Wednesday, November 28, 2007

LA BELLE VERTE




Le film de Coline Serreau est une satire réussie de la société civilisée. Son éloge de la simplicité évoque l’antique TAO de Tchouang-tseu qui préconise l’élimination de tout ce qui, à nos yeux, fait la civilisation pour rendre à la nature tous ses droits.

Il est dit : Que le poisson ne sorte pas des profondeurs, où il vit ignoré mais en sûreté ; qu’un Etat ne fasse pas montre de ses ressources, de peur de se faire dépouiller. Or les sages (politiciens) sont considérés comme une ressource de l’Etat. On devrait donc les cacher, les tenir dans l’obscurité, ne pas les employer. Ainsi la race des Sages s’éteindrait, et, avec elle, s’éteindrait aussi la race des brigands. Pulvérisez le jade et les perles, et il n’y aura plus de voleurs. Brûlez les contrats, brisez les sceaux, et les hommes redeviendront honnêtes. Supprimez les mesures et les poids, et il n’y aura plus de querelles. Détruisez radicalement toutes les institutions artificielles des Sages, et le peuple retrouvera son bon sens naturel. Abolissez la gamme des tons, brisez les instruments de musique, bouchez les oreilles des musiciens et les hommes retrouveront l’ouïe naturelle. Abolissez l’échelle des couleurs et les lois de la peinture, crevez les yeux des peintres, et les hommes retrouveront la vue naturelle. Prohibez le pistolet et le cordeau, le compas et l’équerre ; cassez les doigts des menuisiers, et les hommes retrouveront les procédés naturels, ceux dont il est dit : Adresse sous un air de maladresse. Flétrissez Tseng-chenn et Cheu-ts’iou (légistes), bâillonnez Yang-tchou et Mei-ti (sophistes), mettez au ban la formule bonté-équité (des confucéistes), et les propensions naturelles pourront de nouveau exercer leur mystérieuse et unifiante vertu. Oui, revenons à la vue, à l’ouïe, au bon sens, aux instincts naturels, et c’en sera fait des éblouissements, assourdissements, errements et grimaces factices. Philosophes, musiciens, peintres, artistes divers, n’ont fait que tromper et pervertir les hommes, par des apparences spécieuses. Ils n’ont été d’aucune utilité vraie pour l’humanité.
Tchouang-tseu

Voir un autre extrait de LA BELLE VERTE.


Libertaire invétéré et lecteur assidu des œuvres de Lao tseu et de Tchouang-tseu, maître Pao se moquait des rites religieux. Sa faconde n’aurait pas épargné les bardes du néo-bouddhisme, les Castafiore tantriques.

La société moderne a créé la religion de la production. Cette hérésie dévastatrice provoque l’extinction massive de la vie. Des dizaines d’espèces disparaissent chaque jour. Pendant que les capitalistes et les politiciens profitent pleinement de leurs privilèges, des utopistes tentent de résister :


Dans les villes, les FREEGANS luttent contre le consumérisme.

Dans les campagnes, les NEO-RURAUX refusent la servitude volontaire.

Des colloques, des livres, des vidéos vantent les mérites de la DECROISSANCE.

Wednesday, November 21, 2007

Le Dalaï-lama et Bush

Les honneurs déshonorent.
Le titre dégrade.
La fonction abrutit. Ecrivez ça sur les murs.

(Flaubert)

Le Dalaï-lama est heureux de recevoir de Bush, le fossoyeur de l’Iraq, la médaille d’or du congrès, la plus haute distinction américaine.

Nous vivons dans une atmosphère apocalyptique. Les informations scientifiques en matière d’environnement, l’hégémonisme étasunien et la désintégration du tissu social redonnent un peu de crédit à d’anciennes prophéties.


Grand hiérophante des mystères de Kalachakra, le Dalaï-lama n’ignore pas l’eschatologie de cette tradition tantrique qui affirme qu’une superpuissance imposera un nouvel ordre mondial durant le crépuscule de l’âge noir, le kaliyuga. (Le crépuscule du kaliyuga aurait débuté en 1939.) Cet ordre mondial des Mleccha voue une haine inextirpable au véritable Dharma.

Swami Karpatri, moine errant de la lignée des Shankarachârya, était considéré de son vivant comme le chef spirituel de l'Inde du nord. Détenteur d'un antique savoir, le Swami était le maître d'Alain Daniélou, l'un des plus grands spécialistes de l'Inde traditionnelle. L'élève publia une chronologie du destin du monde d'après la tradition shivaïte. Les barbares de l’Occident, les Mleccha destructeurs de la planète, seront combattus par le sauveur Kalki, la dernière incarnation de Vishnou. Kalki viendra restaurer l’harmonie et la justice sur terre avant 2442, date de la fin du cycle. Les adeptes du Nouvel Age et les inconditionnels du prophète Terence McKenna ne trouveront rien sur l'année 2012. Cette date ne figure pas dans la chronologie shivaïte qui se termine en 2442.


L’économiste William Engdahl, qui n’a pas à se soumettre aux exigences de Bush, est plus courageux que le Dalaï-lama car il n’hésite pas à dénoncer le machiavélisme, la violence militaire et l’avidité des Mleccha de l’Occident, de l’ordre mondial anglo-américain :


" Le pétrole colombien, et celui du Venezuela voisin, étaient à l’origine d’une présence militaire américaine en expansion dans ces deux pays. L’administration Bush annonçant un plan visant à fournir un entraînement militaire et un soutien à la Colombie à hauteur de 98 millions de dollars. Loin de vouloir arrêter l’afflux de cocaïne en Amérique, il s’agissait en fait de contrer la guérilla des FARC et de l’ELN qui menaçaient le grand pipe-line de l’Occidental Petroleum qui traversait la région. La Colombie était devenue le septième plus grand fournisseur des Etats-Unis. Et quand Hugo Chavez, président du Venezuela, essaya de contrôler plus efficacement la compagnie d’état vénézuélienne, l’administration Bush rétorqua par un coup d’état. Les importations pétrolières du Venezuela, de la Colombie et de l’Equateur dépassaient celles de l’ensemble du Moyen-Orient. Les mêmes considérations s’appliquaient au pétrole et au gaz indonésiens : la guerre au terrorisme fournit à l’Amérique le prétexte pour renforcer massivement sa présence militaire. " […]


" Au début du nouveau millénaire, les Etats-Unis disposaient d’un monopole quasi absolu de puissance et de technologie militaires. Ils contrôlaient les réserves de devises mondiales, ce qui leur conférait la mainmise sur l’essentiel des actifs du monde industrialisé. A la suite de l’occupation des champs de pétrole iraqiens, la puissance américaine détenait à elle seule le monopole des ressources énergétiques du futur. Le Pentagone disposait d’un terme pour cela : full spectrum dominance, domination totale sur tous les fronts. Cela signifiait que les Etats-Unis étaient en voie de contrôler, partout, les situations militaires, économiques et politiques. "
" Pétrole, une guerre d’un siècle, l'ordre mondial anglo-américain " Editions Jean-Cyrille Godefroy.

Site de William Engdahl (en anglais).

Les documents du site ReOpen911.info (en français) sur l'attentat du 11 septembre 2001.


Pour certaines personnes, notamment celles qui n’acceptent pas les conclusions de l’enquête officielle, l’attentat du 11 septembre 2001 inaugure le règne total de l’hydre capitaliste. Elles refusent le diktat : " Travaillez plus pour gagner plus ! " En réalité, celui qui est obligé de cumuler plusieurs emplois pour survivre n’est pas heureux.


Les freegans ne veulent pas se faire exploiter par un patronat toujours plus vorace. Ils boycottent le consumérisme fou et découvrent la forme urbaine du glanage traditionnel des campagnards.

Saturday, November 17, 2007

LE NOUVEL ORDRE MONDIAL

Les prélats et les prêtres s’opposeront toujours à l’affranchissement intégral de l’être humain. En Orient, cet affranchissement se nomme bodhi, "éveil".
Parce que viscéralement hostiles à la véritable libération, les hiérarques religieux sont depuis toujours les complices des pires formes d’exploitation des peuples : hier l’esclavage et la ferrade, aujourd’hui la servitude financière et le code-barres. Les prélats haïssent les hommes et les femmes qui se libèrent des croyances, refusent d’entretenir le clergé et rejettent la dictature de l’économie.
Les curés, qui ont un lourd passif historique et des églises vides, cèdent du terrain aux gourous orientaux. Ces derniers participent avec enthousiasme à la lucrative soumission des masses laborieuses. Les lamas ont le vent en poupe. En fait, le lamaïsme, c’est le nouvel ordre mondial sans les G.I.. Certaines techniques de contrôle mental sont aussi efficaces que les balles des fusils M16 pour neutraliser les individus. La méditation est l’arme redoutable de certains autocrates rinpochés. (Les dangers de la méditation et les critiques de Xun Ji à l'égard de la nouvelle religion qui s'implantait en Chine.)

Quand le dalaï-lama est reçu par Bush, l’exécuteur des basses œuvres du nouvel ordre mondial, on peut subodorer l’existence d’un courant luciférien oriental. La dictature des lamas et le Vajrayana magique fascinaient les dignitaires du 3ème Reich. L’actuel dalaï-lama n’a jamais caché sa sympathie pour le nazi Heinrich Harrer et le gourou criminel Shoko Asahara qui voulait soumettre le Japon à sa dictature religieuse. La rencontre de Bush et du dalaï-lama évoque une alchimie ténébreuse et un ésotérisme politique inquiétant. (Il est prouvé que Prescott Bush finançait les nazis.)


C’est la consternation, de singulières rumeurs circulent dans un milieu ésotérique informé, très informé. On prétend que la véritable entité qui habite le dalaï-lama n’est pas Avalokiteshvara, le Bodhisattva de la compassion. La véritable identité du dalaï-lama est KULIKA-AKILU, c'est un nom charmant.

L’ESPOIR
Heureusement, des forces vives s’opposent au plan des maîtres du monde. Des neg’marrons, esclaves ayant brisé leurs chaînes, prennent le maquis. Parviendront-ils à réaliser le beau rêve libertaire ?