes constituant "la substance du monde" chacun peut libérer son propre type de force : c’est l’un des secrets que l’âge nouveau révélera. Toutefois un bon et solide début a été fait.

Je voudrais attirer votre attention sur les mots "libération de l’énergie". C’est cette libération qui est la note-clé de l’ère nouvelle, de même qu’elle a toujours été la note-clé de l’aspirant orienté spirituellement. Cette libération a commencé par libérer un aspect de la matière ainsi que certaines forces de l’âme au sein de l’atome. Pour la matière cela a été une grande et puissante initiation analogue à celles qui libèrent l’âme des hommes. Dans ce processus d’initiation planétaire, l’humanité a fait descendre son travail de sauveur du monde dans le monde de la substance, et a affecté les unités primordiales de vie dont sont faites toutes les formes.

Vous comprendrez maintenant le sens des mot employés par tant d’entre vous dans la seconde des Grandes Invocations : "Pour la force salvatrice, l’heure de servir est arrivée". Cette force salvatrice est l’énergie que la science a libérée, tout d’abord pour la destruction de ceux qui continuent (s’ils le font) à défier les Forces de Lumière travaillant par la voie des Nations Unies.

Puis, à mesure que le temps passera, cette énergie libérée introduira la nouvelle civilisation, le monde nouveau et meilleur et des conditions plus délicates et plus spirituelles. Les rêves les plus élevés de ceux qui aiment leurs semblables peuvent devenir des possibilités pratiques, par le juste emploi de cette énergie libérée, si les vraies valeurs sont enseignées, mises en lumière et appliquées à la vie quotidienne. Cette "force salvatrice" vient d’être mise à la disposition de la science, et la prophétie que j’ai faite antérieurement est justifiée."




"Cela a été, dit le Maître Tibétain à propos de l’explosion nucléaire, une grande et puissante initiation analogue à celles qui libèrent l’âme des hommes ".

***

Contemplating Mind by Han Shan Te Ch'ing (1546-1623)

Thursday, November 20, 2008

Les hordes de Koka et Vikoka

Le Dalaï-lama combat les adeptes de Shougden. Ce mouvement ne cache pas son rapprochement avec la Chine alors que le Dalaï-lama aimerait que l’on oublie ses relations avec la CIA. L’acharnement du prix Nobel de la paix contre les sectateurs de Shougden permet d’entrevoir l’autre visage du spiritualisme contemporain.

L’engouement des occidentaux pour les pratiques lamaïstes est probablement le fruit d’une opération de manipulation de grande envergure orchestrée par de mystérieuses officines. Des influences subtiles, particulièrement délétères, participent à cette opération et jouent un rôle dans la corruption de la véritable spiritualité. Ces forces sont presque toujours occultées par les hiérarques religieux actuels, or elles représentent un obstacle majeur pour les candidats à la libération.

Le Guéshé Kelsang Gyatso, fondateur de la Nouvelle Tradition Kadampa et adepte du culte de Shougden, est l’un des rares lamas qui n’hésitent pas à révéler l’existence d’influences extrêmement négatives. Une telle divulgation se heurte au bouddhisme frelaté en vogue. Ce bouddhisme, intégré à la mouvance du Nouvel Age, préconise un art du bonheur futile. Des imbéciles heureux se laissent tromper par les faux maîtres du spiritualisme moderne et aspirent à se fondre benoîtement dans une conscience cosmique floue, c’est en réalité une dissolution sans retour. D’imprudentes méditations et les tromperies de gourous peuvent aboutir à une désintégration totale de l’être conscient.

Des forces subtiles négatives s’infiltrent dans notre monde par les fissures de la "Grande Muraille" qui nous protégeait contre les forces maléfiques du domaine subtil inférieur. Ces sont les hordes des démons koka et Vikoka selon le " Kalki Purana ", un texte de l’hindouisme.

" Dans la tradition islamique, écrit le sheikh Abdel Wahid Yahia (alias René Guénon), ces " fissures " sont celles par lesquelles pénétreront, aux approches de la fin du cycle, les hordes dévastatrices de Gog et Magog, qui font d’ailleurs des efforts incessants pour envahir notre monde […] "

La société de consommation et son spiritualisme de bazar sont noyautés par les influences subtiles inférieures. La plupart des responsables religieux et politiques sont des auxiliaires conscients de ces forces. " Quant aux autres auxiliaires, précise René Guénon en 1945, c’est à dire tous ceux qui agissent de bonne foi et qui, ignorant la véritable nature de ces forces, ne jouent en somme qu’un simple rôle de dupes, ce qui ne les empêche pas d’être souvent d’autant plus actifs qu’ils sont plus sincères et plus aveuglés, ils sont déjà presque innombrables et peuvent se ranger en de multiples catégories, depuis les naïfs adhérents des organisations " néo-spiritualistes " de tout genre jusqu’aux philosophes " intuitionnistes ", en passant par les savants " métapsychistes " et les psychologues des plus récentes écoles. " " Le règne de la quantité et les signes des temps " éditions Gallimard, 1945.

Depuis 1945, la situation s’est considérablement aggravée. La récente crise financière permet à Attali et à ses pairs d’œuvrer à l’avènement d’un gouvernement mondial. Il s’agira d’une redoutable parodie de l’autorité spirituelle et du pouvoir temporel



***




Tibet connection





Le mythe du Tibet et de ses sages est une nouvelle fois terni. Un documentaire, intitulé "Trois crimes contre la planète", montre le combat de la Wildife Protection Society of India pour sauver les tigres des trafiquants de peaux.

L’enquête met en évidence le plaisir de parader en vêtements de peaux de tigre ou de léopard des Tibétains. Les enquêteurs de la Wildlife Protection Society of India se rendent au Tibet et découvrent l'ampleur du business illégal. Une peau de tigre se vend 10 000 euros. Ils voient une tente de cérémonie constituée de 108 peaux de tigre, soit un million quatre vingt mille euros payés aux trafiquants pour cette tente. Les Indiens sont indignés, l’animal emblématique de l’Inde, est menacé d’extinction à cause de la vanité de notables tibétains. Devant le scandale, le Dalaï-lama est obligé d’intervenir et de stigmatiser la coquetterie des "sages" du pays des neiges.

La Wildlife Protection Society of India et les Tibétains, vidéo :

http://www.youtube.com/watch?v=ag3NkD5O-uo